Montigny-le-Tilleul: l'après-Cornet va vraiment commencer

Montigny-le-Tilleul : l’après-Cornet va vraiment commencer
Montigny-le-Tilleul : l’après-Cornet va vraiment commencer - © Tous droits réservés

La commune a vécu un séisme politique communal avec le décès de Véronique Cornet, la bourgmestre MR en titre. Une femme de convictions, au caractère bien trempé, pleine d’énergie, disparue en juillet 2015, à l’âge de 46 ans. Elle avait préparé sa dauphine, Marie-Hélène Knoops, à sa succession. Il n’empêche, la nouvelle bourgmestre a dû trouver ses marques, même si elle a rapidement créé un petit coup de théâtre en ouvrant sa majorité absolue (13 des 21 sièges) au parti socialiste!

Florence Demacq est ainsi devenue échevine de la jeunesse et des affaires sociales. Des petits échevinats sans grands moyens mais l’ambiance est bonne au collège, dit-elle.

Le credo de la majorité, "une volonté de faire avec une volonté de fer", se traduit dans la note de politique générale du début de législature (et renouvelé avec l’arrivée des socialistes): 98 % du programme annoncé a été réalisé, nous dit-on. Le nouvel hôtel de ville, plus de policiers (9/10.200 habitants, alors que la norme est 1/4000 habitants), le réaménagement – et l’agrandissement - de l’école du Grand Chemin, la transformation d’entrepôts abandonnés en commerces.

Deux gros dossiers sont à l’étude : la construction d’une nouvelle école des Fougères. Le bâtiment actuel est en piteux état. Un concours d’architecture a été lancé, l’heureux élu devrait être désigné fin de cette année. Le dossier de la plaine de jeux suit aussi son cours: le terrain, qui appartient à …la ville de Charleroi, devrait bientôt être vendu à un promoteur privé. Mais la majorité exige d’avoir son mot à dire: pas question de développer du commerce dans ce bel espace boisé, il faut y construire du logement.

Du logement, c’est aussi ce que réclame le cdH, dans l’opposition. Car le prix au mètre carré reste élevé, et les loyers très chers. Des appartements seraient les bienvenus, et pour les jeunes, et pour les personnes âgées qui ne souhaiteraient plus rester dans leur maison devenue trop grande.

Le CDH estime par ailleurs que l’on pourrait faire plus et mieux pour la mobilité douce: Montigny-le-Tilleul subit en effet le fléau quotidien d’être une commune de transit pour ceux qui vont travailler à Charleroi. 20 000 voitures passent chaque jour à Montigny, sur la grand'route mais aussi en plein centre. Il faudrait recréer un espace plus convivial pour les habitants, et détourner les voitures du centre. La majorité vient justement de décider d’installer des ralentisseurs aux entrées de la commune.

Ecolo est le premier parti à avoir présenté sa tête de liste: Michaël Dupont, suivi d’Agnès Delire, conseillère communale. Leur programme n’a pas encore été élaboré.

Le PS, sans grande surprise, enverra Florence Demacq en tête de liste, avec l’envie de continuer le travail entrepris.

Le cdH va présenter une liste d’ouverture, sous un nom encore à convenir. C’est Frédéric De Bon qui emmènera la liste, mais les autres candidats ne sont pas encore connus.

Une confirmation par contre: Anne-Marie Corbisier tire définitivement sa révérence. Cette grande dame de la politique, à la carrière bien remplie, a décidé, à 70 ans, de ne plus se présenter. "Il y a un âge pour tout. Place aux jeunes" dit-elle. L’absence de cette machine à voix se fera sans doute sentir.

Tout comme au MR: Marie-Hélène Knoops réussira-t-elle le pari de renouveler la majorité absolue de 2012? Difficile à imaginer, et on peut supposer que l’ouverture aux socialistes avait notamment pour but d’impliquer un autre parti dans le bilan final de la législature.

La bourgmestre, elle, souhaite en tout cas rempiler, et ne met pas d’exclusive pour la suite: c’est l’électeur qui décidera. La liste sera présentée en février 2018. Reste l’inconnue Cornet. Après le décès de sa sœur, Thomas Cornet avait manifesté le souhait de perpétuer son travail (et celui de son père et de son grand-père) en créant une liste. Une idée qu’il aurait abandonnée.

La dynastie des Cornet, qui dirigeait la commune depuis près de 80 ans, semble dès lors irrémédiablement s’achever.