Marcel Moreau est décédé : un écrivain belge immense mais méconnu du grand public

Marcel Moreau est décédé dans la nuit de samedi à dimanche, à l’âge de 86 ans, à Bobigny (France), des suites d’une infection au coronavirus. L’écrivain laisse derrière lui une œuvre gigantesque, composée de plus de 60 ouvrages.

Marcel Moreau est né à Boussu en 1933. C’est de son Borinage natal qu’il tire son envie d’écrire. Région ouvrière par excellence, la culture n’y est, à l’époque, que très peu présente, ce qui révolte Marcel Moreau. L’écriture lui servira à s’arracher de son milieu. Il répétera d’ailleurs souvent que le mineur battant le charbon était pour lui une parfaite allégorie de l’écrivain au travail.

Il commence sa carrière comme aide-comptable au journal Le Peuple. En 1955, il devient correcteur au Soir, et correspond avec des écrivains comme François Mauriac ou Albert Camus. Il entame la rédaction de son premier ouvrage : "Quintes" qui paraît en 1963. Le livre est salué par des écrivains de renom, comme Simone de Beauvoir et sera même en lice pour les prix Goncourt et Renaudot.


►►► À lire aussi : Marche-en-Famenne : le Prix Horizon du Deuxième Roman reporté à l’automne


En 1968, Marcel Moreau s’installe avec sa famille à Paris et devient correcteur aux éditions Alpha. Il continue son travail d’écriture. Sont alors publiés les livres "Ecrits du fond de l’amour", un roman épistolaire et, en 1971, "Julie ou la dissolution", probablement le plus connu de ses ouvrages. Il dépeint l’arrivée d’une nouvelle dactylo, Julie Malchair, dans la rédaction d’une revue scientifique. Elle entre ainsi dans le quotidien d’un correcteur et de ses collègues et les conduit à se libérer des habitudes et des règles que la vie sociale leur impose. Le recours au vin et à la drogue conduit à des festins décadents dans le bureau, jusqu’à ce que, sa tâche accomplie, Julie disparaisse.

L’œuvre de Marcel Moreau est longue d’une soixantaine d’ouvrages. Citons par exemple : "La Terre infestée d’hommes" (1966), "Le Chant des paroxysmes" (1967), "La Pensée mongole" (1972), "Les Arts viscéraux" (1975), ou encore "Le Grouilloucouillou", écrit en 1987, en collaboration avec Roland Topor. Son dernier livre, "Un cratère à cordes", avait été publié en 2016.


►►► À lire aussi : Décès de Thérèse Michielsen, épouse de Jacques Brel, à l’âge de 93 ans


Marcel Moreau avait reçu, en 2006, le prix de littérature francophone Jean Arp pour l’ensemble de son œuvre.

Hospitalisé en 2018, il vivait depuis dans une maison de repos (Ehpad) en région parisienne. Il y a contracté le Covid-19 et en décédé à l’âge de 86 ans.

Récemment, en 2018, Stefan Thibeau avait réalisé "Marcel Moreau : se dépasser pour s’atteindre", un documentaire, film testament sur l’écrivain. La bande-annonce du film est visible sur Youtube. Le film, lui, est disponible sur la plateforme en ligne de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Archives: interview de Marcel Moreau par Jean Antoine en 1966