Une deuxième femme pêche à dos de cheval à Oostduinkerke: pourquoi c'est révolutionnaire

Une deuxième femme pêche à dos de cheval à Oostduinkerke : pourquoi c'est révolutionnaire
2 images
Une deuxième femme pêche à dos de cheval à Oostduinkerke : pourquoi c'est révolutionnaire - © Tous droits réservés

La pêche à la crevette à cheval est inscrite depuis 2013 au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. A Oostduinkerke, seules quelques personnes exercent encore cette pêche traditionnelle, qui se pratique à dos de cheval uniquement à marée basse, d’avril à octobre. C’est aussi un milieu particulièrement masculin et un des métiers les plus anciens du pays.

"Le corps d’une femme n’est pas fait pour ça"

Il a fallu attendre 2015 pour que la profession s’ouvre aux femmes. La même année, le site Vice donnait la parole aux pêcheurs, notamment sur l’entrée des femmes dans la profession. " Qui suis-je pour refuser une femme ? Je ne veux prendre le hobby de personne, mais la mer est et reste un travail masculin. Beaucoup de gens ne voient que le beau côté, mais la mer du Nord est dangereuse. Vous pouvez vous retrouver dans une tempête, tomber de votre cheval et vous coincer dans votre filet pendant que votre cheval continue de marcher. Le corps d'une femme n'est pas fait pour ça ", explique l’un des pêcheurs.

Elles sont désormais deux à monter à dos de cheval avec l’arrivée de Katrien Terryn, 27 ans, qui a brillamment réussi le 29 juin son examen pour rejoindre les pêcheurs aux crevettes à cheval d'Oostduinkerke, après une formation de deux ans auprès d'un pêcheur reconnu par la commune.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


"J'ai toujours aimé les chevaux et Oostduinkerke. Mon compagnon m'a appris à pêcher avec ces chevaux et je découvre tous les jours les ficelles du métier. C'est ma passion", a confié à Belga Katrien Terryn dont la maman a partagé sa joie sur Twitter. "Oostduinkerke a une nouvelle pêcheuse de crevette. Le 17ème pêcheur officiellement reconnu est ma fille, Katrien".

L'histoire des "Stienestekers"

Traditionnellement, dans les siècles passés, les femmes pêchaient à pied dans la mer, on les appelle les "Stienestekers". Elles utilisaient cette pêche pour nourrir leur famille mais aussi pour être rémunérées lorsque leurs maris étaient partis longtemps en mer.

Elles sont à nouveau actives dans la commune depuis 2012, date à laquelle une quarantaine de femmes ont recommencé à pêcher à pied.

 

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Archives JT: le Roi Philippe rend visite aux pêcheurs de crevettes d'Oostduinkerke (sujet du 12/09/17)