"Lettres aux jeunes poétesses", un recueil qui dépoussière la poésie

Qu'écririez-vous à une jeune poétesse ? C’est à cette question que 21 écrivaines ont répondu dans l’ouvrage Lettres aux jeunes poétesses, sorti le 20 août. 21 lettres, qui parlent de politique, de sexe, d’écriture, de ce que c’est d’être une femme poète... 21 sensibilités qui interrogent les codes de la poésie contemporaine.

“On est à peu près à l’exact opposé de la poésie avec une muse passive”. Aurélie Olivier est la directrice de l’association Littérature, etc. Elle a dirigé l’écriture de l’ouvrage Lettres aux jeunes poétesses. Présenté le 30 septembre prochain aux Midis de la Poésie, l'œuvre rassemble les lettres de ces auteures francophones, centrées sur la question: qu'écririez-vous à une jeune poétesse ? A l’occasion de la sortie de l’ouvrage, cinq d'entre elles, Claire Finch, Lisette Lombé, Michèle Métail, Aurélie Olivier et  Milady Renoir se retrouveront pour présenter le livre à 19h au Rideau de Bruxelles

La jeune femme décrit le livre comme un “recueil collectif qui invite toute personne qui souhaite écrire à ne pas céder sur son désir”. Elle souhaitait un livre hors des représentations traditionnelles de la poésie, “poussiéreuse et masculine”.

De l'événement à l’ouvrage

Quand je travaillais pour le centre Pompidou, j’avais eu accès aux archives poétiques et je m’étais rendue compte que ce n'était pas très représentatif. [...] Il y avait majoritairement des hommes blancs”. De ce constat, Aurélie Olivier décide d’organiser en septembre dernier une soirée de lecture de poèmes sur le thème Lettres à une jeunesse poétesse, clin d'œil au poème de Rainer Maria Rilke. L’objectif est de visibiliser le travail d’écrivaines. Neuf lettres de poétesses sont commandées pour l’événement. "Quand j’ai reçu les textes, je les ai trouvés tellement importants que je voulais qu’ils soient diffusés plus largement". L’idée du livre est née.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


L’ouvrage vise à reproduire le moins possible les inégalités du monde littéraire. Dans le choix des auteures, Aurélie Olivier “voulait quelque chose de représentatif, de réaliste”.  Les poétesses ont de 30 à 75 ans et répondent toutes à la question de manière très singulière. “C’est des partages d’expériences, des parcours d’écriture”. Les lettres abordent la question du corps, du jugement sur l’autre, du partage de quotidien et “de ce qu’il peut y avoir de difficile selon son milieu social et le sexisme dans lequel on évolue”.

RER Q, une écriture collective et sexuelle

"Chère autrice gouine, inconnuX à venir, vos poèmes

et vos regards moites dans ce bar où on se retrouvera

encore.

Avec tendresse,

écrivain gouine"

Ce texte est un court extrait de la lettre de Claire Finch et du collectif dont elle fait partie, le RER Q. Écrit à douze mains, le texte utilise la littérature érotique pour “jouer avec les codes d’autorité” explique l’écrivaine. “Quand je voulais devenir autrice, pleins d’hommes cis plus âgés m’ont donné le livre de Rilke Lettres aux jeunes poètes, comme statut d’autorité en disant ‘je vais t’aider’. Ils te donnent des outils dont tu n’as même pas besoin”.

Sous formes d’une multitude de mini lettres et de répétition, leur poésie détourne le concept du livre de Rilke et interroge la légitimité littéraire. Qui à le droit de parler? Qui est en position pour donner des conseils d’écriture? Qui est le maître de l’art littéraire? Pour les six auteures du collectif, participer à l’ouvrage permet de visibiliser l’écriture collective et d’ouvrir la voie à d’autres auteur.es queers et non-binaires, de “créer l’espace qu’il nous manquait il y a quelques années”.

3 images
Claire Finch, l’une des auteure du collectif RER Q qui a écrit un lettre pour l’ouvrage © Tous droits réservés

Milady Renoir, un hommage aux femmes

"Comment être au monde ? Sur ou sous le monde ? Les NON affament. Les OUI creusent. L’habitude du cri et de son impossibilité de sortir. Crier dedans. L’écriture , cette insularité qui concède à nos raz-de-marée."

Milady Renoir est une poétesse, performeuse et militante anti-sexiste, anti-raciste et anti-capitaliste, et anti-....iste”. Ses écrits sont centrés sur les “corps sous-estimés, les esprits encombrés et les relations en tensions”. Sa lettre s’adresse aux poétesses de tout âge, de tout temps, “aux copines, aux jeunes mais surtout, je parle aux vieilles”.

3 images
Autoportrait de la poétesse Milady Renoir intitulé Chardonne © Tous droits réservés

Elle écrit aussi aux mortes, les remercie, car sans elles, l’autrice n’aurait “pas été assurée, affinée, autorisée et par la suite, émancipée de leurs influences”. Elle a voulu retracer ces héritages poétiques.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Aux vivantes, elles les invitent “à y aller, quitte à se planter, à déchirer des pages mais en meute, en troupe, en horde, y aller”. L’autrice, à l’instar des vingt autres poétesses, veut donner du soutien à toute écrivaine en herbe, ou confirmée, car comme l’explique Aurélie Olivier, le problème c’est qu'aujourd'hui, “vu le monde dans lequel on vit, c’est toujours un peu les mêmes personnes qui se sentent autorisées à écrire".

Cet article a été écrit dans le cadre d'un stage au sein des Grenades-RTBF.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK