Revue de presse : "Les zones rouges se multiplient"

La presse voit rouge ce matin, la couleur se répand à travers vos pages et met en péril les vacances.

4 images
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés
© Tous droits réservés

Les zones rouges se multiplient

C'est donc le chaos pour les vacances d'août, titrent les journaux du groupe Sudpresse ce matin.

C'est le chaos dans les agences de voyages mais aussi dans la tête des vacanciers ou futurs vacanciers, précise le quotidien.

Le chaos car les Affaires étrangères ont allongé la liste des zones où les voyages non essentiels sont interdits. Des zones rouges que l'on retrouve en France mais aussi en Suisse.

Certains cantons helvétiques sont donc désormais interdits aux touristes belges.

Une Suisse furieuse d'être mise au rouge, c'est un des titres dans le journal l'AvenirLes zones à risque suscitent l'incompréhension dans le pays, titre la Libre.

Plusieurs responsables des cantons helvétiques concernés sont mécontents, ils demandent l'annulation de ces mesures prises par les autorités belges. Pour eux l'épidémie de coronavirus est sous contrôle dans leur région

Interrogé dans le Soir, le ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin se défend.

Le passage d’une région d’une couleur à une autre n’est pas décidé par les Affaires étrangères. Il se fait au sein du Celeval, un groupe d’experts fédéral

Des experts qui se basent sur des chiffres du pays concerné et des informations dont disposent l’Europe et les ambassades, ajoute le ministre.

Les commerçants voient rouge

Ce week-end c’était le début des soldes et c’est un faux départ, titre le Soir.

Peur d’être contaminés, budget plus serré suite au chômage temporaire, moins besoin de vêtements vu l’annulation de grands événements.

Les consommateurs ont boudé les soldes, un faux départ qui ravive la crainte des faillites massives dans les commerces selon les syndicats.

L’Avenir fait le même constat en Une, il n’y a pas eu de ruée vers les magasins. Le quotidien parle carrément d’un début de solde dramatique. Les stocks sont importants cette année vu les semaines de fermeture, il faut donc les vider, et les commerçants sont à la recherche de cash, mais voilà, il y avait peu de monde ce samedi devant les vitrines.

Conséquences dans la presse ce matin, les appels à l’aide de ces commerçants dépités se multiplient.

Comme par exemple, dans les journaux du groupe Sudpresse où on peut lire ce titre ce matin :

Stop à la bulle de 1, sauvez nos soldes et nos boutiques

Car oui pour l’instant : on le rappelle on doit faire ses courses seul et passer 30 minutes maximum dans un magasin
Et ça, c’est mission impossible, titre la DH.

Dans la Libre, le Syndicat neutre pour les indépendants précise : faire les soldes, ça se fait avec son partenaire, ses enfants avec des amis, pas seul donc il faut donc permettre de faire des courses avec notre bulle. Notre fameuse bulle sociale qui est de 5 personnes pour l’instant

L’organisation, le SNI, ajoute dans un autre quotidien, l’Echo ce matin : même si les règles ne changent pas il ne faut pas bouder les soldes pour autant. Les clients doivent continuer à se rendre dans leurs magasins préférés où tout est mis en œuvre pour garantir la sécurité de tous.

Il ne faut pas bouder les soldes, c’est un geste citoyen en cette période de crise conclut le syndicat dans l’Echo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK