Une grenade à bicyclette: Manon nous emmène à Tokyo

« Je m’appelle Manon et suis passionnée par les questions d’égalité des genres et de féminisme. Je suis cofondatrice d’une école de programmation informatique pour personnes réfugiées à Bruxelles, j’organise des rencontres pour créer des profils de femmes sur Wikipédia et je parcoure le monde à vélo, plus précisément de Bruxelles à Tokyo. Durant ce voyage, je réalise un documentaire sur les femmes cyclistes qui ressentent, comme moi, un sentiment de liberté en roulant. Je vous retrouve toutes les semaines sur la page des 'Grenades' pour vivre ce périple ensemble. »

Et si on faisait Bruxelles - Tokyo… à vélo ?

Dimanche matin. Le ciel est bleu. Les rayons du soleil traversent paisiblement la fenêtre du salon de ma petite sœur à Schaerbeek. J’ouvre doucement les yeux et je me rappelle soudainement pourquoi aujourd’hui est un jour spécial : je pars à Tokyo… à vélo.

Ma tête tourne. J’ai peur d’avoir oublié quelque chose d’important, de ne pas être prête. Je bourre mon jeans de la vieille dans un sac que ma mère viendra rechercher. D’une certaine façon, je dis au revoir à ma vie normale : les vêtements de ville, c’est fini. Au revoir pantalons, chemises et robes. Je n’emporte avec moi que quelques vêtements qui crient le confort. Exprimer ma féminité sera à présent une tout autre histoire.

On sort. Il fait chaud. Un million de fois, j’ai pensé à cette journée mais je ne l’avais jamais imaginée aussi belle. Sur la route, ma roue avant est incertaine : c’est la première fois que je roule avec des sacoches dont une est pleine à craquer de matériel pour filmer. Cette année est pour moi l’opportunité de me dépasser, de me réinventer en toute liberté ; l’opportunité aussi d’imaginer, de créer et de réaliser un documentaire pour expliquer comment le vélo peut être un facteur d’accélération de l’émancipation des femmes.

Quelques coups de pédales nous emmènent vers la Grand-Place de Bruxelles et je ris nerveusement à l’idée de dire au revoir aux miens. Une trentaine de personnes nous attendent pour le grand départ. On rit, on pleure et on s’aime. Mais il est temps de partir. Je regarde une dernière fois ma mère. L’instant d’après, les applaudissements sont déjà loin, nous roulons (déjà) sur l’Avenue de la Couronne. Bruxelles se fait de plus en plus petite et laisse place à une piste cyclable le long de l’autoroute. Eh bien oui, pour aller à vélo à Tokyo, la première étape n’est autre que… Namur.

Le vélo, une machine de la liberté

Si vous me demandez pourquoi j’aime le vélo, je vous répondrai directement : la liberté. Je suis seule maîtresse à bord. La force de mes jambes peut m’emmener là où je veux et quand je veux. Je me sens indépendante et forte. Quand je roule en ville par exemple, les sifflements d’hommes glissent comme le vent dans mes cheveux. Ils ne m’atteignent plus.

10 mois de voyage et 23 pays

3 images
Le parcours de Manon © RTBF

Pendant les 10 prochains mois, nous allons traverser 23 pays. Chaque semaine, je vous décrirai notre aventure : parfois facile, certainement souvent éprouvante mais toujours avec un grand sourire accroché sur nos visages (ce qui, par ailleurs, donne froid aux dents quand vous traversez l’Europe en hiver !). Le vélo m’a beaucoup apporté au fil des années et j’espère, via ce carnet de route, pouvoir vous transmettre une petite partie de l’amour que je lui porte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK