Oualas et Joël: "Les humoristes sont plus libres en Côte d'Ivoire qu'en Europe"

Ils sont des stars de l’humour en Afrique mais de parfaits inconnus chez nous. Les ivoiriens Joël et Oualas remplissent les salles de Kinshasa à Marrakech. Pour la première fois, ils ont rendez-vous avec le public belge. Au Palais 12 du Heysel, ils partagent l’affichent du spectacle "Rire ensemble contre le racisme" avec Alex Vizorek, Pablo Andres, Guillermo Guiz ou encore Kody.

"En Côte d’Ivoire, on peut rire de tout".

"Nous avons, en Côte d'Ivoire, quelque chose qui n’existe peut-être plus ailleurs : c’est la liberté d’expression", dit Oualas. Les humoristes feraient-ils face à moins de tabous en Côte d’Ivoire qu’en Europe? "Bien sûr, répond-il, il y a des humoristes qui ont été censurés en Europe. Nous, on peut rire de tout".

Dans leurs sketchs, les comédiens se jouent des différences culturelles. La politique et la religion font partie de leurs sujets de prédilection. "Il faut tout de même faire preuve d’une certaine subtilité", admettent-ils. "A la télévision, confie Oualas, il m'est déjà arrivé qu’un petit passage soit coupé au montage". "Mais chez nous, il y a le zouglou", dit Joël. Le zouglou, c’est un style de chant populaire qui permet notamment de faire passer des messages politiques. "Avec le zouglou, on peut parler de tout", assurent-ils.

Couronné "meilleur humoriste de Côte d’Ivoire" en 2017, Tarik Lazrak, alias Oualas, est né dans une famille marocaine installée à Abidjan. C’est à l’école qu’il s’est découvert humoriste. Pitre de la classe, il n’a jamais cessé de chercher à faire rire son entourage. Joel-Eric N’gadi, 32 ans, est arrivé à l’humour par le chant. Après la chorale de sa jeunesse, il enregistra deux albums d’opéra avant de s'orienter vers le stand up comedy.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK