Les Diables rouges se chaussent en Nike ou Adidas et boudent Puma

Hazard, De Bruyne, Mertens, Alderweireld, Courtois, Nainggolan, Vertonghen, Lukaku... Tous des Diables et tous en chaussures de football Nike. Si l'on prend les joueurs belges alignés lors du huitième de finale contre la Hongrie, le contraste est flagrant: c'est la marque à la virgule qui rafle la mise. Hazard et De Bruyne ont opté pour l'une des variantes de la Mercurial, les autres pour la Magista. Deux modèles reconnaissables entre mille avec leurs couleurs flashy (orange, jaune, noir), favorites des stars de la planète foot.

De son côté, Adidas n'équipe les pieds que de trois joueurs (titulaires): Meunier, Vermaelen et Witsel figé dans une pub juste après son but contre la République d'Irlande. Une très faible proportion pour la marque aux trois bandes qui fournit pourtant l'Union belge et dessinent les maillots des Diables. Une marque moins fiable? Pour les spécialistes, pas du tout! Adidas a un savoir-faire reconnu à travers le monde et a (ou a eu) des partenariats célèbres: Zidane, Beckham dans les années 90 et 2000, Gareth Bale, Lionel Messi et Karim Benzema aujourd'hui. Pourtant, la société fondée par Adolf Dassler n'arrive pas à séduire les joueurs belges.

Batshuayi, future star Adidas?

Il faut dire qu'Hazard, l'étoile de l'équipe, est sous contrat avec Nike. Il s'affiche régulièrement dans des spots publicitaires aux côtés de Ronaldo, Neymar et Rooney. Entre Nike et Adidas, c'est à qui fera montre de sa toute puissance financière pour s'adjoindre des ambassadeurs tendance. Ronaldo toucherait près de neuf millions par an pour porter du Nike. Autant que Beckham avec Adidas à l'époque. Eden Hazard, le Brainois, n'affole peut-être pas encore les compteurs mais n'en est pas loin. Et au vu de ses dernières prestations à l'Euro 2016, il devrait être choyé par la marque américaine en cas de renégociation du chèque.

Un grand tournoi, c'est donc une vitrine pour l'équipementier et le joueur. Du win-win! A l'image de Michy Batshuayi, fourni par Adidas. Avec une montée au jeu suivie d'un but et l'annonce d'un transfert à Chelsea, le tout en l'espace de 72 heures, sa carrure publicitaire risque de prendre de la valeur.

Puma de Cruijff, Pelé et Maradona

Et Puma dans tout cela? L'ancien équipementier du roi Pelé, de Maradona et de Feu Johan Cruijff n'a plus la côte chez les footeux et les Diables en particulier. Le félin fait clairement banquette. Pourtant, El Flaco ne jurait que par ses griffes. Au point d'obtenir la disparition de la troisième bande de sa vareuse orange lors de la Coupe du Monde 1974 en Allemagne. Un cas quasi unique dans l'histoire du football. Dans nos années 2010, la concurrence est rude pour Puma qui ne peut compter que sur les Français Griezmann et Giroud pour faire rayonner ses crampons.

Les remplaçants

Sur le banc des remplaçants des Diables, peu d'originalité non plus. Yannick Ferreira Carrasco et Ciman chaussent du Nike. Idem pour les deux joueurs de Liverpool Benteke et Origi. Dembele a choisi Adidas après avoir longtemps hésité avec Nike. 

New Balance, la marque improbable en football

Enfin, il reste l'ovni Fellaini. Coupe de cheveux improbable, marque de chaussures football improbable. Il y a un an, le Mancunien signait un contrat avec New Balance, une marque connue pour son expertise en matière de running, pas de football. New Balance est toutefois parvenu à convaincre l'ancien Standarman de même que Samir Nasri, Aaron Ramsey et deux autres Diables, Adnan Januzaj et Vincent Kompany. New Balance floque depuis la saison dernière le maillot de Liverpool. La stratégie est claire: entrer en cours de jeu et se frayer un espace entre Nike et Adidas. Mais gare aux tacles!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK