"Noël sans elles", action contre les féminicides aux Plaisirs d'Hiver

La pluie n’avait pas découragé un petit groupe rassemblant des femmes et des hommes, bien déterminé.e.s à mener leur action contre les féminicides ce dimanche 22 décembre. Une dizaine de personnes ont affronté les intempéries ce jour précis car il s’agissait de l’anniversaire de Laura Nobels, assassinée par son petit-ami en 2012 alors qu’elle était âgée de 16 ans.

Laura fêterait ses 24 ans aujourd’hui. L’occasion de penser à toutes les victimes de féminicides en Belgique ; il y en a 23 rien que pour cette année ", explique Lola Mansour, l’une des membres du groupe d’action.

 


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe.


Nous rendons hommage aux victimes de féminicides mais nous avons aussi une pensée pour les victimes collatérales : les familles et les proches, surtout en cette période festive encore plus dure avec l'absence de l'être disparue

 

" Qui a le vertige ? "

"Si la police nous arrête, on leur dit que nous n’avons pas l’autorisation de Philippe Close, mais celle…de Santa Claus ! ", lance une des membres. "Oui mais c’est combien qu’on doit payer pour une amende administrative", répond un autre. "On va faire les groupes, qui a le vertige ?", demande encore une manifestante.

Une question pas si anodine puisque l’action a eu lieu sur la grande roue des Plaisirs d’Hiver, à Bruxelles. Une banderole avec l’inscription "Noël sans elles" est suspendue dans les airs pendant une minute depuis l’une des cabines. Sur une autre cabine, le visage de Laura Nobels s’affiche. Le lieu choisi est hautement symbolique "Nous rendons hommage aux victimes de féminicides mais nous avons aussi une pensée pour les victimes collatérales : les familles et les proches, surtout en cette période festive encore plus dure avec l'absence de l'être disparue. Tant que les femmes continueront à mourir dans ces conditions, il faudra de toute façon taper sur le clou dès que possible ", indique Lola Mansour.

Pendant ce temps, les autres membres du groupe défilent au pied du manège avec des marionnettes portant des messages contre les violences faites aux femmes autour du cou. " Ces poupées ont été conçues par les femmes d'un centre d'hébergement pour les victimes de violences conjugales. Elles n'osent pas encore militer à l'extérieur ou n'en n'ont pas la force, mais elles ont confectionné ces différentes poupées à leur image et c'est une manière de les emmener avec nous sur le terrain ", précise Lola Mansour.

Actions spontanées

Les banderoles repliées, une des membres du groupe explique : "C’est tous les jours la journée contre les violences faites aux femmes, pas uniquement le 25 novembre. Nous sommes un groupe de citoyennes et citoyens, nous menons des actions spontanées, nous n’appartenons pas à une association particulière. Nous vivons clairement un momentum pour l’instant, où l’on voit plein de militantes sortir dans la rue et faire des actions, sans s’être jamais concertées ".

Alors que les membres se dispersent, un mot d’ordre se répand dans le groupe : "A l’année prochaine ! ".

 

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par Ater-Egales (Fédération Wallonie-Bruxelles) qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK