Noir, Jaune, Blues, et après? Jour 2 à Braine: en route vers la "gojo", sous le signe de la rencontre

Deuxième journée d’immersion dans les rues de Braine-le-Comte. J’ai aujourd’hui, été rejointe par mon confrère du Soir, Daniel Couvreur. Nous sommes, désormais, deux à aller à la rencontre des citoyens de Braine et autant vous dire que l’accueil est toujours aussi chaleureux. La parole est libre et très, très franche.

Nous avons rencontré Jaïro et Noémie, deux jeunes trentenaires qui sont en plein travaux.

2 images
Noir, jaune, blues, et après? Jour 2 à Braine: en route vers la "gojo", sous le signe de la rencontre © Tous droits réservés

D’ici quelques semaines, ils vont ouvrir une cantine citoyenne nommée "Gôjo", c’est de l’espéranto, qui signifie "joie". Une vision d’une cantine où ce seront les produits locaux des producteurs du coins qui seront mis en avant.

Mais au-delà d’une volonté de faire du "local", c’est aussi une toute autre philosophie qu’ils ont voulu insuffler à leur cantine située face à la gare. Leur établissement est en réalité une coopérative composée d’amis et de citoyens ayant la volonté d’une autre manière de consommer. Leur cantine sera aussi un espace de rencontre, entre les navetteurs du matin et les Brainois en manque d’un endroit où se réunir.

Nous avons aussi rencontré Agnès et son fils Eric, la première famille noire de Braine-le-Comte. Une mère et un fils avec un regard plein d’humour et de reconnaissance envers la ville qui les a accueillis en 1985. Pourtant, Éric estime que son avenir sera plus sombre que celui de ses parents... une nouvelle qui a quelques peu interpellé sa maman, très engagée dans les animations socio-culturelles brainoises.

Bref, c’était encore une très très belle journée. Demain, nous irons sur le marché hebdomadaire. Brainois, Brainoises, je vous y donne rendez-vous entre les légumes et les rôtisseries!

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK