Les Journées du Matrimoine pour reconnaitre l'héritage culturel des femmes

Les Journées du Matrimoine pour reconnaitre l'héritage culturel des femmes
Les Journées du Matrimoine pour reconnaitre l'héritage culturel des femmes - © Tous droits réservés

Ce weekend, du 25 au 27 septembre, à Bruxelles se tiendront pour la seconde édition les journées du Matrimoine. Un rendez-vous qui interroge la place des femmes dans l’héritage culturel et historique et lancé par des associations de terrain après un article des Grenades.

Les journées du Matrimoine sont l’occasion de célébrer l'héritage matrimonial historique - architectural, sculptural, urbanistique, social ainsi que le matrimoine actuel - artistique, politique et féministe. Mais l’événement est aussi l’occasion de se poser des questions quant à la visibilité (ou l’invisibilité ?) des femmes dans les livres d’histoire de l’art d’hier et d’aujourd’hui.

La nécessité de modèles inspirants

L’égalité entre femmes et hommes ne peut s’envisager sans une véritable valorisation de l’héritage des femmes. Les jeunes générations ont besoin de modèles d'identification, pour qu'elles puissent s'en inspirer, se sentir valoriser et se projeter dans la voie qu’elles choisissent. 

Comme l’introduit l’Unesco dans son rapport Égalité des genres : patrimoine et créativité, il  y  a  près  d’un  siècle,  dans  "Une chambre à soi ", Virginia Woolf regrettait l’absence  de  modèles pour inspirer les femmes de lettres présentes et futures. 

Une fois le matrimoine disparu, l’héritage culturel ne s’est plus conjugué qu’au masculin, et l’effacement des créatrices s’est accentué au fil des siècles

L’ouvrage révèle certaines des inégalités qui empêchent les femmes d’accéder à l'éducation, à la production littéraire et au succès. Un siècle plus tard, les inégalités au sein du secteur créatif sont encore une triste réalité. Elles sont le reflet des barrières structurelles qui existent dans d’autres secteurs et, plus largement, dans la société.

En effet, aujourd’hui, si les femmes sont souvent majoritaires dans les écoles d’art, elles sont encore très minoritaires à la direction lieux culturels, à l’affiche de festivals, dans les collections des musées ou dans les rayons des bibliothèques.


►►► A lire : "Névrosée", le projet qui fait connaître les autrices belges oubliées


Dans l'espace public, elles sont également moins visibles, seulement 6% des rues bruxelloises portent un nom de femmes. Cette invisibilité influence notre perception au quotidien.


►►► A lire : Combattre le sexisme en rebaptisant les rues de Bruxelles


De Paris à Bruxelles, les journées du Matrimoine

"Matrimoine", le correcteur orthographique, ainsi que Google, ont bien du mal avec ce terme qui définit le bien matériel ou immatériel ayant une importance artistique ou historique hérité des femmes.

Le mot n’a rien d’un néologisme, historiquement, le patrimoine fait référence aux biens transmis par le père et le matrimoine aux biens transmis par la mère. L’expression a été utilisée au Moyen Âge et tout au long de l'Ancien Régime jusqu'à la Révolution française. 

Dans l'espace public, elles sont également moins visibles, seulement 6% des rues bruxelloises portent un nom de femmes

"Une fois le matrimoine disparu, l’héritage culturel ne s’est plus conjugué qu’au masculin, et l’effacement des créatrices s’est accentué au fil des siècles", a expliqué Aurore Evain, actrice, autrice de théâtre, metteuse en scène et chercheuse au magazine 50/50 Magazine.  

Lancées en 2015 par l'association HF Ile-de-France, les premières journées du Matrimoine ont pour but de se réapproprier l’héritage culturel dont les femmes ont été spoliées.


►►► A lire : Un site dédié aux femmes compositrices propose de découvrir le "matrimoine musical"


En estimant que le patrimoine repose à 95% sur des biens artistiques masculins, HF appelle à ce que l'héritage culturel soit composé du patrimoine et du matrimoine pour permettre de nouveaux modèles aux jeunes générations. 

Chez nous, à l’initiative de la plateforme L’architecture qui dégenre et de l’asbl L’Ilot – Sortir du sans-abrisme, la seconde édition des Journées du Matrimoine se déroula à Bruxelles les 25, 26 et 27 septembre 2020.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Ouvrir les yeux sur l’invisibilité des femmes

Comme le rappelle l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes (EIGE), la promotion de l'égalité des sexes et la lutte contre les discriminations sexuelles sont deux objectifs de l’Union Européenne, y compris dans le domaine culturel. Ces dernières années, différentes initiatives sont nées pour promouvoir le patrimoine culturel des femmes artistes.

Lors des Journées européennes du patrimoine en 2018, à l’occasion du centenaire du droit de vote des femmes, le Royaume-Uni a mis les femmes à l’honneur à travers l’événement Extraordinary Women. En 2019, le site web Europeana qui donne accès à plus de 50 millions de titres numérisés pour partager l'héritage culturel européen a créé une section sur "L'art des femmes artistes", du XVIe siècle aux temps modernes.

Aussi, à Florence, depuis trois ans l'Eredità delle Donne a comme objectif de mettre en lumière le rôle joué, au fil des siècles, par femmes scientifiques et artistes, écrivains et pionnières de tous les domaines du savoir. Cette année, le festival se réinvente en mode 2.0. Depuis le 3 septembre jusqu’au 22 octobre, tous les mardis et jeudis à 18h00 via leur page Facebook sont programmés des événements virtuels. En présentiel, le festival se déroulera du 23 au 25 octobre.

Peut-être qu’un jour, les futures générations s’offusqueront des livres d’Histoire de l’art des années 2020 qui ne laissaient que si peu de place aux femmes.


Nos archives sur les Journées du Matrimoine


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK