Le Grand Oral: Valérie De Bue (MR) détaille le décret sur la bonne gouvernance

Le Grand Oral: Valérie détaille le décret sur la bonne gouvernance
Le Grand Oral: Valérie détaille le décret sur la bonne gouvernance - © Tous droits réservés

Ce samedi 31 mars, c’est Valérie De Bue (MR), ministre en charge du logement et des pouvoirs locaux au gouvernement wallon, qui est l’invitée de Rudy Hermans dans le Grand Oral RTBF-Le Soir sur la Première. Elle revient sur les décrets de bonne gouvernance prévus dans la foulée de la commission d’enquête sur Publifin.

L’actualité de ces derniers mois, c’est la gouvernance. On parle de bonne et de mauvaise gouvernance. Le Parlement wallon a adopté une série de projets de décrets pour aller vers une meilleure gouvernance et plus de transparence. Pour certains, ce texte a été adopté dans l’urgence. Valérie De Bue s’explique :

"Il faut savoir que depuis que nous sommes en place, donc mois de huit mois, l’opposition nous a souvent interrogée et pressée d’arriver avec nos décrets. Or, avoir ficelé un décret, avec toutes les étapes que cela implique, en moins de huit mois, je tiens à dire que c’est assez exceptionnel. Et maintenant, on nous reproche aussi d’avoir été trop rapide. Il est vrai que le gouvernement avait demandé l’urgence, mais on a pris du temps en commission pour aboutir".

Concrètement, quelles nouvelles mesures ?

L’une des mesures phares de ce décret, c’est évidemment l’établissement d’un plafond de rémunération pour les dirigeants des intercommunales et de leurs filiales. Selon le texte, il s’élève à 245 000 euros brut (à indexer). On peut dès lors se demander combien de personnes aujourd’hui dépassent ce plafond et doivent se mettre en ordre…

"Dans les intercommunales qui dépendent de ma tutelle, il n’y a aucun dirigeant qui dépasse ce plafond, affirme Valérie De Bue. C’est dans les filiales qu’il y a de l’opacité. Et c’était ça la volonté du législateur de légiférer pour étendre le périmètre de contrôle aussi aux dirigeants des filiales, en mettant en place ce fameux cadastre des mandats".

L’incompatibilité des mandats

Concernant le renouvellement des organes, il apparait que le nombre d’administrateurs soit fortement diminué. Il faut recomposer les conseils d’administration, qui seront beaucoup plus restreints. Cela doit se mettre en place en juillet. Ensuite, concernant l’incompatibilité des mandats, il y en a plusieurs qui ont été définis : "Il y en a soit au niveau de la parenté, soit par rapport à un député, ou encore par rapport à des fonctions de direction ou des mandats de bourgmestre échevin. Mais en tout cas, pour la gouvernance et le fonctionnement des intercommunales, c’est quand même la responsabilisation des acteurs à tous les niveaux".

Que va devenir Publifin ?

Tous ces débats et ces décrets ont été évidemment entrepris, en grande partie, suite au scandale Publifin et aux travaux de la commission d’enquête. Mais que va devenir l’intercommunale ainsi que Nethys ? Va-t-il disparaitre ? Pour Valérie De Bue, le gouvernement veut mettre en place les recommandations de la commission d’enquête : "Le décret sur la bonne gouvernance est un premier pas en ce sens. Maintenant, concernant le groupe, le gouvernement wallon n’a jamais voulu le démantèlement de Nethys, il veut juste mettre fin à des dérives en termes de rémunération et de gouvernance. Le périmètre du groupe est en pleine réflexion et en pleine évolution, mais la réflexion est d’abord aux mains des administrateurs qui vont devoir prendre leurs responsabilités. Personnellement, je suis libérale, et donc je pense que certaines activités pourraient appartenir à la sphère privée plutôt qu’à la sphère publique. Mais je suis aussi ministre des pouvoirs locaux, et je suis très sensible aux communes, et c’est aussi à elles de décider ce qu’elles souhaitent".

Pour revoir l’intégralité du Grand Oral :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK