Steward chez Ryanair pour 1000€ par mois: le revers des tickets à 11€

"À un moment donné, il faut dire stop ! On n’est pas là pour être les esclaves du 21ème siècle", lance Sarkis Simonjan. Ce bruxellois est l’un des premiers stewards de Ryanair à briser le silence. Il comprend les voyageurs inquiets par la multiplication des grèves. Mais il veut qu’ils réalisent que "lorsqu’on achète un billet à 11 euros, il y a des conséquences économiques et sociales derrière".

Devenir steward était son rêve d’enfant. C’est à 30 ans que ce commercial polyglotte a décidé de quitter son job pour suivre "sa vocation". Après huit semaines de formation en Espagne, il a rejoint la compagnie irlandaise au printemps dernier. "Le premier mois, j’ai gagné 900 euros. Le deuxième mois, j’étais à 870 euros et le mois dernier j’ai gagné 1000 euros."

Comment est-ce possible ? "Nous ne sommes payés que pour les heures de vol", explique Sarkis Simonjan. La préparation du vol, le briefing de sécurité, l’accueil des passagers, le temps de rotation au sol… tout cela n’est pas comptabilisé. "Là, je fais un aller-retour sur Rome. C’est un vol qui dure 1h50. Au total, je serai payé quatre heures. Pourtant, j’aurai travaillé huit ou neuf heures. Je vais rentrer à minuit". Et si le vol est en retard, il ne sera pas payé davantage.

Ni chèque repas, ni assurance vie

Tous les employés de Ryanair ne sont pas logés à la même enseigne. Techniquement, Sarkis n’est pas un salarié de Ryanair. Comme 6000 autres membres d’équipage, il a signé un contrat avec "Crewlink". C’est une société sous-traitante qui semble entièrement dédiée à Ryanair. Un contrat irlandais, bien sûr. Conséquences : il est non seulement payé à l’heure de vol mais il dépend aussi de la législation et de la sécurité sociale irlandaise.

"En cas de maladie, nous ne sommes pas couverts par la sécurité sociale belge. Nous n’avons pas non plus droit au chômage économique", détaille-t-il. "Quand je regarde ma fiche de paie, je vois les taxes irlandaises qui sont déduites alors que je vis et travaille en Belgique."  

Pas de chèques repas, pas de treizième mois, pas d’assurance-vie en cas de crash. Pas même de place de parking gratuite à l’aéroport. La compagnie rogne sur tout.

C’est ce "modèle Ryanair" qui est remis en cause aujourd’hui. Pour Sarkis, l’enjeu des grèves va au-delà de la seule compagnie irlandaise. Car la concurrence des transporteurs low-cost est en train de bouleverser le secteur et de pousser les "compagnies régulières" à réduire, elles aussi, leurs coûts au détriment du personnel. Si Sarkis a décidé de se battre, c’est, assure-t-il, parce qu’il aime son métier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK