788 emplois en péril à DHL, les syndicats appellent à l'aide

RTBF
RTBF - © RTBF

788 postes vont être supprimés chez DHL à Diegem et Zaventem. C'est ce qu'a annoncé la direction. Les syndicats lui demandent de revoir sa déicion et appelent à l'aide les hommes politiques.

Les négociations portant sur le déplacement du siège européen de DHL Express vers Bonn débuteront le 3 décembre, a-t-on appris jeudi de sources syndicales.

Malgré l'impact sur le site de Diegem, aucune action n'est prévue. Chez DHL Aviation, les négociations seront incluses dans les discussions actuelles sur les 94 licenciements.

Un conseil d'entreprise a eu lieu ce jeudi après-midi chez DHL. 788 postes seront supprimés à Diegem et Zaventem. 523 emplois seront perdus sur le site de Diegem et 325 emplois sur les sites de DHL à Zaventem, dont DHL Aviation. Dans ce dernier nombre, 94 emplois déjà condamnés il y a quelques semaines ont été comptabilisés. Il y aura également 34 licenciements chez EAT, la compagnie aérienne utilisée par DHL. Au total, ce sont donc 882 emplois qui vont passer à la trappe.

Dans un communiqué extrêmement alambiqué, DHL explique l'intention du groupe de "relocaliser les fonctions de son siège européen régional situé à Bruxelles sur une période de deux ans". Une formulation qui implique que "788 employés" verront leurs postes supprimés en Belgique et déplacés vers d'autres sièges, à Leipzig ou Prague. Selon DHL, les personnes concernées se verront proposer un emploi sur les sites concernés, à Bonn, Leipzig ou Prague.

"L'objectif de la réorganisation est la consolidation d'une série de fonctions qui sont déjà assurées pour une grande part sur d'autres sites à l'étranger, à Bonn, Leipzig ou Prague. Il ne faut donc pas parler de restructuration", a cependant expliqué Tim Claessens, porte-parole de DHL, jeudi, au siège européen de DHL Express à Diegem. 

Après cette restructuration, il restera encore 4700 personnes occupées par DHL en Belgique.

par DHL en Belgique

Angela Merkel appelée à la rescousse

Les fonctions concernées sont surtout des fonctions administratives.

A la RTBF, Thierry Vuchelen, secrétaire permanent CGSLB-DHL National, disait vouloir négocier à présent un plan social et le reclassement de la majorité des membres du personnel, mais, précisait-il, "DHL était une grande entreprise, mais maintenant c'est une entreprise moyenne. Le nombre de places de reclassement sera très minime."

En conférence de presse, les syndicats ont donc réclamé que la direction revoit sa décision. Ils ont appelé à la rescousse des politiciens tels Angela Merkel, Herman Van Rompuy, Yves Leterme et Kris Peeters. DHL est en effet une filiale de la Deutsche Post dans laquelle l'Etat allemand est actionnaire majoritaire.

Rik Vermeersch (FGTB) a comparé cette opération avec le déménagement du hub européen de Zaventem à Leipzig lors duquel 1000 à 1200 emplois avaient été supprimés en Belgique.

Le syndicaliste a rejeté l'argument de l'efficacité avancé par la direction.

 

RTBF, avec Belga

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK