2017, ça passe ou ça casse? Quinze économistes belges répondent

Survolez l'image ci-dessous avec votre souris pour découvrir les différentes prévisions

Tout le monde parle de reprise économique, mais les chiffres annoncés n’ont rien d’enthousiasmant. Avec une prévision de la Banque Nationale à 1,4 % de croissance pour cette année en Belgique, il n’y a pas de quoi faire des bonds de joie. Mais c’est mieux que rien.

La RTBF a posé les mêmes questions à 15 économistes, parmi les plus réputés de Belgique, et les réponses sont multiples. Bruno Colmant, Etienne de Callataÿ, Paul De Grauwe, Eric De KeuleneerSylviane Delcuve, Eric Dor, Roland GilletJean Hindriks, Georges Hubner, Bernard KeppennePhilippe LedentFlorian MaynerisGeert NoelsGiuseppe Pagano et André Sapir, tous se sont prêtés à l'exercice avec lucidité. Et si globalement l'optimisme, modéré, est présent, la plupart pointent de gros risques !

"L'Italie représente la plus grande menace pour l’Union européenne", "La dette publique demeure une vraie bombe à retardement", à moins que les élections en France tournent au désastre", "Le secteur public n’est pas automatiquement géré dans l’intérêt général". Autant de phrases qui claquent comme des sentences, des aspirations ou des craintes pour cette année 2017 qui débute.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK