Euro 2016: des retards de transmission qui tuent le suspense 

Entendre, au loin,  la clameur d’un stade de foot avant d’en découvrir la raison sur son propre écran de télé, c’est frustrant. Mais c’est inévitable. La numérisation du signal vidéo brise le suspense des fans de foot trop proches des stades. Ou de grands écrans installés dans des cafés.

En France, à proximité des stades, de nombreux téléspectateurs se sont étonnés d’entendre les exclamations de joie (ou de peine) jaillir des travées des stades pour n’en comprendre la raison que quelques secondes plus tard, en regardant leurs écran.

En d’autres termes, les fans de foot  se font "spoiler" les moments les plus intenses, supprimant tout suspense parfois plus de 20 secondes avant de profiter de l’événement sur leur propre terminal.

De 5 à 30 secondes, voir davantage

Ce n’est pas une mesure prise pour frustrer les amateurs de sport, mais une contingence liée à la numérisation des émissions de radio et de télévision. Selon les circonstances, le délai (le retard), entre l’enregistrement d’un événement et son apparition sur un écran peut durer de 5 à … 30 secondes. Sous cet angle, la télévision analogique était de moindre qualité, mais -un peu- plus rapide.

La raison est que le son propagé sur internet, mais aussi l’image vidéo sont numérisés. Cette digitalisation impose plusieurs phases d’encodage et de décodage du signal. D’abord lors de l’émission du signal, et ensuite lors de sa réception par le fournisseur d’accès. D’autres phases d’encodage/décodage peuvent également intervenir en cours de route. Chacune de ces procédures fait perdre du temps au signal qui, donc, arrivera avec un retard plus ou moins long. Le retard ne sera que de 5 secondes en radio, mais  sera bien plus long en vidéo. Cela vaut pour les téléviseurs fixes, les smartphones ou les tablettes.

Une certaine inégalité dans le retard

Le retard est également déterminé par le type de terminal utilisé. Tout simplement parce que la vitesse de transmission du signal est plus rapide en fibre optique qu’en 3G ou en 4G. Ce qui défavorise  les appareils mobiles par rapport aux téléviseurs fixes. Et enfin, pour les smartphones ou les tablettes, il faudra parfois ajouter un délai volontaire, créé par l’opérateur pour éviter les courtes interruptions dues à une mauvaise qualité du signal. Il est alors créé un cache, une sorte de tampon qui ralentit encore la diffusion dans un but de qualité.  

Enfin, en cas de passage par des satellites, le délai peut encore être accru. Mais que les fans de foot se rassurent, cela ne concerne pas que le football.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK