Bruxelles: Alain Courtois va rencontrer Jacques Oberwoits, qui a perçu 120 000 euros en 2016

Jacques Oberwoits.
Jacques Oberwoits. - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

"Comme son nom a été cité dans la presse, j'ai prévu de rencontrer Monsieur Jacques Oberwoits cette semaine afin de voir de quoi on parle. Mais à ce stade, il n'y a pas de suspicion de ma part." Alain Courtois, premier échevin MR à la Ville de Bruxelles confirme à la RTBF que parmi ses mandataires locaux, il n'y a pas que le cas Christophe Pourtois qui fait débat, il y a aussi le conseiller communal MR Jacques Oberwoits. Pour rappel, Christophe Pourtois, conseiller CPAS MR, a quitté ce poste ce mardi matin après les révélations sur ses rémunérations de 100 000 euros brut par an perçues auprès de plusieurs structures publiques de la Ville de Bruxelles. 

Quelle est la situation Jacques Oberwoits? Élu depuis 1976, Jacques Oberwoits est actuellement conseiller communal MR (chef de groupe à la Ville) et conseiller de police. Avocat, il siège aussi au sein de plusieurs entités publiques. Le cadastre dressé par le bourgmestre Philippe Close (PS) comptabilise deux mandats pour Jacques Oberwoits: vice-président de la faîtière Iris (hôpitaux publics) et vice-président du CHU de Bruxelles. Le premier mandat rapporte 24 760,26 euros brut par an, le deuxième 33 013,68 euros par mois, toujours selon le cadastre.

Hôpitaux, Vivaqua, fonds de pension

Reste que ce tableau ne reprend pas les mandats occupés au sein des intercommunales. Jacques Oberwoits siège pourtant au Conseil de gérance de Vivaqua, l'intercommunale bruxelloise des eaux, en tant que vice-président. Selon le dernier rapport d'activités de Vivaqua, ce mandat lui rapporte 56 546,64 euros brut par an.

Jacques Oberwoits occupe également la vice-président d'Hydralis, structure privée gérant le fonds de pension de Vivaqua. A Hydralis, il est cette fois question d'un jeton d'environ 710 euros brut par réunion (dix en moyenne sur l'année).

Au bout du compte et hors calculs des jetons de présence au conseil communal et au conseil de police, Jacques Oberwoits a perçu en 2016 plus de 120 000 euros par an, soit 20 000 euros de plus que Christophe Pourtois.

"Je l'ai déjà dit plusieurs fois: ces mandats et ces structures datent de plusieurs années", insiste Alain Courtois. La volonté du chef de file MR est donc de rationaliser ces organismes, avec son partenaire de majorité PS. Mais pour l'heure, Alain Courtois ne demande pas la démission de Jacques Oberwoits de ses différents mandats. Alain Courtois rappelle encore que son président de parti réclame de chacun de ses élus une déclaration de mandats complète, pour le 30 juin prochain.

Oberwoits a abandonné un mandat au 1er janvier 2017

Pour Jacques Oberwoits, les différents mandats occupés ne concernent pas des coquilles vides. "Prenons le CHU de Bruxelles (CHUB), structure qui regroupe uniquement les quatre hôpitaux publics de la Ville de Bruxelles (Brugmann, Bordet, Saint-Pierre, Reine Fabiola). Cette structure a pour objectif d'avoir un actionnariat unique pour ces quatre hôpitaux et de prendre des décisions qui concernent ces quatre hôpitaux uniquement, dans le cadre d'un regroupement en réseau. Grâce au CHUB, nous avons pu rationaliser, dans un souci de bonne gouvernance, toute une série de choses:  informatique, gestion des Ressources humaines, service juridique... Au niveau des hôpitaux, nous avons également mis en place des partenariats entre hôpitaux universitaires mais aussi la création du Laboratoire universitaire de Bruxelles, l'un des plus performants d'Europe."

Par ailleurs, avec la mise sur orbite du CHUB, Jacques Oberwoits annonce avoir quitté son mandat au 1er janvier 2017, élément qui n'a pas été repris dans le cadastre des mandats de la Ville de Bruxelles.

Quant à ses trois autres "gros" mandats, Jacques Oberwoits, ancien président de CPAS, rappelle qu'il y est envoyé par son parti "bien que j'ai une affinité particulière pour les matières hospitalières et que j'ai une expertise dans ce domaine". En ce qui concerne Vivaqua, il rappelle que les rémunérations sont votées chaque année par une assemblée générale. "Ma situation est donc connue."

Au sein de cette intercommunale, l'intéressé rappelle tout le travail réalisé au niveau de la fusion avec l'intercommunale Hydrobru.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir