Bruniquel, la plus vieille construction humaine: l'homme de Néandertal explorait déjà des grottes il y a 176 500 ans

C'est une découverte archéologique sans précédent : une équipe d'archéologues et géologues franco-belge a daté des structures de stalagmites brisées dans une grotte du sud de la France.

Elles ont plus de 176 500 ans, soit dix fois plus anciennes que les grottes de Lascaux, mais, surtout, elles bouleversent complètement nos connaissances sur l’homme de Néandertal et son évolution.

Géologue professionnelle et spéléologue amateure

En 2012, la géologue belge, Sophie Verheyden de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique est en vacances comme beaucoup de Belges dans l’Aveyron. Elle visite une exposition de photos montrant une grotte découverte par des spéléologues en 1990. Spéléologue amateur, Sophie parvient à se joindre à une équipe locale de spéléologues pour visiter la grotte de Bruniquel.

Elle s’enfonce dans un étroit réseau souterrain. A 300 mètres de l’entée, elle débouche enfin dans une salle recouverte de structures intrigantes. Il s’agit d’un cercle de 10 mètres de diamètre accolé à un autre plus petit de trois mètres de diamètre dans lesquels quatre lieux d’accumulations de stalagmites cassés sont posés. Ce qui frappe Sophie Verheyden, c’est que tous ces morceaux sont calibrés et qu’il y a des cales pour faire tenir cet empilement.

Dès 1995, une première équipe de chercheurs avait déterminé l’âge d’occupation de cette grotte à -47 000 ans grâce à la méthode du carbone 14 prélevé sur un os d’animal trouvé dans la grotte.

En 2013, , Jacques Jaubert de l’université de Bordeaux, Dominique Genty du CNRS et le spéléologue Michel Soulier de la Société spéléo-archéologique de Caussade s'intéressent à leur tour aux structures. Ils réalisent un inventaire minutieux de tous les fragments de stalagmites, façonnent un modèle 3D des constructions, cartographient l’emplacement des foyers et surtout prélèvent des échantillons pour de nouvelles datations.

La construction humaine la plus ancienne

Sophie, elle, voudrait dater directement les stalagmites avec une autre méthode, celle de l’uranium-thorium. A l’aide de carottes réalisées sur les stalagmites à la base des structures et d’autres réalisées sur les nouvelles stalagmites qui ont grandi dessus, elle peut déterminer une fourchette d’âge de la construction. Et là, surprise. La datation des carottes de stalagmites ne laisse place à aucun doute: les dessins des grottes de Lascaux avaient 18.000 ans, ces structures elles ont 176.500 ans. Elles sont 10 fois plus anciennes.
"Ce sont les plus anciennes constructions humaines aussi complexes trouvées sous terre", explique la géologue Sophie Verheyden.

Un lieu de culte ?

Les structures découvertes sont à plus de 300 mètres de l'ouverture de la grotte. Elles prouvent que l'homme de Néandertal maîtrisait non seulement le réseau souterrain mais aussi le feu et ce n'est pas tout. S’il pénétrait si profondément dans ces grottes, ce n’était pas pour y vivre mais plutôt pour des raisons cultuelles, selon le préhistorien Jacques Jaubert de l’université de Bordeaux.
La grotte de Bruniquel était-elle un lieu de sépulture pour l'homme de Néandertal? Le mystère reste entier. Par contre, cette grotte nous prouve que Néandertal était bien plus évolué que nous le pensions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK