Bruxelles: 100 000 personnes et un piéton géant pour ouvrir la marche du piétonnier élargi

Regardez tous nos directs sur notre site, lundi matin, à partir de 6h30, pour découvrir le nouveau visage du centre ville.

Environ 100 000 personnes, selon la police et les organisateurs, participent ce dimanche à l'inauguration du piétonnier élargi du centre-ville dimanche, ouvrant ainsi un nouveau chapitre de l'histoire de la mobilité en offrant aux piétons une part non négligeable de l'artère qui la traverse en son centre. Au cours des dernières années, le périmètre de la zone réservée prioritairement aux usagers faibles s'est progressivement étendu, mais l'interdiction du trafic automobile sur plusieurs centaines de mètres des boulevards du centre, entre De Brouckère et la Bourse, fera date.

Festivités multiples

Dès midi, Liédo, un piéton géant en osier, baptisé "L'homme debout", s'est mis à marcher vers la place de la Bourse à partir de De Brouckère. Le piétonnier s'est ainsi transformé en un vaste espace de jeux : rollers, réalisation d'une fresque, construction de cerf-volant, jeux en bois. Le tout dans une ambiance musicale avec le DJ Jérôme Porsperger mixant de la musique classique et des fanfares.

6 images
Le piéton géant en osier, baptisé "L'homme debout" © RTBF
Le piéton géant en osier, baptisé "L'homme debout" © RTBF
Le piéton géant en osier, baptisé "L'homme debout" © RTBF
6 images
S. Silien © Tous droits réservés

Le bourgmestre Yvan Mayeur(PS)  a estimé pour sa part que l'humeur enjouée du jour était le signe d'un changement profond d'atmosphère.

"C'est une révolution. Le visage et l'ambiance de la Ville changent aujourd'hui. On va vivre dans une ville apaisée, beaucoup plus à la dimension des habitants, et non plus des voitures. Je pense que ce changement va être ressenti assez rapidement. J'espère qu'il fera des émules dans d'autres communes."

"Nous sommes aujourd'hui la capitale européenne qui a la plus grande zone piétonne. Pour les rencontrer régulièrement, je sais que mes collègues européens suivent les mêmes voies. Toutes les grandes villes d'Europe sont confrontées au problème de la congestion automobile et de la place trop grande qui a été faite aux voitures. Beaucoup prennent des mesures pour y remédier: Anne Hidalgo à Paris a une politique très volontariste, Ignazio Marino a interdit la circulation autour du Colisée à Rome... Nous sommes dans une marche européenne commune", a jouté le bourgmestre.

Jusqu'au 27 septembre, les services des sports et de la culture organiseront des activités dans le piétonnier les mercredis, samedis et dimanches.

Une lente transformation

Jusqu'il y a 25 ans, la Grand-Place de Bruxelles ressemblait encore à un parking à ciel ouvert. Dix ans plus tard, la Ville mettait en place une zone confort pour les usagers faibles dans le quartier de la Grand-Place afin d'en éradiquer le trafic de transit. La zone piétonne fut considérablement étendue au cours des dernières années, sans toucher aux axes principaux dans le Pentagone. La partie la plus emblématique de l'extension du piétonnier, qui sera inaugurée dimanche midi, portera sur les boulevards du centre, de la place De Brouckère à la rue du Lombard.

Le projet est accompagné d'un plan de circulation comprenant les modifications de la desserte en transport en commun et du trafic automobile autour de la zone piétonne. Il y a peu d'opposition au principe d'offrir la partie centrale des boulevards aux piétons, mais davantage à la forme que prendra le piétonnier et au plan de circulation revu en conséquence par sa cheville ouvrière, l'échevine libérale Els Ampe.

Ce plan prévoit la création de quatre parkings au bénéfice des commerçants et riverains, pour l'échevine; à celui des automobilistes qui y seront attirés, disent ses détracteurs. Ceux-ci critiquent aussi l'organisation d'une boucle de circulation autour du piétonnier.

Le bourgmestre Yvan Mayeur ne nie pas que ce changement emmène avec lui son lot d'incertitudes. Il n'exclut nullement de le moduler d'ici quelques mois.

Manifestation contre le piétonnier

Près d'une centaine de personnes se sont rassemblées à l'initiative des associations de la Platform Pentagone au coin de la rue de Flandre et de la rue Léon Lepage. Elles protestent contre l'emplacement du piétonnier et le plan de circulation. "Ceci n'est pas un piétonnier", ont-elles scandé.

Les participants ont symboliquement inauguré un pot d'échappement de 4 mètres, accompagné d'une musique faite de bruits de voitures. Ils ont fait circuler une pétition pour demander à revoir de manière réfléchie le projet.

La Platform Pentagone souhaite que le plan de mobilité dans son ensemble (piétonnier, mini-ring et parkings) soit soumis à un véritable processus de concertation avec les habitants et commerçants et que des études d'incidences soient réalisées, comme le prévoit le règlement régional. Pour rappel, un recours a d'ailleurs été déposé en ce sens, fin janvier, par trois associations environnementales et huit riverains.

Jean-François Dumoulin, représentant de Platform Pentagone, tempère l'engouement citoyen du jour. "Si vous faites une plaine de jeux, les gens sont évidemment contents. Maintenant, on verra en septembre quand le trafic reprendra. On trouve incohérent de faire un piétonnier sur le boulevard central qui est l'élément le plus structurant du centre pour renvoyer l'ensemble du trafic et amener la pollution dans l'ensemble de la Ville. A partir du moment où le mini-ring reçoit 2100 voitures à l'heure et qu'une bande de circulation unique ne peut recevoir que 700 voitures à l'heure, le chaos est annoncé. Il y a des quartiers moyenâgeux remarquables dans Bruxelles qui forgent son âme comme les Marolles ou le Sablon. Au lieu de les passer en zones piétonnes, on va leur envoyer des véhicules".

Le militant dit préférer l'implantation de plusieurs petits piétonniers dans la Ville plutôt qu'un grand piétonnier "mal pensé". La Platform Pentogone dénonce en outre la diminution de l'offre des transports en commun qui résulte du projet ainsi que la construction de nouveaux parkings, des "aimants à voitures".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK