Mères solo et confinement: la galère

Mères solo et confinement: la galère
Mères solo et confinement: la galère - © Getty Images

Les parents sont en première ligne dans cette crise sanitaire également car ils et elles sont sollicités sur tous les fronts en cette période de confinement exceptionnelle. Sur les réseaux sociaux, certains en rient et font circuler d'autres types de messages d'alerte: "Si vous souffrez de difficultés à respirer, d’accélération cardiaque, de nausées ou d’anxiété existentielle, c’est que vous réalisez que les enfants sont à la maison et ce pour plusieurs semaines".

Il faut cependant bien reconnaître que ce risque qui pèse sur les familles concerne en première ligne les parents isolés, dont une majorité sont des femmes.    

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Coupées du monde

En Belgique, une famille sur quatre est une famille monoparentale. Plus d’un enfant sur cinq grandit dans une famille monoparentale. La Belgique compte 2,2 millions de ménages constitués d'isolés ou de familles monoparentales, soit plus d'un demi-million de plus qu'il y a 20 ans.

En Wallonie, 80% des chefs de ménages monoparentaux sont des femmes et 46% des familles monoparentales vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté. Les mamans qui souffrent de burn-out sont en majorité des mères au foyer, qui ressentent ce sentiment d’être coupées du monde, "coincées" entre les quatre murs de leur maison avec leurs enfants pour seuls interlocuteurs.

Difficile de les occuper et de garder les bonnes habitudes et la rigueur d'une semaine d'école dans mon état

Si la situation des femmes seules avec enfants est déjà très compliquée en temps dit normal, ces périodes de confinement n'arrangent pas les choses ni pour elles, ni pour leurs enfants. Cela demande un sens accru de l'improvisation d'autant plus qu'à l'isolement se greffe également pour nombre d'entre elles une précarité économique. 

Confinement économique

Pour se soutenir entre elles, les mères isolées ont créé un groupe de discussion sur les réseaux sociaux, elles échangent, se solidarisent, se soutiennent. Juliette témoigne: "En parlant avec une autre maman solo comme moi qui habite Strasbourg, on se rend compte que nous avons toutes les deux une sclérose en plaque et pas de famille, ni conjoint. Et bien, pour nous le confinement est permanent, c’est une habitude le confinement à cause de la santé qui ne nous permet pas de bouger sans que cela nécessite une grosse organisation. Ensuite, il y a le confinement économique, les deux vont ensemble. Avec le covid 19, c’est l’horreur même pour faire un petit tour au magasin ou à la poste".

En Wallonie, 80% des chefs de ménages monoparentaux sont des femmes et 46% des familles monoparentales vivent avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté

"J’ai un colis qui doit être envoyé mais je ne peux pas prendre le risque d’aller à la poste. J’ai peur de choper ce truc et moi, je risque de ne pas m’en sortir. J’ai dû annuler le kiné alors que j’en ai besoin. Tout ça me donne envie de pleurer ! Mais je n’ai pas le droit de pleurer devant ma fille. Elle n’est au courant de rien et surtout que je lui ai dit, qu’à moi, rien ne peut arriver car mon système immunitaire est très haut", explique-t-elle.

"Juste le courage de faire les repas, faire les douches, un peu de ménage"

Pour Sarah aussi, le confinement est compliqué: "Me voilà en confinement depuis 5 jours maintenant. Malade qui plus est, et sans examen physique du médecin (seule une anamnèse téléphonique a été faite), les mots suspicion Covid-19 suffisent pour m'enfermer à la maison. Pas totalement en quarantaine parce que divorcée avec 2 enfants, il m'est impossible de me cloîtrer seule dans une pièce. Donc en incapacité de travail, de faire mes courses, de sortir prendre l'air avec mes enfants... Difficile de les occuper et de garder les bonnes habitudes et la rigueur d'une semaine d'école dans mon état. Les interdictions de tablette, jeux vidéo et télé sont levées".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

"Juste le courage de faire les repas, faire les douches, un peu de ménage et de me poser sur le canapé avec eux. La grande a de quoi faire, 3 dossiers d'exercices fournis par son institutrice et différents sites conseillés pour pouvoir continuer leurs apprentissages ou les approfondir. Qui a dit que je savais expliquer les mathématiques, moi ? Papa ? Ah oui, papa est uniquement disponible en appel vidéo, mais tous les jours ! Préférant se plaindre de ne pas pouvoir les voir que venir les chercher et s'en occuper", raconte-t-elle.

Avec la charge mentale qui augmente, c'est le risque de fragilité qui s'accroit pour ces mamans qui doivent pourtant aussi prendre soin d'elles.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.