Non, les femmes politiques ne sont pas "naturellement" plus compétentes contre le coronavirus

Un article récent publié sur le site Amina, et repris sur le site de Forbes, explique que les pays dirigés par des femmes s’en sortent mieux dans leur gestion de la crise du COVID-19. Une opinion qui a été largement relayée à travers le monde.

Pour expliquer cette réussite, les articles mettent en avant les qualités de leurs dirigeantes dont ils affirment qu’elles sont spécifiques au genre féminin : honnêteté, esprit de décision et amour, entre autres. Cette approche essentialiste, qui donne aux femmes des caractéristiques qui seraient par essence féminines, prête à réflexion lorsqu’on analyse la gestion de cette crise par trois pays de ces pays.

124 mesures prises à Taiwan

Tsai Ing-Wen, ancienne professeure de droit, est devenue la première femme présidente de Taiwan. Tsai a été le fer de lance d’une campagne rapide et efficace contre la pandémie ; en dépit de sa proximité avec la Chine, le pays est parvenu à contenir le virus et ne recense, à l’heure actuelle, qu’environ 400 cas confirmés. Dès les premiers signes du virus, elle a mis en place 124 mesures pour stopper sa propagation, sans recourir au confinement de la population. Le pays était si bien préparé qu’il a pu fournir dix millions de masques aux États-Unis et onze millions aux pays européens.

La Nouvelle-Zélande, dirigée par Jacinda Ardern, est un des pays le plus efficace du monde dans son combat face au virus. On n’y dénombre d’ailleurs jusqu’à présent qu’un seul décès lié au COVID-19. C’est en partie dû à sa géographie et à sa taille : avec moins de cinq millions d’habitants, il compte une population moins importante que la seule ville de New-York. Le fait d’être une île lui confère également un avantage certain.

Être une femme ne vous rend pas forcément plus compétente pour faire face à une pandémie mondiale

Testing généralisé en Nouvelle-Zélande et tests massifs en Allemagne

Néanmoins, le leadership reste un facteur important, et Arden a répondu à la crise avec une grande clarté. La Nouvelle-Zélande a très vite mis en place une campagne de testing généralisée. Lorsque, le 28 février, un premier cas est identifié, le pays met en quatorzaine toustes les visiteur·euses internationaux·ales, quitte à porter un sérieux coup au tourisme. Le 19 mars, la Nouvelle-Zélande ferme ses frontières à toustes les étranger·es. Les mesures de confinement ont été prises avant que le virus ne se propage. Côté économie, la première ministre a permis aux Néo-Zélandais·es et aux immigrant·e·s de l’archipel de recevoir une aide de l’État pour leur éviter de se rendre au travail.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe.


L’Allemagne a été violemment frappée par le virus, mais son taux de mortalité n’est que d’environ 1,6%, ce qui est exceptionnellement bas (12% en Italie, 10% en Espagne, en France ou en Grande-Bretagne). Un certain nombre de facteurs contribuent à ce faible taux, parmi lesquels un testing précoce et massif, ainsi qu’un grand nombre de lits en soins intensifs. Mais là aussi, le leadership du pays a joué un rôle important. Comme l’a interprété un ou une internaute avec humour sur Twitter : "Si vous vous demandez pourquoi le taux de mortalité est si bas en Allemagne et si élevé aux USA, c’est parce que leur présidente était chimiste tandis que celui des États-Unis était présentateur de télé-réalité".

Angela Merkel, diplômée en chimie quantique n’est pas présidente mais chancelière, mais peu importe. Le Danemark (dirigé par la première ministre Mette Frederiksen) et la Finlande (la première ministre Sanna Maria est à la tête d’une coalition dont les quatre autres partis sont dirigés par des femmes) font également un boulot remarquable dans la gestion de la crise.

Effectivement, l’Allemagne, Taiwan et la Nouvelle-Zélande sont dirigés par des femmes et gèrent de manière très efficace la crise à laquelle le monde doit faire face aujourd’hui. Mais corrélation ne veut pas dire causalité.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Être une femme ne vous rend pas forcément plus compétente pour faire face à une pandémie mondiale. Cela ne fait pas non plus automatiquement de vous une meilleure dirigeante : le suggérer, comme le fait l’article publié dans Forbes, ne fait que renforcer des idées sexistes et peu utiles selon lesquelles les femmes seraient naturellement plus compatissantes et donc plus à même de gérer ce genre d’événements.

En outre, il faut prendre en compte de multiples autres facteurs tels que la démographie, la géographie et les politiques sociales nationales pour analyser les situations propres à chaque pays dans leur combat contre le virus.

Ne pas renforcer des idées sexistes et peu utiles selon lesquelles les femmes seraient naturellement plus compatissantes

Des femmes surqualifiées

Par contre, ce qui est vrai, c’est que les femmes doivent être meilleures pour accéder aux hautes sphères du pouvoir et sont tenues à des niveaux bien plus élevés de compétence que les hommes. Les femmes sont moins en mesure d’échouer comme le font les hommes ; il leur faut être deux fois meilleures qu’un homme pour être prise à moitié au sérieux. Il leur faut travailler deux fois plus dur et être surqualifiée pour obtenir un emploi à responsabilité. Pour se faire une place dans les lieux de pouvoir traditionnellement réservés aux hommes, les femmes doivent être meilleures qu’eux mais surtout, rien ne leur est pardonné, elles doivent faire et refaire leurs preuves, jour après jour.

L’empathie naturellement féminine opposée à l’autorité forcément masculine ne suffit pas à expliquer les meilleures performances de pays ayant des femmes à leur tête. Depuis quelques mois, le gouvernement belge est dirigé par une femme pour la première fois de son histoire. Pourtant, il ne nous semble pas que la Belgique puisse être qualifiée d’exemple dans la gestion du combat face à cette pandémie du COVID-19 malgré toutes les qualités humaines que les commentateur·trices peuvent reconnaître à Sophie Wilmès.

July Robert, traductrice et autrice

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK