Zuienkerke, la seule commune belge où la liste du bourgmestre est sûre de rempiler sans élections

Comme dans le reste de la Belgique, les habitants de Zuienkerke devront se rendre aux urnes le 14 octobre. Ils auront toutefois seulement un bulletin de vote: celui pour les provinciales. Pas besoin d'élire le conseil communal donc.

Alain De Vlieghe est bourgmestre de Zuienkerke depuis 2010. Entouré de 10 candidats, il mène la "Liste du bourgmestre". Vendredi à 16 heures, c'était le moment de clôturer le dépôt des candidatures et aucune autre liste adverse ne s'est présentée. Ça veut dire que les 2.800 citoyens de Zuienkerke ne devront pas élire le conseil communal et que les 11 candidats seront d'office membres du conseil.

Lors des élections de 2012, le bourgmestre avait une liste concurrente avec un seul candidat: Kurt Ravyts (Vlaams Belang). Ses 9 % n'ont pas suffi pour lui permettre de récolter un siège et la liste a obtenu 89 %. Cette année, il a décidé de ne plus se présenter.

Différences entre Wallonie et Flandre

En Wallonie, ce scénario serait impossible. En 2012, les communes d'Ouffet, de Onhaye, Tintigny, Vresse-Sur-Semois comptaient par exemple seulement une liste. Pourtant, les habitants de ces communes wallonnes devaient quand même aller voter.

Pour connaître la raison de cette différence entre la Flandre et la Wallonie, il faut remonter à 2006: "Depuis cette année-là, les régions sont compétentes pour l'organisation des règles électorales pour les communales. En Wallonie, on applique un mode de désignation automatique du bourgmestre. La personne qui recueille le plus de votes sur la liste la plus forte de la majorité devient de plein droit le bourgmestre. Cela ne peut se voir que si on organise des élections", explique Jean Faniel, docteur en sciences politiques, 

En Flandre, la situation est différente: si le nombre de candidats est égal au nombre de sièges, il n'y a pas besoin de voter, car ils sont désignés d'office comme conseillers communaux. Le nombre de voix de préférence n'a aucune influence: ce sont les conseillers communaux qui désignent le bourgmestre. 

Alain De Vlieghe est donc sur de rester à son poste: "Nous allons continuer. J'aime mon métier. Tous les jours, je suis le premier à arriver à la maison communale. À 8 heures, je suis ici. Ma porte est toujours ouverte. La direction de la commune et les fonctionnaires communaux sont proches des gens et il aiment ça."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK