10 choses à savoir sur les bitcoins

Le bitcoin est sur toutes les bouches. Pourtant il n'est encore qu'un phénomène limité de l'économie financière mondiale. Aujourd’hui, la valeur totale des bitcoins en circulation représente au moins 250 milliards de dollars. Soit une infime partie des capitaux en circulation autour de la planète. Pourtant le secteur bancaire et les politiques de tous pays se positionnent sur une question difficile à appréhender. Une crypto-monnaie qui pose en tous cas beaucoup de questions ?

Voici 10 choses importantes à savoir pour comprendre le phénomène du moment.

Un créateur (des créateurs?) énigmatique(s)

On ne sait toujours pas clairement qui est le créateur du bitcoin. Satoshi Nakamoto est le nom générique utilisé pour dissimuler la vraie identité de son (ses créateurs ?). Satoshi Nakamoto est donc le nom utilisé pour créer le site bitcoin.org et le forum bitcointalk ou vous pouvez trouver une foule d'information sur le système.

Une monnaie dématérialisée

La monnaie bitcoin est totalement dématérialisée. Cela veut dire qu'il n'y a pas de billet ou de monnaie. Des distributeurs, encore très rares, permettent en échange d’euros de recharger un portefeuille électronique en bitcoins. Tous se fait en ligne sur de sites spécialisés dans les transactions en bitcoins.

Bitcoin vous permet aussi de payer avec un téléphone portable. Il suffit d’afficher le code QR avec votre appli de portefeuille Bitcoin et de laisser un ami le scanner ou de mettre en contact les deux téléphones (avec la technologie NFC).

Pas de cours légal à ce jour

Le bitcoin n'est pas reconnu par les banques centrales, il n'a donc pas de cours légal. Les pays qui d'abord regardaient le développement de cette monnaie d'un regard amusé se positionnent de plus en plus par rapport aux usages de cette crypto-monnaie.

Les institutions financières de la Corée du Sud, par exemple n’ont plus le droit d’utiliser une monnaie virtuelle comme le bitcoin. C’est ce qu’ont annoncé les services du Premier ministre, ce mercredi 13 décembre, ajoutant que cette interdiction empêcherait toute banque de réaliser des transactions ou de détenir de la monnaie virtuelle.
 

1000 personnes possèdent 40% de tous les bitcoins en circulation

Surnommés "Whales" (baleines), ce sont pour la plupart des créateurs du système ou des fidèles de la première heure. Les 100 plus gros propriétaires détiendraient 17,3% des bitcoins d’après Bloomberg. Les acteurs du marché sont inquiets, car ces "baleines" pourraient s’entendre pour déstabiliser la monnaie, la faire monter ou descendre en fonction de leur intérêts particuliers.

Il n' y aura jamais plus de 21 millions de bitcoins émis

Contrairement aux monnaies traditionnelles, que les banques centrales peuvent émettre sans limite, il existe un plafond au nombre de bitcoins. Il s'agit donc d'une monnaie limitée. Ce plafond est fixé à 21 millions pour 16,7 millions de bitcoins émis à ce jour. Lorsque les bitcoins auront tous été émis vers 2140, il faudra attendre qu’un vendeur cède ses bitcoins pour en obtenir.

Chaque seconde dans le monde, 30 nouveaux portefeuilles en bitcoins

Victime de son succès, près de 43.000 comptes sont ouverts chaque jours sur la planète. Ils n'étaient que 420 en janvier 2012 à son lancement. Le bitcoin reste cependant une crypto-monnaie extrêmement volatile qui peut perdre ou gagner de la valeur en quelques heures.

Geert Noels, économiste et co-fondateur de la société de gestion du patrimoine Econopolis nous expliquait, il y a quelques jours, qu'il est impossible d'expliquer sa montée fulgurante avec un seul élément. Un aspect de rationalité est combiné avec un élément d’irrationalité.

Payer en bitcoins n'est pas anonyme du tout

On a beaucoup parlé au lancement de cette monnaie de son utilisation sur le Darknet (internet non indexé) pour des transactions en matière d'achat d'armes ou de drogue par exemple. Pourtant, toutes les transactions bitcoin sont conservées de façon publique et permanente dans le réseau, ce qui signifie que le solde et les transactions de n'importe quelle adresse bitcoin peuvent être consultés par tout un chacun. Toutefois, l'identité de l'utilisateur derrière une adresse demeure inconnue jusqu'à ce que des informations soient révélées au cours d'un achat ou dans d'autres circonstances.

Le bitcoin est encore expérimental

Comme le rappelle bien le site officiel, le bitcoin est expérimental. "Bitcoin est une nouvelle devise expérimentale en développement actif. Bien qu'elle devienne moins expérimentale de par son utilisation croissante, vous devez garder à l'esprit que bitcoin est une invention nouvelle qui explore des idées qui n'ont jamais été tentées auparavant. En conséquence, son futur ne peut être prédit par personne".

Une crypto-monnaie très énergivore

Pour faire très simple le bitcoin, pour sa création et son utilisation comme monnaie nécessite de nombreux "minages", des calculs faits par des ordinateurs qui consomment alors beaucoup d'énergie. Depuis un petit temps déjà de nombreuses études mettent ce problème à l'avant plan. On considère même dans une étude récente que la quantité d'énergie dépensée pour la création de bitcoins en 2017 dépasse la consommation énergétique de l'Irlande sur la même année.

Une technologie "blockchain"

La technologie utilisée, c'est celle de "la chaîne de blocs". Pour être simple, imaginez un grand répertoire crypté, immuable, impossible à effacer. La chaîne de blocs est un journal public de toutes les transactions bitcoin par ordre chronologique. Elle est partagée entre tous les utilisateurs du réseau bitcoin. Elle est utilisée pour retenir et vérifier la réalité des transactions bitcoin et empêcher la double dépense.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK