Coup d'état en Turquie: les politiques belgo-turcs réagissent

Ce samedi matin, le coup d'état d'une partie de l'armée semble avoir échoué en Turquie. Dès leur déclenchement, les événements ont fait régir partout dans le monde et en Belgique où vit une importante communauté turque. Au sein de celles-ci, plusieurs politiques élus dans nos parlements.

Une des premières à avoir réagi aux troubles, c'est Mahinur Ozdemir, députée bruxelloise indépendante (ex-cdH). Dès les premières minutes, celle-ci réagissait de manière révoltée sur Facebook: ""L'état de droit" serait une priorité pour ces militaires. LA BLAGUE!". Proche de l'entourage du président Erdogan, la députée a à nouveau posté un message sur Facebook dans la nuit: "Journalistes se font maltraiter et ligoter en live par les putschistes! Ils se disaient Garants de la démocratie?"

Emir Kir, député fédéral PS et bourgmestre de Saint-Josse, a posté pour sa part au milieu de la nuit: "Opposition et majorité condamnent le putsch! La population turque est en ce moment dans la rue, soutenons la démocratie en Turquie. ‪#‎NonAuPutch‬". Sa collègue Özlem Özen (PS) évoque une Turquie qui "se lève une nouvelle fois meurtrie. De nombreux civils sont décédés des suites de cette tentative de coup d'Etat. Je suis de tout cœur avec les familles des victimes. Le respect des institutions démocratiques est primordial et les problèmes doivent toujours se régler dans le cadre de la constitution".

Sevket Temiz, député régional bruxellois, écrit de son côté sur les réseaux sociaux: "Image inédite qui restera à jamais dans l'histoire de la Turquie. Ce matin le peuple a défendu avec foi sa démocratie, son destin. La Turquie se réveille avec espoir et confiance. Les soldats putschistes se rendent!! Dorénavant la Turquie a besoin plus de démocratie plus de droits."

Hasan Koyuncu (PS), élu également au Parlement régional bruxellois, a appelé dès les premières minutes "le peuple turc à crier fort et dire non à une intervention militaire à la démocratie en Turquie!" Deux autres messages ont suivi dans la nuit: "Le peuple turc se révolte face à la junte militaire en se jetant devant les chars à Istanbul" et "l'histoire nous parlera du soulèvement de tout un peuple pour la gloire de la démocratie contre un coup d'état militaire."

Sadik Koksal (Libéral), échevin à Schaerbeek arbore le drapeau turc comme photo de profil Facebook. "Après une longue nuit noire pour la ‪#‎Turquie‬, le ‪#‎PeupleTurc‬ et la‪#‎Démocratie‬", écrit le mandataire local. "Quand le peuple, le politique et la presse défendent ensembles le droit constitutionnel et sont unis contre cette tentative de coup d'état, le jour se lève avec l'espoir du respect du droit démocratique!"

Meryem Almaci, députée fédérale Groen, salue sur Facebook la mobilisation des forces au pouvoir et dans l'opposition "pour mettre fin au coup d'état". "Les prochaines heures seront décisives. Une chose est sûre: la Turquie n'a besoin ni d'un coup d'état ni d'une dictature", écrit-elle encore. Sur Twitter, la nuit dernière, l'élue écologiste rapportait des appels à manifester dans la commune de Beringen. Celle-ci appelait alors au calme.