Pourquoi est-il important d'employer le terme "Féminicide" ?

En Belgique, au moins 40 femmes sont tuées par an parce qu’elles sont des femmes. C’est le constat tiré par Vie Féminine. Un bilan bien (trop) élevé mais qui se situe sans doute encore en dessous du nombre réel de meurtres perpétrés sur des femmes.

 

Si depuis 2016 et la ratification de la Convention d’Istanbul par la Belgique, l’Etat est tenu de recenser le nombre de féminicide, les associations féministes constatent que l’engagement n’est pas respecté. Pour remédier à ce manquement, c’est sur base d’articles de presse que les associations féministes tiennent à jour le compteur du nombre de féminicides. Cette limitation au niveau des renseignements laisse à supposer qu’une base de données plus complète ne ferait qu’alourdir le bien triste bilan. C’est à travers le blog stop féminicide, géré par la plateforme féministe contre les violences faites aux femmes, que sont recensés tous ces éléments relayés par la presse. Tous ont pour point commun un rapport manifeste de domination machiste.

Quand on nomme une réalité, on se rend compte qu’elle est là. On peut alors agir contre le phénomène


Pourtant, l’utilisation du terme “féminicide”, qui n’a pas encore été admis dans les dictionnaires, continue à faire débat. “Les difficultés à faire passer le terme féminicide, c’est lié aux difficultés à faire comprendre à la société qu’on évolue encore dans une société inégalitaire” affirme Céline Caudron, coordinatrice à Vie Féminine. L'assassinat de femmes parce qu'elle sont des femmes ne serait qu'une représentation extrême mais néanmoins inévitable d'une société à deux vitesses. Ce sont les associations féministes qui ont décidé d’employer le terme et de pousser à son utilisation. "En parlant de féminicide, on met le doigt sur une réalité qui existe, explique Céline Caudron. Et si on fait exister cette réalité, on peut effectivement la combattre. C'est ça qui est le plus important pour nous : de dire qu'il ne s'agit pas de faits divers ou d'accident. Il s'agit vraiment d'un phénomène social sur lequel on a une responsabilité collective."

Il est important de sensibiliser pour comprendre le phénomène dans son intégralité et permettre de mieux l'appréhender, bien avant l'horreur. Si les associations ont actuellement pris le relais de l'Etat, suite à ses manquements, elles espèrent que ces chiffres et le travail de recensement qu'elles effectuent ouvrira les yeux aux pouvoirs décisionnaires afin qu'ils allient enfin des actes aux nombreux discours égalitaires. 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK