Communales 2018: ces jeunes qui visent le maïorat de leur commune

Tous les partis et toutes les listes se sont ouverts à la jeunesse. Des jeunes pour redynamiser les troupes, mais surtout pour donner un autre visage à la politique, un autre souffle aussi. Partout dans le pays, des jeunes se sont laissés convaincre, à mener campagne dans leur ville ou dans leurs villages. Nous sommes allés à la rencontre de jeunes candidats qui n'ont pas peur d'assumer leur jeune âge et qui assument leur engagement.

"A ceux qui disent que je suis trop jeune, ce sont eux qui sont trop vieux"

La libérale Hélène Lebrun vient de fêter ses trente ans et pour la deuxième fois, elle mène campagne dans la commune de Houyet en province de Namur. Cette année, c'est elle qui emmène la liste Union villageoise, une liste à l'image de sa population dit-elle, avec des personnes plus expérimentées, mais aussi avec des jeunes qui veulent s'investir. Un engagement à l'échelle locale qu'Hélène Lebrun revendique partout où elle le peut.

"Aujourd'hui, un fossé qui s'est créé entre les hommes et les femmes politique et la population en raison des scandales que nous avons connus. Mais je pense qu'être jeune est un atout. Nous sommes le renouveau politique et il faut montrer que nous en sommes aussi capable", explique Hélène Lebrun, tête de liste Union villageoise à Houyet.

Avant d'ajouter : "A ceux qui me pensent trop jeune pour monter dans un exécutif local ou pour être bourgmestre, je leur réponds que certains sont trop vieux et qu'il devrait laisser leur place". 

Travaux de groupe et émulation collective pour Waimes ensemble

Ils nous ont donné rendez-vous dans une fermette de Thirimont, Waimes ensemble c'est la liste composée de onze jeunes issus des villages de Waimes, cette commune à l'Est de la province de Liège. Cela faisait deux ans qu'ils y pensaient, se lancer en politique pour offrir un véritable choix aux habitants de leur commune habitués à la liste unique du bourgmestre. Parmi les candidats, on retrouve des étudiants, un couvreur, une consultante ou encore un assistant social.

Venus de tous les horizons, la moyenne d'âge est à peine de 22 ans, mais leur réflexion sur le fonctionnement de leur mouvement mûrit de jour en jour. "Contrairement aux autres listes, nous ne l'avons pas constituée en se reposant sur une personnalité ou une tête de liste évidente. Nous avons d'abord pensé au programme, aux rencontres citoyennes pour écrire celui-ci et puis il a fallu décider de l'ordre de la liste", raconte Céline Lejoly, dixième sur la liste Waimes ensemble. Le mouvement se veut horinzontal où tous les membres ont le même poids décisionnel. "Nous avons donc voté pour celui que nous estimions être le capable d'être la tête de liste et puis pour le reste de la liste, nous avons tout simplement tiré au sort une femme, un homme", complète Céline Lejoly.

"Notre inexpérience est notre atout. Nous allons apprendre au fur et à mesure"

C'est donc Guillaume Lerho, 22 ans, qui emmènera la liste Waimes ensemble. Encore aux études à HEC Liège, le jeune homme continue à parfaire le programme et à organiser les prochaines rencontres avec les citoyens. Avec désormais l'étiquette de candidat bourgmestre, Guillaume Lerho reste toute fois très lucide sur son inexpérience en politique. "Dans notre commune, il y a beaucoup de jeunes et le seul endroit où ils n'y sont pas, c'est au conseil communal. On s'est dit pourquoi pas et c'est pour cette raison qu'on se lance. Nous avons conscience d'avoir encore beaucoup de choses à apprendre. Mais nous sommes allés rencontrer des citoyens, des professeurs, des acteurs du monde touristiques et nous avons entendu leurs remarques. Nous sommes jeunes, c'est vrai. Mais c'est aussi notre force et notre qualité. Nous allons apprendre au fur et à mesure", confie la tête de liste.

Le groupe est soudé et la motivation est réelle. "On va pas le cacher, l'objectif pour les élections communales c'est d'avoir cinq ou six élus. D'apprendre le fonctionnement de la commune et de ne pas faire de promesses qu'on ne pourrait pas tenir et puis dans six l'objectif sera peut-être différent, mais on a encore beaucoup de chemin à faire d'ici là", ambitionne Guillaume Lerho.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK