Pourquoi le Tour de France renonce à ses hôtesses

Le Tour de France renonce à ses hôtesses
Le Tour de France renonce à ses hôtesses - © Tous droits réservés

Le Tour de France met partiellement fin à la présence d’hôtesses durant la compétition sportive. Le directeur du Tour, Christian Prudhomme, l'a annoncé au détour d’une conférence de presse consacrée aux mesures sanitaires le 19 août : "Vous aviez l'habitude de voir le champion entouré de deux hôtesses, avec cinq élus d'un côté et cinq représentants des partenaires de l'autre. Là, ce sera différent avec un seul élu et un seul représentant du partenaire du maillot jaune, ainsi qu'une hôtesse et un hôte pour la première fois".

Un homme et une femme remettront donc les maillots sur les podiums d'arrivée du Tour de France, qui démarrera le 29 août. D’autres courses pratiquent déjà cette organisation mixte : la course Liège-Bastogne-Liège ou encore la Flèche wallonne.

La présence des hôtesses était jugée sexiste, de même que certains propos tenus sur le Tour de France. Jan Bakelants, un coureur belge de l'équipe française AG2R La Mondiale, avait créé la polémique en 2017 lors d'une interview au quotidien "Het Laatste Nieuws". Il avait affirmé qu'il aurait toujours "un paquet de préservatifs" sur lui parce qu'on "ne sait jamais où (les hôtesses) vont sortir", rappelle NicePresse.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Plus de "bisous"

En 2019, une pétition, intitulée “Pour renoncer aux hôtesses sur les podiums du Tour de France!”, avait récolté 37.000 signatures. Il s’agit d’un combat porté par plusieurs collectifs féministes en France, dont le collectif “Pas ta potiche”, créé par des hôtesses. Ce collectif se réjouit aujourd'hui du fait que les hôtesses du Tour conservent leur travail mais que la pratique, problématique, du baiser disparait.

Pour rappel, la cérémonie de remise de prix consistait à donner aux trois meilleurs cyclistes un bouquet de fleurs, une douche de champagne, un maillot de vainqueur et... des baisers sur les joues de la part de deux jeunes hôtesses.

Une première victoire contre l'objectification des hôtesses d'accueil qui montre que les mentalités évoluent. Il est temps que le secteur de l'hôtessariat prenne enfin acte de ces évolutions et change ces pratiques sexistes et dégradantes. Les hôtesses ne sont pas des potiches!”, a réagi le collectif “Pas ta potiche” sur Twitter.

Cette décision a déjà été prise dans d'autres secteurs. En 2018, les compétitions de Formule1 avaient abandonné la pratique des “Grid Girls” (les hôtesses présentes sur les circuits automobiles), non sans contestations et accusations de pudibonderie.

Au début de cette année, le Salon de l'Auto évoluait. Des hommes étaient engagés en tant qu'hôtes et les tenues "sexy" des hôtesses disparaissaient.

Une première victoire contre l'objectification des hôtesses d'accueil qui montre que les mentalités évoluent. Il est temps que le secteur de l'hôtessariat prenne enfin acte de ces évolutions et change ces pratiques sexistes et dégradantes

Où sont les femmes cyclistes ?

Si les femmes seront moins sur les podiums, peut-on espérer les voir pédaler ? L’absence d’un Tour de France féminin, mettant en valeur des cyclistes professionnelles féminines, commence également à se faire remarquer. Comment expliquer qu'il n’existe pas de version féminine de l'une des plus prestigieuses courses cyclistes ?

Selon les Inrocks, les professionnelles peuvent uniquement disputer La course by le Tour, “grâce à une pétition lancée par des coureuses en 2013”. Dans cette compétition, les femmes disputent uniquement l’étape du contre-la-montre. Et aucune autre étape.

J’aimerais que, pour une fois, la France ne soit pas en retard sur l’égalité femmes/hommes

Un détour par le passé

Pourtant, un Tour de France féminin a déjà eu lieu dans le passé, notamment entre 1984 et 1989, date à laquelle il est arrêté pour des raisons économiques. La course est reprise plus tard mais n’a plus le droit de s’appeler “Tour de France”, car la Société du Tour de France, qui détient les droits sur cette appellation, refuse qu’on l’utilise pour la compétition féminine.

La course se renomme alors "La Grande Boucle féminine internationale". Les courses ne sont pas assez médiatisées et peu soutenues. Elles s’arrêtent en 2009.

Les médiatiser

C’est toujours le manque de médiatisation qui constitue l’un des principaux freins à l’organisation d’un Tour féminin. "On pourrait organiser une autre épreuve, mais on n’aurait pas la télé", déclarait Christian Prudhomme sur Europe 1 pour justifier l’absence des femmes dans la compétition en 2019.

La question du manque d’intérêt des sponsors et donc du coût financier d’une telle compétition est aussi avancée. “J’aimerais que, pour une fois, la France ne soit pas en retard sur l’égalité femmes/hommes […] L’idée selon laquelle une course féminine ne serait pas rentable date d’il y a 20 ans, aujourd’hui, les équipes sont structurées et professionnalisées", assure Djedjiga Kachenoura, cofondatrice de Women Sports, un média consacré aux femmes et aux sports en extérieur.

L’association Donnons des elles au vélo, créée en 2015, tente d’inciter à l'organisation d’un Tour disputé par des femmes en parallèle des épreuves masculines et, surtout : d'un Tour féminin médiatisé. Si elles ne participent pas vraiment à la compétition, une dizaine de cyclistes amatrices roulent avec cette association tous les jours sur la route du Tour, la veille de l’étape, et parcourent 3.500 kilomètres en trois semaines. De quoi, peut-être, inspirer d'autres évolutions.


Faut-il arrêter les hôtesses au Tour de France? - Vews

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK