Où sont les femmes dans le monde de la finance?

Où sont les femmes dans le monde de la finance?
Où sont les femmes dans le monde de la finance? - © d3sign - Getty Images

Women in Finance est une plate-forme belge qui réunit les institutions financières importantes du pays. En 2019, elle a lancé une charte afin d’inclure davantage les femmes dans le secteur financier. Un an plus tard, l’heure est au bilan. Quel a été l’impact de cette charte sur le terrain ?

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, a dit "Si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, le monde serait bien différent aujourd’hui". C’est pile l’objectif poursuivi par Women in Finance qui publie son premier rapport annuel.

Le projet lancé par Febelfin (la Fédération belge du secteur financier) a réuni un large groupe de banques, d’assureurs et d’autres institutions financières autour d’une charte. Elle prônait une part plus importante de femmes dans le secteur, misait sur la diversité et luttait contre les discriminations de genre. Via cette charte, les entreprises signataires s’engageaient à fixer des objectifs et à prendre des mesures concrètes. 

Pour qu’elle ne reste pas lettre morte, Women in Finance a mené l’enquête auprès de ses membres en avril dernier. Le but : après un an d’action, mesurer son impact sur le terrain. Les résultats ont été rassemblés dans un rapport et s’il y a encore du pain sur la planche, les premiers retours sont assez positifs.

Le secteur se veut plus féminin

D’abord, de nombreuses institutions ont adhéré au projet : 37 au total. Si le chiffre semble limité, il couvre en fait 90% des collaborateurs du secteur (AG Assurance, AXA, Belfius, BNP Paribas-Fortis, NewB, la Banque nationale, Allianz, Ethias et bien d’autres).

Autre bonne nouvelle : le secteur semble vouloir combattre le sexisme et les inégalités de genre. En effet, 96% des membres ont mis en œuvre un plan d’action pour plus de mixité et près de 88 % de ces organisations ont analysé les plafonds de verre en leur sein.


►►► A lire : Du FMI à la BCE: Christine Lagarde brise un nouveau plafond de verre


Pour rappel, l’indice du plafond de verre compare le % de femmes présentes au niveau des cadres supérieurs avec le % des femmes présentes dans l’ensemble de l’entreprise. En moyenne, les institutions signataires ont distingué au moins deux plafonds de verre dans leur structure : le premier (et le plus courant) visible dès le middle management (cadres moyens) et le second se situant au niveau du senior management (cadres de Direction).

Une charte sur papier est-elle efficace sur le terrain ?

On pourrait questionner l’utilité et l’impact sur le terrain d’une charte qui se veut égalitaire sur papier et donc en théorie. Là encore, les chiffres du premier rapport sont encourageants : 58 % des membres ont affirmé que rejoindre Women in Finance leur avait permis de mettre en place ou de consolider leur plan d’action en matière d’égalité du genre. Et seuls trois % déclarent qu’ils n’ont pas encore commencé leur plan d’action.

Durant cette année de lancement, les membres n’ont pas seulement été invités à répondre à cette enquête. La charte s’est aussi traduite en actions concrètes : création d’une base de données de femmes expertes conférencières, création d’un webinaire interactif pour mesurer l’écart salarial, organisation de 10 tables rondes sur le partage de meilleures pratiques en matière de genre, organisation d’ateliers sur la rédaction d’offres d’emploi inclusives, …

Si Lehman Brothers s’était appelé Lehman Sisters, le monde serait bien différent aujourd’hui

Les membres ont donc travaillé sur la promotion d’une culture plus inclusive. "Nous sommes convaincues que, dans un monde à évolution rapide, les meilleures décisions sont prises par des équipes diverses. Les employeurs les plus attrayants seront dès lors les plus inclusifs", expliquent Christine Van Rijsseghem (Chair et Co-Chair de Women in Finance).

Aujourd’hui, où sont les femmes dans le secteur financier belge ?

En 2019, 47,9% des recrutements dans le secteur financiers étaient des femmes, "et il n’y a pas de différence au niveau du diplôme entre les hommes et les femmes qui ont été embauchés", déclare Women in Finance. "Toutefois, nous devons rester attentifs au risque de commencer à recruter moins de femmes, en raison du nombre croissants d’emplois numériques, de données et autres emplois informatiques nécessaires dans le secteur financier, emplois qui ont tendance à attirer moins de femmes", poursuit la plate-forme.

Nous sommes convaincues que, dans un monde à évolution rapide, les meilleures décisions sont prises par des équipes diverses

Aujourd’hui, le secteur est composé de plus de 50 000 employé-e-s, dont 51% des collaborateurs de banque sont des femmes. Pourtant, comme l’indique le rapport, les femmes ne sont pas encore assez nombreuses au sommet. Bien qu’elles représentent  41,7 % des nouvelles nominations au niveau de la direction, leur présence au niveau du senior management (Cadre de direction) reste faible : moins de 30 % de ces postes sont aujourd'hui occupés par une femme.

"C’est problématique quand on sait que les avantages de la diversité des genres sont les plus importants lorsque la mixité est au moins d’un tiers. Cela montre que nous sommes encore loin de l’aspiration des entreprises signataires à atteindre l’équilibre entre les sexes à tous les niveaux ", ajoute Women in Finance.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Qui dit plus de femmes dans l’entreprise dit meilleures décisions

Ce n’est pas les féministes qui "cassent l’ambiance maintenant aussi dans le monde de finance" qui le disent, mais le magazine économique de référence Forbes. Au plus il y aura de femmes autour de la table, meilleures seront les décisions prises : "Une équipe homogène prendra de bonnes décisions dans 58 % des cas. Si l’on augmente la proportion de femmes, la même équipe prendra de meilleures décisions dans 73 % des cas".

Travailler davantage sur une culture inclusive et sur la prévention du sexisme sur le lieu du travail est crucial

Women in Finance, souligne également qu’une équipe composée d’hommes et de femmes d’âges et de cultures différents prendra dans 87% des cas de meilleures décisions qu’une équipe homogène. En d’autres termes : plus de femmes et plus de diversité serait bon pour le PIB.


►►► A lire : Harcèlement sexuel: la finance américaine à son tour touchée


Quels sont les défis du secteur ?

Selon Women in Finance, les défis qui attendent le secteur financier sont divers. Avant tout, il faut identifier les plafonds de verre existants afin de pouvoir mettre en place des actions concrètes pour les éliminer.

Il est également essentiel d’offrir plus de visibilité aux role models féminins, auxquels les femmes peuvent s’identifier, au sein de l'organisation. Enfin, travailler davantage sur une culture inclusive et sur la prévention du sexisme sur le lieu du travail est crucial.

La plateforme ambitionne d’ailleurs de publier un rapport chaque année pour suivre l’évolution des membres signataires. En attendant, un autre projet est lancé, celui des panels inclusifs. "Nous allons lancer une enquête avec un bureau professionnel pour savoir ce que pensent les Belges, mais aussi les participant.es à des conférences, les speakers et les personnes organisant des événements", conclut Claire Godding.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK