Charleroi, ville déprimante? Pour Benoit, carolo pur jus, "la réalité est complexe"

Charleroi, ville déprimante?
Charleroi, ville déprimante? - © Tous droits réservés

Charleroi ville la plus déprimante de la planète, c’était le titre du Volkskrant il y a 10 ans… Depuis les reportages se sont multipliés. Des rues noires, désertes, des usines abandonnées à deux pas du centre, et une ambiance de fin du monde: voilà en gros la vision des journalistes étrangers qui débarquent dans cette ville longtemps marquée par le déclin industriel et la criminalité.

Alors, la rédaction de Vews a décidé de rencontrer un carolo pur jus. Benoît est né à Charleroi, il y vit, et il est bien décidé à nous prouver que Charleroi… c’est la ville la plus géniale du monde.

Charleroi vu du toit

La visite commence par le toit… de son immeuble ! Une vue à 360 degrés sur le grand Charleroi. "Il y a le cœur de Ville, le ring, qui est extraordinaire à Charleroi, il est d’ailleurs en train d’être restauré et surtout repeint par un artiste reconnu, Jean Glibert. On voit évidemment l’industrie, surtout les restes de l’industrie…"

Aujourd’hui, il neige et pourtant on distingue nettement ce qui est le plus impressionnant pour Benoît : "D’ici, on voit ce qu’on voit rarement, à moins de monter ici ou sur le sommet d’un terril, c’est le fait que Charleroi est très verdoyant au final. Des arbres, des espaces verts, notamment du côté de Marcinelle, Loverval."

Du bon air à Marcinelle

À cinq minutes du centre en voiture, on change complètement de décor. Perdu au fond d’une cuvette, un endroit préservé et boisé : bienvenue au centre de délassement de Marcinelle.

"C’est un complexe assez extraordinaire qui a été construit en 1958 et qui n’a pas bougé depuis cette époque. C’est une série de foyers, de logements, une salle de spectacle, le tout construit à destination de la population carolorégienne dans le contexte des Trente Glorieuses et des congés payés." Se rajoutent au décor deux énormes piscines récemment rénovées. L’été, c’est un vrai lieu de vie ce qui fait dire à Benoît que "c’est le paradis."

L’art au BPS22

L’architecture du bâtiment est tout simplement remarquable. Le musée d’art a pris place dans une architecture 1911. "C’est un des points culturels de Charleroi depuis maintenant longtemps. On parle toujours du renouveau culturel de Charleroi, mais ça fait quand même un bail que ça existe. Ce BPS22 en est la preuve. Indéniablement, le lieu a relancé la Ville."

Alors, le paradis, c’est ici?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK