Benoît Lutgen: "Ecolo utilise des méthodes dignes de Donald Trump"

Benoît Lutgen (cdH), ancien ministre wallon de l'Agriculture et bourgmestre de Bastogne, attaque ouvertement la communication du parti Ecolo dans l'affaire Veviba

Le 13 mars, Alain Maron, le député Ecolo au Parlement de la Région Bruxelles-Capitale, avait publié sur Twitter une photo du JT de la RTBF où l'on voit une carcasse de viande sur laquelle il est inscrit "Benoît Lutgen" en y commentant "La carcasse Lutgen / Veviba... On dirait presqu'une fable...."

Benoît Lutgen est outré par ce tweet : "Monsieur Maron utilise des méthodes dignes de Trump. Je ne savais pas qu’Ecolo allait verser dans la démagogie et utiliser des méthodes de propagande" avant de préciser qu'il s'agit d'un éleveur de Vaux-Sur-Sûre qui porte le même nom que lui.

Il s'en prend également aux accusations de la députée Hélène Ryckmans qui dénonce un "système cdH": "Ecolo tombe dans la démagogie dégoûtante. Tout le monde avait des liens, ce n’est pas un ami. C’est un acteur économique important dans ma commune."

 "Il y a un an, j’ai organisé une réunion avec Veviba, comme bourgmestre de Bastogne et toute une série d’acteurs de la filière parce qu’il y avait une pénurie d’emploi dans le secteur. On a essayé de mettre en place de formation pour l’ensemble du futur personnel dans l’entreprise et valoriser le secteur", justifie-t-il.

Selon le président du cdH, les agriculteurs se sentent salis et il déplore les amalgames dans ce dossier : "C’est comme si on vous disait, "vous avez aidé les emplois à VW Forest, vous êtes donc responsable des fraudes sur les moteurs VW". C’est de l’amalgame et du populisme. Je pensais que ce type de méthode viendrait de l’extrême droite." 

Appliquer le modèle du secteur laitier

Afin de trouver une solution au scandale dans le secteur de la viande, Benoît Lutgen prend l’exemple du modèle Fairebel dans le secteur laitier qu’il a mis en place lorsqu’il était ministre wallon de l’Agriculture: "Les agriculteurs sont venus me trouver car les trésoreries étaient au plus bas. Je leur ai donné la possibilité de mettre en place une coopérative, ils avait eu la possibilité de devenir coopérateur à la hauteur de 1000 euros. Aujourd’hui, Fairebel fonctionne bien où les agriculteurs sont maîtres de la production et de la commercialisation."

Il souhaite que le repreneur soit aussi acteur, il faut changer de modèle où les agriculteurs soient autour de la table.

Selon lui, c’est incroyable que l’on supprime les abattoirs dans la zone où se situent les éleveurs et qu’on transporte ensuite ces animaux: "En termes de bien-être animal et d’environnement, c’est une erreur."

E-change

Le président du cdH accueille favorablement l'arrivée de nouveaux mouvements de réflexion comme E-change: "Ce n’est pas un parti politique, c’est un mouvement de réflexion. Les mouvements de réflexion qui décloisonnent l’ensemble du monde politique avec la société civile sont une bonne chose. Que la société civile, des acteurs culturels sociaux et autres qui puissent dialoguer et faire des propositions, c’est respectable. Que ce soit E-change ou d’autres…"

Il ajoute que les citoyens doivent se retrouver sur les aspects de démocratie, défendre des visions de société qui soient le plus durable possible au niveau social, économique et environnemental. 

Service citoyen

Sur un autre dossier, il propose un service citoyen pour tous les Belges afin de mettre en avant le vivre ensemble : "L’objectif est de voir comment on peut mieux vivre ensemble et que l’on puisse y retrouver les valeurs fondamentales de notre pays de tolérance, dignité humaine, de lutte contre le racisme et la xénophobie entre l’âge de 18 et 30 ans." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK