Une policière sur quatre harcelée: une ex-commissaire témoigne

Une policière sur quatre harcelée : témoignage d’une ex-commissaire
Une policière sur quatre harcelée : témoignage d’une ex-commissaire - © YORICK JANSENS - BELGA

Une policière sur quatre affirme avoir été victime de comportements inappropriés au cours des six derniers mois au sein de la police fédérale. Les Grenades ont rencontré R., ex-commissaire de police, qui nous livre un témoignage rare. Rare à cause de la loi du silence qui entoure ces pratiques. Rare aussi parce qu’elles ne sont que 10% à atteindre les plus hautes fonctions de la police, bastion du pouvoir masculin. Quels faits se cachent derrière ces chiffres ?

Dans un bar de la capitale, lieu de notre rencontre, R. laisse de nombreux silences s’installer, le temps de la respiration et du souvenir. A plusieurs moments, elle dira : « Il ne vaut mieux pas écrire ce passage dans votre article, les gens ne me croiront jamais et me prendront pour une folle ». Une insulte qu’elle a entendue à plusieurs reprises durant sa carrière. Avant de commencer son long récit, elle se prend le visage dans les mains : « J’ai vécu tellement de violences que je me demande comment j’ai survécu », explique-t-elle.

Marie couche-toi là

Selon R., les faits de harcèlement ont commencé dès l’Académie de police. Elle est harcelée par un supérieur, ainsi que deux autres femmes. On les dissuade de porter plainte ou de faire un rapport. « Une administratrice de l’école nous a dit qu’on n’allait pas aller pleurer pour ça, que nous étions des femmes adultes et que nous savions nous défendre seules. Elle nous a dit que nous devions nous endurcir si nous voulions devenir cadre dans la police ». Durant sa formation, une policière lui explique qu’elle s’endurcit en regardant du porno avec ses collègues masculins.

Une fois devenue commissaire, elle se retrouve dans des réunions où elle est la seule femme de moins de 30 ans. « C’était des hommes de 50 ans qui me parlaient mal. Ils me tutoyaient ou disaient que j’étais impertinente alors que j’essayais simplement de faire mon travail », raconte-t-elle. Alors qu’elle arrive dans un commissariat où elle est la seule femme de l’équipe, on lui fait comprendre qu’on ne veut pas travailler avec elle.

Quand elle commence à travailler ailleurs en tant que commissaire, ses équipes lui disent qu’ils ne veulent pas de femme cheffe. Un jour, sur son bureau, elle retrouve un mot sur lequel il est écrit « Marie couche-toi là ». « A un moment, le chef de corps me harcelait et la personne de confiance était le collègue qui travaillait dans le bureau en face du mien et qui ne réagissait pas quand les faits avaient lieu. C’était donc à lui que je devais aller parler en cas de problèmes », confie-t-elle.

Quant aux syndicats, elle explique que le sien (auquel elle avait transmis une plainte de harcèlement en bonne et due forme) l’a invitée à aller boire un verre : « C’est tout ce qu’on peut faire, m’ont-ils dit. Donc je cotisais tous les mois pour un verre gratuit et rien d’autre ».

Nous sommes devenues les ennemies numéro 1

Tôt dans sa carrière, c’est une mission de maintien de la paix de la police belge dans un pays en développement qui l’a durablement marquée. « Le personnel originaire de ce pays, qui servait comme femme de ménage ou secrétaire, était exploité sexuellement par les policiers. Il y a aussi eu des cas de prostituées mineures dans les voitures de police ».

Un supérieur lui touche les cheveux, l’appelle « puce, princesse ». Une de ses collègues est harcelée sexuellement. Celle-ci décide de porter plainte et R. accepte de témoigner. « Nous sommes devenues les ennemies numéro 1. Ils préfèrent ne pas faire de bruit plutôt que de prendre des mesures contre le harcèlement », s’indigne-t-elle. La plainte sera classée sans suite et le harceleur sera promu plus tard.

Et il y a aussi les remarques racistes. « Un des policiers a dit devant un homme qui utilisait un ordinateur : 'Les singes savent faire ça maintenant ?' Il n’est plus jamais venu aux réunions après ça. On a alors estimé qu’ils n’étaient pas assez 'motivés'», se rappelle R.

Elle se souvient aussi d’un haut gradé de la police belge qui faisait partie de l’inspection générale : « Ceux qui ont une position de pouvoir sont les plus violents. Nous sommes supposés être neutre politiquement mais ce n’est pas vrai. Ils sont tous politisés. Lui était étiqueté N-VA. Il donnait cours sur les violences sexuelles et avait des propos sexistes en plein cours. Il disait que le viol ce n’était pas grave, que les femmes étaient des putes ». 

Elle affirme que ce même homme l’a pris à partie lors d’une soirée. Elle raconte : « Je voulais changer d’appartement là-bas, parce que je ne me sentais pas en sécurité. Le collègue avec lequel j’habitais m’avait frappée et portait un tatouage nazi. Pour cette raison, je suis devenue un monstre pour eux. Lors de cette soirée, cet homme haut gradé a commencé à me dire que je ne pouvais pas laisser tomber mon collègue, qu’il ne pouvait pas vivre tout seul et a fini par appeler la hiérarchie, saoul à 4h du matin. Qui a été convoquée lundi devant son supérieur ? Moi ! J’ai fait l’objet d’une enquête suite à cet incident. Tous mes projets étaient suspendus. On disait devant mes autres collègues : 'Non R. ne peut pas aller à cette réunion de travail car il y a une enquête sur elle qui n’est pas finie'. C’était très humiliant ».

Des rumeurs étranges la concernant commencent à se répandre en Belgique durant son séjour à l’étranger. « Une amie m’a prévenue : 'Tout le monde dit que tu es là-bas pour coucher avec les collègues'. Alors qu’eux y étaient pour draguer et harceler sexuellement les femmes sur place, ils profitaient du sexisme ambiant pour créer des fausses rumeurs sur ma sexualité. J’avais remis plusieurs rapports sur ce qu’ils faisaient. Ils utilisent cela contre les femmes qui dérangent parce qu’on ne peut pas s’en défendre ». Elle précise que plusieurs femmes victimes de harcèlement ont simplement été mutées dans un autre service. « Voilà leur gestion du harcèlement », dénonce-t-elle.

« Et ça ne concerne pas que les femmes. Il y a eu un cas où un collègue masculin a été ligoté à une chaise et tous les autres ont éjaculé sur lui. Leur supérieur qui me racontait l’histoire me disait qu’il avait muté la victime et qu’il ne ferait rien d’autre parce qu’il devait montrer qu’il contrôlait ses équipes. Il a aussi banalisé les faits ». De nombreuses femmes resteraient dans la police car on ne change pas si facilement de carrière une fois qu’on y est rentrée. « On est très fortement isolées les unes les autres parce qu’on déplace les victimes de harcèlement alors que les harceleurs, qui sont souvent leurs chefs, restent en place. Et elles ne pensent pas qu’elles peuvent faire quelque chose d’autre car elles n’ont pas de diplôme externe à la police comme la plupart des policiers et policières qui exercent ce métier », dit-elle.

Culte de la virilité

D’après elle, l’institution policière valorise la virilité, cela passe par les actes mais aussi par le langage. « On s’habitue à toute cette violence et même les gens bien finissent par transformer leur manière de parler. Le jour où j’ai rigolé à une blague raciste, je me suis dit que cela devait s’arrêter ». R. se tait un moment. Puis reprend : « Je me rends compte que me battre contre toutes ces dérives me prenait énormément d’énergie. J’étais épuisée ».

Les associations féministes demandent depuis un certain temps une meilleure formation des policiers et policières en première ligne pour accompagner les femmes victimes de violences. Vie Féminine a récolté de nombreux témoignages de femmes qui ont voulu porter plainte mais qui en ont été dissuadé. Dans un rapport publié en 2018 intitulé « Violences : quand la police laisse les femmes en danger », l’association féministe écrit : « Aujourd’hui, la police ne prend pas systématiquement les plaintes des femmes victimes de violences. En cause ? La banalisation et minimisation des violences ('Ce n’est pas pour deux claques'), la responsabilisation de la victime (qui n’avait qu’à pas 'choisir' ou 'provoquer' un compagnon violent), ou encore la méconnaissance et non-reconnaissance des violences (comme les violences psychologiques ou encore le viol dans le cadre conjugal). Lorsque les plaintes sont prises, les conditions ne sont pas toujours réunies pour répondre aux besoins des victimes et remplir les missions de la police : remarques déplacées de la part des fonctionnaires de police, locaux inadaptés obligeant les femmes à exposer leur situation en public, absence de récolte des preuves ou encore d’appréciation des risques de récidives de l’auteur… Cette enquête montre que les réponses inadéquates de la police sont répandues : il s’agit d’un problème structurel et non de cas isolés. L’accueil, l’écoute, le suivi et la protection apportés aux femmes victimes de violences machistes sont très aléatoires : c’est le règne de l’arbitraire ».

Violences conjugales

R. ne peut que confirmer : « Ces hommes qui parfois boivent en service ou vont voir des prostituées n’hésitent pas à jouer les pères moralisateurs, ceux qui doivent éduquer la population, et surtout les jeunes filles ». Elle continue en s’agitant sur sa chaise : « C’est tellement injuste. Ils sont supposés aider les victimes mais ils sont désensibilisés à la violence. Il y a un cas de violence conjugale dont je me souviens bien. La femme allait très mal et avait pris beaucoup de coups tandis que l’homme avait juste deux griffes sur la main. Le policier a dit dans son rapport au Procureur que leurs versions étaient contradictoires. Le Procureur n’a pas le temps de vérifier, il se base sur ce que dit le policier qui protégeait l’homme violent. Le Procureur a classé la plainte. Il y a aussi beaucoup de cas de violences conjugales parmi les policiers. Un collègue avait frappé sa femme qui était aussi policière et qui nous avait appelés. On est arrivé les premiers sur les lieux avec mon ex-conjoint. Son visage était tellement abîmé, elle n’était pas bien du tout. Nous avons bien sûr accepté d’être témoins, mais nous n’avons jamais été auditionnés. Par contre, il l’a poursuivie pour diffamation ». Quant au viol, certains policiers lui tenaient des propos selon lesquels « 80% des viols étaient des faux viols ». « Si la femme avait bu, si elle portait une minijupe, c’était des faux viols », s’énerve-t-elle.

Pour autant, R. a rencontré des policiers qui tentent de bien faire leur travail. « Je dois aussi dire que nous avons une vision très noire des choses. On voit des gens mourir devant nos yeux. On est exposé à de la violence quotidiennement. Je ne suis pas d’accord avec la manière dont les policiers traitent les manifestants et manifestantes mais j’ai du mal quand je les vois insulter les policiers. Ce sont des personnes qui vont déjà aller chercher refuge dans la violence, les insulter ce n’est que les encourager », précise-t-elle.

Mise au placard

R. finira par être mise au placard après avoir témoigné contre sa hiérarchie qui était impliquée dans des faits de corruption, sous le regard rieur de ses collègues qui lui disent qu’ils l’envient, « elle qui ne fait rien ». « On a fait de moi un exemple jusqu’à ce que je quitte la police. Et le pire c’est que j’ai ressenti très longtemps de la culpabilité pour être partie. Si tous les policiers et toutes les policières qui font bien leur boulot s’en vont, ils ne restent plus que les mauvais. Mais c’était trop difficile pour moi de continuer », conclut-elle. Elle estime que tout cela pourra cesser quand la hiérarchie aura une vraie volonté de lutter contre le harcèlement avec une politique de tolérance zéro. Un groupe de travail a été créé à la suite de la révélation des chiffres sur le harcèlement des femmes policières.

Jean-Marie Hottat, président du syndicat Sypol, n’est pas étonné par le témoignage de harcèlement de l’ex-commissaire. « Je suis tout particulièrement atterré par la réponse de son syndicat. Des cas comme celui-ci se sont déjà présenté à Sypol, il n’y a pas de solution miracle. Soit nous mettons en place une procédure de médiation qui fonctionne 1 fois sur 10, soit c’est le procès qui peut durer plusieurs années et lors duquel les deux versions s’opposent. Aucune de ces solutions ne règle vraiment le problème, aucune structure dans la police ne fournit de solution toute prête », explique-t-il.

Le policier confirme aussi que ce sont les victimes qui sont déplacées : « Elles sont victimes deux fois, d’abord par le prédateur, puis parce qu’on les change de service et qu’elles perdent une certaine stabilité alors que le prédateur reste en place. Et celles qui sont déplacées arrivent dans un nouveau service avec une étiquette sur le fond parce que les raisons de ce déplacement circulent d’un service à l’autre ».

Outre le harcèlement sexuel, Jean-Marie Hottat confirme aussi l’existence d’un harcèlement moral. « Certains policiers vont dire aux collègues féminines qu’elles ne cadrent pas avec leur vision de la police par exemple », précise-t-il. « La volonté de sanctionner ces actes n’y est pas. Quand j’étais chef de service, je discutais avec chaque nouvelle personne dans la brigade pour lui expliquer ma vision de la police. Je leur disais que j’étais contre les violences gratuites et qu’ils savaient à quoi s’attendre si je les attrapais. Cela reste une solution individuelle, il n’y a pas de ligne directrice pour tous les chefs de service. Il n’y a pas non plus de formation spécifique sur ces sujets. Il faut aussi préciser que ces faits n’arrivent pas qu’à la police, c’est sociétal », conclut-il.

Les Grenades se sont également procuré plusieurs mails envoyés par R. au sujet de son harcèlement (et de celui d’autres femmes) au fil des années, notamment une plainte au service interne de la police. Cette plainte retrace dans le détail les faits énumérés dans cet article. Nous avons également pu lire un échange de mails entre l’ex-commissaire et l’Institut pour l’Égalité des Femmes et des Hommes. Dans plusieurs de ces mails, elle tentait d’alerter sa hiérarchie à propos des menaces verbales qu’elle subissait et de sa mise au placard.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK