Ahmed Laaouej: "Nous sommes la risée de la scène internationale"

Ahmed Laaouej.
Ahmed Laaouej. - © THIERRY ROGE - BELGA

Carles Puigdemont est en Belgique. Et la Belgique ne réagit pas : aucune déclaration de la part du gouvernement fédéral à l'heure d'écrire ces lignes.

Alors, dans l'opposition, on s'interroge. Ahmed Laaouej, chef de groupe socialiste à la Chambre, demande au Premier ministre Charles Michel (MR) de venir clarifier la situation devant le Parlement et de donner plus de précision quant à la présence de Puigdemont.

"On ne peut pas imaginer que le Premier ministre ne soit pas en possession de cette information, s'insurge le député PS. Il doit soit confirmer les rumeurs, soit les faire taire, mais il doit venir s'expliquer, et puis surtout prendre attitude."

Un "silence prolongé", "totalement incompréhensible" et "inacceptable"

"Qu'est-ce qu'on fait si Puigdemont demande l'asile à la Belgique ? Le problème n'est pas que juridique, le problème est politique. Il y a aujourd'hui un différend avec l'Espagne, voire même un début de contentieux particulièrement important, qui place la Belgique dans une situation particulièrement délicate. Ce n'est pas acceptable, et ce qui est surtout inacceptable c'est le silence prolongé, tant du Premier ministre que du ministre des Affaires étrangères (Didier Reynders, MR). À ce niveau-là de responsabilité, c'est totalement incompréhensible."

Pour Ahmed Laaouej, le gouvernement fédéral "est aujourd'hui l'otage de la N-VA", "des petits jeux politiciens", "de l'idéologie nationaliste et séparatiste". Le socialiste estime estime que l'on "peut s'interroger sur l'autorité du Premier ministre à l'égard de la N-VA".

"On va devoir tout penaud le rendre aux Espagnols ?"

Mais, poursuit-il, "Charles Michel (...) a créé la situation dans laquelle il se trouve aujourd'hui, une situation qu'il ne maîtrise plus. En laissant faire à Francken tout ce qu'il veut depuis le début de la législature – je ne vais pas vous refaire l'inventaire de toutes les provocations, toutes les incartades (...) –, il lui a aujourd'hui permis d'être celui qui dirige la politique étrangère de la Belgique avec des discours qui ont évidemment été entendus par Puigdemont, puisque, si Puigdemont est là, ce n'est pas par hasard...".

Et Ahmed Laaouej de s'interroger : "Qu'est-ce qu'on fait demain si en effet on constate que Monsieur Puigdemont ne répond pas aux conditions d'asile ? Et puis si, par ailleurs, on a l'État espagnol qui décide d'entamer des poursuites contre lui, qu'est-ce qu'on va faire ? On va devoir tout penaud le rendre aux Espagnols ?".

"Ignoble envers ceux qui fuient la guerre", accueillant avec Puigdemont

"Du fait des provocations, des discours de Monsieur Francken, on a créé une situation, le fameux appel d'air dont il parlait lui-même..."

"Et je voudrais insister sur un point : quand Monsieur Francken se montre aussi ignoble dans ses propos à l'égard de personnes qui fuient la guerre, qui fuient la misère, et puis que, pour des réseaux et des petits jeux politiciens qui procèdent de son idéologie nationaliste, il lance un appel à Puigdemont... Il y a là comme une indécence, il y a là deux poids, deux mesures, qui sont aussi inacceptables", tempête le chef de file PS.

Carles Puigdemont, "qui, je m'excuse, n'est quand même pas menacé de mort, ou menacé dans ses intérêts fondamentaux en Espagne. Il doit simplement répondre à des actes qu'il a commis dans un État de droit, à savoir L'Espagne qui est un État démocratique, il faut quand même bien le rappeler", conclut Ahmed Laaouej.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK