Un guide de survie pour démonter 10 mythes sexistes

"Le foot, c’est pas adapté à leur morphologie. Elles sont plus faibles que les hommes, certains sports sont trop physiques pour les femmes". En cette coupe du monde féminine, la réplique vous dit-elle quelque chose ? Oui ? Eh bien, vous n’êtes pas seul. Tout le monde connaît un collègue Bill ou un tonton François à la lourdeur non-variable, qui vient agrémenter grassement un repas de famille de sa vision du monde élémentaire.

Un tantinet (très) machos, ces princes (et parfois princesses) non-charmants coupent le sifflet de l’assemblée attablée. Non que l’argument soit pertinent et mette tout le monde dans un silence d’acquiescement. Il s’agit plutôt d’un mutisme frustré. Les interlocuteurs restent là, bloqués dans le silence ou pire, dans la colère, parce qu’ils manquent de répartie référencée, faute d’avoir pris le temps de se documenter sur le sujet et de construire un contre-argumentaire.

Et si nous passions au laser ces phrases stéréotypées pour élaborer un kit de réponses efficaces et simples à utiliser ? C’est l’objectif que s’est déjà donné un groupe d’une trentaine de militant-e-s du projet "Pour une éducation à l’égalité des genres". Ils en sont à la publication de leur deuxième tome "Guide de survie en milieu sexiste".

Les femmes sont dans la douceur des émotions, les hommes sont dans la force physique : Les grands mythes fondateurs du sexisme

"On sent que ce genre de phrases toutes faites relève de l’intox, mais elles sont compliquées à infirmer tellement elles sont prégnantes et véhiculées dans la société. On baigne dans ce monde très stéréotypé et très clivé. Un homme c’est comme ci, une femme c’est comme ça." Marie-France Zicot, coordinatrice des Centres d’Entraînement Aux Méthodes d’Education active (CEMÉA), association à l’origine du projet, précise que l’idée du guide de survie n’est pas de remplacer une théorie fallacieuse par une autre. L’objectif est plutôt de proposer aux citoyens une alternative de lecture du monde. Parce que derrière tous ces stéréotypes de genre, plusieurs grands mythes fondateurs d’inégalités entre les hommes et les femmes sont confortablement installés dans l’inconscient collectif.

 

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

 

C’est au prix d’un long travail d’analyse rigoureux et pluridisciplinaire de l’origine des mythes, de leur contexte et de leurs conséquences sociales que Marie-France Zicot et son équipe ont regroupé ces mythes en dix principaux, répartis en deux tomes.

En voici l’aperçu de quelques-uns, pour le plaisir anticipatif d’élever les grands récits aussi creux qu’un ballon de foot à la prochaine réunion familiale : "Les femmes sont faites pour avoir des enfants, c’est l’instinct maternel", "Les gays ne sont pas de vrais hommes ; les lesbiennes ne sont pas de vraies femmes". Ou encore "De toute façon, aujourd’hui l’égalité est acquise : qu’est-ce que les féministes veulent de plus ?" Qu’on s’instruise, peut-être ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK