Comment peut-on venir en aide aux réfugiés?

Le mini guide de tout ce que vous pouvez faire pour venir en aide aux réfugiés
5 images
Le mini guide de tout ce que vous pouvez faire pour venir en aide aux réfugiés - © Tous droits réservés

Dans le cadre d'une journée spéciale "Les réfugiés et moi", la RTBF a demandé aux internautes à quelles questions ils souhaitaient obtenir une réponse. Cet article répond à une des trente questions les plus fréquemment posées.

 

Que faire pour les réfugiés, comment intervenir au mieux pour eux ?

Nous avons tenté de vous apporter des réponses concrètes. Des dons financiers en passant par le volontariat, le crowdfunding, ou les pétitions, il existe de nombreux moyens de soutenir les réfugiés et leurs familles arrivées ici ou - et c'est aussi essentiel - celles qui sont restées au pays.

1. Aider les associations sur le terrain

Caritas : ils sont toujours à la recherche de logements inoccupés, mais ils ne conseillent pas d’accueillir chez soi un réfugié demandeur d’asile car il y a des failles juridiques en Belgique et ces personnes pourraient perdre leurs droits à l’accompagnement, (soutien psychologique) au CPAS, à des formations.

La Plateforme citoyenne : pareil, ils sont reçu beaucoup. Donc maintenant les demandes sont plus spécifiques : couvertures chaudes, tapis de sol de camping, vêtements chauds pour l’hiver. Liste sur leur page Facebook. Ils ont lancé un appel aux familles pour accueillir des réfugiés pendant la phase de pré-accueil (5 à 10 jours).

La Croix-Rouge : ils sont des stocks importants, ils ont des bénévoles (10.000 en tout pour la Croix Rouge de belgique) donc pas de besoins spécifiques en ce moment. Mais les dons d’argent sont les bienvenus car ils peuvent alors investir en fonction des besoins qu’ils ont.

Fedasil : les centres sont débordés donc ils attendent quelques semaines avant de refaire des demandes. Mais par contre avec l’hiver qui approche, ils ont besoin de vêtements et chaussures pour hommes. Mais chaque centre fait un peu son état des lieux. Pour les bénévoles, beaucoup de demandes sont sur liste d’attente le temps de les traiter. Les bénévoles s’occupent des cours de langue et du tri des vêtements notamment. Au niveau intégration, ils font des visites avec les réfugiés, ils aident les enfants à faire les devoirs, ils donnent des cours. Quand les demandeurs d’asile doivent trouver un logement alors là aussi les bénévoles peuvent aider dans les démarches, pour aller chez le médecin aussi..

Tous vos dons peuvent être déposés 24h/24 et 7j/7 à l’accueil d’un centre situé dans votre région. Vous trouverez la localisation et les coordonnées des centres d’accueil de Fedasil via ce lien. Veuillez d'abord prendre contact avec le centre.

Convivial : le mouvement d'insertion des réfugiés, lui propose de créer un fond pour aider les réfugiés à s'acquitter de la garantie locative et du premier mois de loyer. Un prêt à Convivial, sans intérêt financier mais à haut rendement humanitaire et à remboursement garanti. Vous choisissez la date du remboursement de votre prêt.

La carte des centres d'accueil proches de chez vous

Un des premiers gestes concrets est de soutenir financièrement, même avec de petites sommes versées régulièrement, les associations internationales qui œuvrent sur le terrain. 

La plupart des réfugiés ne sont pas en Europe

"L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a mis en place un programme d'allocations en espèces pour permettre aux familles syriennes de prendre en main leurs dépenses les plus urgentes en médicaments et en nourriture", écrit Slate.

The International Rescue Comittee (IRC) tente de son côté d'améliorer les conditions de vie des réfugiés logés dans les camps de transit des îles grecques : l'IRC apporte ainsi des douches, de l'eau potable et informe les candidats réfugiés sur leurs droits.

Save the Children vient pour sa part en aide à ceux qui ont trouvé refuge en Jordanie, au Liban, en Irak, en Égypte, en fournissant nourriture, vêtements et abris.

Les équipes de Médecins Sans Frontières "ne peuvent plus intervenir dans les zones détenues par l'État islamique, et ont dû quitter l'hôpital général, mais elles viennent en aide à un réseau de médecins locaux et s'occupent des populations déplacées dans des camps de fortune", indique Slate. Par ailleurs, MSF a lancé plusieurs opérations de recherche et de sauvetage en mer des candidats réfugiés en mer Méditerranée.

Quant à l'Unicef, elle défend la cause des enfants dans 190 pays du monde. Parmi lesquels notamment la Macédoine, aujourd'hui l'un des pays de passage des candidats réfugiés qui emprunte la route des Balkans. Là, l'ONG "met en place des tanks à eau pour les familles qui arrivent déshydratées, et travaille sur le terrain avec les autorités locales". Il est dès lors possible de parrainer des enfants.

2. Aider les associations internationales dans leurs actions locales

La Croix-Rouge de Belgique est mandatée par l’Etat fédéral depuis 1989 pour l’accueil des demandeurs d’asile. Elle accueille une large part des demandeurs d’asile présents sur le territoire belge. Le 1er octobre, elle ouvrira un autre centre à Saint-Ode, ce qui augmentera sa capacité d’accueil de 500 nouvelles places et portera le nombre total de ses résidents à 6 300 demandeurs d’asile.

Médecins du Monde a fait une de ses priorités d'agir dans les pays d'origine des migrants (Afghanistan, Afrique subsaharienne…), mais aussi tout au long du parcours migratoire (Turquie, Algérie, Sahel…) pour leur apporter des soins.

Médecins du Monde prend en charge le plan d'urgence sanitaire pour les demandeurs d'asile. Le plan d'urgence sanitaire est organisé en collaboration avec la Ville de Bruxelles et le Samu-Social, qui coordonne l'installation de tentes et la distribution de nourriture.

Donner de son temps dans une organisation

3. S’impliquer dans des initiatives citoyennes ou dans le bénévolat

De nombreuses initiatives citoyennes se sont mis en place ces derniers jours. L'avantage de cette formule est certainement sa rapidité de réaction.

Comme le dit la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés de Bruxelles sur sa page Facebook, "n'oubliez pas que cette initiative appartient à tou-te-s les citoyen-ne-s qui la construisent. Nous centralisons un maximum d'informations mais nous ne maîtrisons pas tout ce qui se passe dans le parc (ce n'est d'ailleurs pas le but). Du coup, n'hésitez pas à vous rendre DE VOUS-MÊME au parc où vous trouverez sans aucun doute quelqu'un-e pour vous aiguiller ou vous recruter pour l'une ou l'autre tâche".

Une forme d'engagement qui demande donc un grand sens du discernement dans ses choix, du temps, et un suivi très régulier, car les demandes évoluent d'heures en heures.

S'engager à l'année dans un projet au service de tous

"Le meilleur travail est celui du bénévole qui agit toute l'année", précise la porte-parole de La Croix-Rouge Nancy Ferroni, "et, des bénévoles, nous en cherchons sans cesse, que se soit pour nos équipes qui accompagnent la nuit les réfugiés, mais aussi pour le travail quotidien auprès de la population".

Les nombreuses initiatives citoyennes

4. Apprendre à se connaître

Pourquoi ne pas en parler avec sa classe ? MSF a développé Meteor qui répond à ces questions et aux nombreuses autres. Grâce à un jeu de rôle, les élèves peuvent se mettre dans la peau d'un médecin, d'un infirmier, d'un logisticien ou d'un promoteur de la santé. Ce faisant, ils découvrent les multiples facettes du travail humanitaire sur le terrain et les coulisses d’une situation d’urgence.

Meteor est un kit pédagogique interactif destiné aux élèves de 5ème et 6ème primaires, mis gratuitement à la disposition des enseignants. Le matériel didactique a été retravaillé en collaboration avec les éditions Van In afin de mieux s’intégrer au programme scolaire. Meteor se compose d'une brochure et d'un journal de bord numérique pour l’enseignant, d'un cahier et d'une feuille d'autocollants pour les élèves, d'un film et d'une affiche.

On peut aussi rencontrer les réfugiés dans un centre, toute une série d'initiatives existent, la Croix-Rouge a une page dédiée à cela.

En parler avec les autres à l'école

5. Crowfunding ou pétition

Aylan, trois ans, dont les images du corps gisant sur la plage, relayées par les réseaux sociaux et la presse, ont suscité une vague d'émotion et d'indignation dans le monde entier a même débouché sur la création d'un site de crowfunding spécifique, via le site Just Giving dont les fonds seront reversés à l'association anglaise Hand for Hand for Syria.

Des pétitions en ligne circulent également, c'est rapide, pas cher et cela peut être efficace, comme celle d'Avaaz (déjà 463 000 signatures).

 

Retrouvez toutes nos réponses à vos questions sur notre dossier "Les réfugiés et moi":

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK