Crise en Catalogne:Carles Puigdemont, Lluis Puig et Toni Comin comparaîtront ensemble le 16 décembre à Bruxelles

Lluis Puig et Toni Comin ont obtenu un report d'audience au 16 décembre.
Lluis Puig et Toni Comin ont obtenu un report d'audience au 16 décembre. - © NILS QUINTELIER - BELGA

Les indépendantistes catalans Lluis Puig et Toni Comin, défendus par Me Christophe Marchand et Me Paul Bekaert, ont obtenu ce vendredi matin devant la chambre du conseil de Bruxelles le report de leur audience au 16 décembre afin de comparaître en même temps que Carles Puigdemont.

La chambre du conseil doit examiner la validité des mandats d'arrêt européens décernés par la justice espagnole ainsi que le risque de violation des droits humains dans leur chef s'ils sont renvoyés en Espagne.

Report d'audience

Ce report d'audience a été demandé par les avocats des politiciens catalans. "Depuis le début, on fait défense commune pour tous les membres du gouvernement catalan en exil", explique Me Marchand. "A l'audience, on a acté un agenda d'échanges d'arguments écrits avec le procureur du roi. Depuis 2017, on plaide l'immunité - et maintenant plus fortement encore puisque Toni Comin et Carles Puigdemont sont députés européens - puis l'ensemble des violations des droits fondamentaux qui ont eu lieu en Espagne".

Rébellion ou sédition?

La défense des indépendantistes estime qu'il n'y a pas d'infraction: "N'importe quel chef d'accusation, que ce soit rébellion ou sédition, est pour nous inadéquat", continue Me Marchand. "Sédition n'existe pas chez nous. Il n'y a donc pas de double incrimination. On ne comprend pas pourquoi des faits qui sont les mêmes, sont qualifiés une fois d'une manière et une autre fois d'une autre manière. Il y a beaucoup de flou dans la demande espagnole."


►►► Lire aussi: un an après le référendum, les indépendantistes catalans déboussolés et divisés


Pour rappel, Lluis Puig et Toni Comin ont été entendus par un juge d'instruction le 7 novembre dernier, lequel leur a permis de rester en liberté sous conditions. Les deux hommes doivent disposer d'une adresse fixe en Belgique, répondre aux convocations de la justice belge et ne pas quitter le pays sans l'autorisation du juge d'instruction.

Lluis Puig, ancien ministre catalan de la Culture, est poursuivi par la justice espagnole pour malversations et désobéissance. Toni Comin, ancien ministre catalan de la Santé, est quant à lui poursuivi pour sédition et malversations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK