Piétons rois, automobilistes dans l'embarras: revivez le premier jour du piétonnier bruxellois

Nos journalistes se sont rendus sur place pour vous faire vivre le premier jour de ce nouveau piétonnier bruxellois. Relisez notre minute par minute en cliquant ici

Si le matin, les rues étaient un peu vides, et livrées aux... livreurs, vers midi, le piétonnier bruxellois a bien été investi par les flâneurs et les marcheurs.

Une constatation que nous faisait partager notre journaliste au JT de 13h, image à l'appui: les boulevards se sont remplis de monde après les heures matinales.

Car en effet, depuis ce lundi matin (les festivités étaient en réalité lancées dimanche), le piétonnier du centre-ville s'est agrandi.

Il est multiplié par deux. La mesure la plus spectaculaire est évidemment la fermeture des boulevards du centre entre la place De Brouckère et la place Fontainas.

Autrement dit, voitures et autres véhicules ne sont plus autorisés à y circuler. Seuls les livreurs et les engins de chantier, dont le conducteur dispose d'une autorisation, peuvent passer à certaines heures, ainsi que les vélos.

Très vite, cependant, d'énormes embarras de circulation ont été observés pour entrer dans la ville, en heure de pointe mais aussi au-delà, avec de gros points noirs, comme dans le tunnel Léopold II et Arts-Loi vers le Midi, le tunnel de la Porte de Hal au tunnel Louise, vers la Basilique, l'avenue de Tervueren à partir des étangs Mellaerts au tunnel Loi, le tunnel Reyers-centre, vers le centre, le tunnel Vleurgat au tunnel Stéphanie, vers la place Poelaert, ainsi que les axes venant du bois de la Cambre et, de façon très importante, dans la rue Belliard, qui était complètement saturée

Vers 10h20, heure à laquelle la circulation redevient normalement fluide sur Bruxelles, ce n'était toujours pas le cas.

Regardez le point de notre journaliste Myriam Baele, vers 10h, à Arts-Loi:

Il a fallu attendre 11h pour que la situation s'améliore. A midi, une seule difficulté subsistait encore : les automobilistes perdaient toujours 30 minutes entre les tunnels Léopold II et Rogier vers le Midi.

Des embarras, oui, mais pas seulement dus au piétonnier

Pour la police, pourtant, il n'y a pas eu plus d'embouteillages dans Bruxelles qu'un lundi normal.

Par ailleurs, ces embarras ne sont pas seulement dus au piétonnier, comme l'explique ci-dessous notre journaliste:

La carte, ci-dessous, vous donne une petite idée des problèmes de circulation rencontrés ce lundi matin. L'orange signifie que le trafic est dense et le rouge que le trafic est très difficile (bouchons) :

Un temps d'adaptation nécessaire

Des panneaux de signalisations et des barrières Nadar ont été installés ce lundi matin pour barrer le passage. Mais cela reste loin d'être clair pour tout le monde. Les chauffeurs de taxi cherchent leur chemin, et même les chauffeurs de bus ont du mal à trouver leur terminus. En voici quelques témoignages :

Voici quelques images tournées par nos équipes:

Sur la route, nos journalistes ont constaté que seules des tables de pique-nique et de ping-pong permettent aux piétons de comprendre qu'ils sont sur une rue piétonne... En attendant d'autres signes plus évidents.

Les explications en direct ce lundi matin de notre journaliste Pierre Vandenbulcke:

Les images matinales parlent d'elles-mêmes:

D'ailleurs, tôt ce matin, la majorité des piétons restait sur les trottoirs et traversait encore aux passages cloutés. Ce qui n'est pas tout à fait une mauvaise idée puisque les véhicules de livraison ont le droit de circuler jusqu'à 11h et les vélos de façon permanente. 

En d'autres termes, c'est un peu le rodage pour tout le monde avec encore des véhicules qui circulent dans des zones devenues piétonnes, et qui empruntent parfois la route à contresens. 

Des changements encore à intégrer

Tout le monde n'avait manifestement pas encore intégré tous les changements. Des modifications qui ont été effectuées la nuit dernière, et ce lundi matin encore, avec le placement par les ouvriers de la Ville de nouveaux panneaux de circulation. Les taxis, les chauffeurs de bus, les livreurs... étaient pour certains un peu perdus. "Ces panneaux de signalisation... il y a de gros problèmes, soupire Jamal, un livreur interrogé sur place, on ne sait pas par où renter en fait".

Des chauffeurs de taxis qui font demi-tour dans un ballet continu, des chauffeurs de bus qui ne trouvent pas leur terminus... On ne casse pas le béton, mais on essuie les plâtres.

"Derrière les petites polémiques politiques, il faut voir ce qui est fait réellement"

Le bourgmestre de la ville de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS), est bien entendu sur les lieux ce lundi matin. Interrogé par la RTBF, il estime que les craintes avancées par certains, et selon lesquelles les livreurs et les services de secours ne pourraient pas passer, s'avèrent erronées. Il demande d'ailleurs de prendre toutes ces critiques avec des pincettes car, dit-il, il faut voir qui se cache derrière : "La porte-parole des pompiers, par exemple, est une conseillère à la ville". Et d'ajouter : "Derrière les petites polémiques politiques, il faut voir ce qui est fait réellement"

Pratiquement parlant, le bourgmestre affirme que la police sera assez tolérante les premiers jours mais après "on va serrer la vis". "Il faut que chacun prenne ses marques", conclut-il.

Regardez son interview réalisée par notre journaliste Thomas Mignon:

 

Rappelons qu'une première évaluation de ce nouveau dispositif est prévu pour la fin des grandes vacances. Mais le véritable test, de l'avis du bourgmestre lui-même, ce sera à la rentrée de septembre.

MODE D'EMPLOI: Pour visualiser votre trajet en voiture, à pied ou dans les transports, utilisez le menu en haut à gauche de la fenêtre pour cocher ou décocher ce que vous souhaitez voir apparaître ou disparaître.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK