Le baiser qui choqua l'Amérique à la télévision

Le baiser qui choqua l'Amérique à la télévision
Le baiser qui choqua l'Amérique à la télévision - © Tous droits réservés

Vendredi 22 novembre 1968. Des dizaines de millions d’Américain.es sont devant leur télévision pour regarder la série Star Trek, diffusée par NBC. Nous sommes au 10e épisode de la 3e saison intitulé "Platon's Stepchildren" (littéralement, "Les beaux enfants de Platon" et en version française, "Les descendants").

L’aventure spatiale se déroule quand soudain, à la 42e minute, une onde cosmique se propage dans toute l’Amérique : la lieutenant Uhura et le capitaine Kirk s’embrassent … sur la bouche. L’actrice noire (Nichelle Nichols) embrasse l’acteur blanc (William Shatner). La lieutenant Uhura balance son baiser comme une bombe. L’Amérique est sidérée. On avait vu des baisers entre acteurs blancs et asiatiques, dans "Les Mystères de l'Ouest", mais entre Blancs et Noirs? Jamais.

A Honolulu sur l’île d’Hawaï, un gosse de 7 ans est sidéré : il s’appelle Barak Obama

Cela ne fait que 10 ans que la clause de "miscégénation" interdisant de suggérer des relations amoureuses entre blancs et noirs, a été supprimée du Code de Production d’Hollywood. Elle est encore tacitement appliquée et peu de gens ont vu "Guess Who's Coming to Dinner ?", film de 1967 où l’on voit, dans le rétroviseur d’un taxi, un homme noir et sa fiancée blanche s’embrasser furtivement.

En 1968, les mariages mixtes sont encore formellement interdits dans des dizaines d’États. Cela ne fait qu’un an que la cour suprême a décrété ces interdictions anticonstitutionnelles (arrêt Loving v. Virginia). Alors ce baiser-là, arrivé par surprise dans un divertissement familial, secoue l’Amérique profonde. Derrière leur télé, les patrons de la National Broadcasting Company (NBC) écument de rage : ils avaient censuré cette scène du feuilleton, exigé qu’on en tourne une autre, soft, aseptisée. L’équipe de Star Trek les a grugés. En effet … ils l’ont fait !

L’influence de Martin Luther King

A Honolulu sur l’île d’Hawaï, un gosse de 7 ans est sidéré : il s’appelle Barak Obama; devenu président des USA, il avouera être tombé amoureux du lieutenant Uhura. A New-York, une jeune fille 13 ans, se lève dans le salon et appelle toute sa famille à regarder ce miracle. C’est la future actrice Whoopi Goldberg ; un jour, elle jouera dans la série. A Montgomery, sur la route de Selma (à moins que ce soit à Chicago), 4 enfants afro-américain.es, 4 orphelins regardent aussi Star Trek : Yolanda, Martin, Dextrer et Bernice. Leur père les encourageait à regarder le feuilleton. Leur père, assassiné 8 mois plus tôt, à Memphis-Tennessee, par un suprématiste blanc, leur père … Martin Luther King.

Ses enfants ne le savent pas mais c’est lui qui a rendu possible ce baiser intergalactique, ce défi à la ségrégation et au racisme, cette promesse à tou.tes, Noirs et Blancs, d’un droit inaliénable au bonheur (MLK, discours de Washington du 28 août 1963, I have a dream).

Parce que le baiser ne faillit jamais avoir lieu. Parce qu’en 1967 Nichelle Nichols, l’actrice qui interprète la lieutenant Uhura, voulait quitter Star Trek après la première saison. Elle faisait la couverture du magazine Ebony, était chanteuse dans le jazz band de Duke Ellington, actrice sur la Côte Ouest. Son interprétation dans la pièce de James Baldwin "Blues for Mister Charlie" lui valait la reconnaissance du public. Elle en avait marre de Star Trek. Mais lors d’une collecte de fonds pour l’organisation de défense des droits civiques NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), elle rencontre un "trekkie", un fan de la série : Martin Luther King.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Le leader du combat pour les droits civiques, est tout sourire. Il dit à Nichols : "Vous êtes l’image de notre chemin, vous êtes, dans le futur, l’égale des Blancs. Vous êtes notre inspiration". Nichelle Nichols le remercie et lui dit qu’elle veut cependant quitter la série. King cesse de sourire et lui déclare: "Comprenez-moi. Pour la première fois, nous sommes vus comme nous devrions être vus. Vous n'avez pas un rôle de noire. Vous avez un rôle".

Émancipation féminine

Exact ! Dans le feuilleton qui se déroule en 2266, la lieutenant Uhura sert à bord du vaisseau Entreprise comme officier des communications. Elle n’est pas seulement magiquement belle, elle est hyper iconique : à bord, elle représente les États-Unis d’Afrique (panafricanisme). Elle représente l’émancipation féminine : elle est traductrice des langues des aliens, linguiste, cryptographe, philologue, polyglotte … essentielle à la mission spatiale.

C’est la première femme noire à interpréter un rôle clef dans une série télévisée. Quand les hommes blancs comme Kirk (ou vulcains comme Spock) tombent malades, atteints d’une sorte de covid-19 de l’espace, c’est elle, la femme noire, qui commande le vaisseau. Et elle roule même parfois une pelle sidérale à son supérieur médusé. Alors, une femme noire qui fait tout ça, en 1968, aux USA ?

Pour la première fois, nous sommes vus comme nous devrions être vus. Vous n'avez pas un rôle de noire. Vous avez un rôle

C’est vraiment de la science-fiction dans ce pays où Noirs et Blancs ne s'assoient pas au même endroit dans les bus, ne fréquentent pas les mêmes écoles, ne vivent pas dans les mêmes quartiers, ne peuvent pas se marier. Autant vous dire que le baiser en couleurs de Kirk et Uhura marquera les esprits, plus que, 8 mois plus tard, Armstrong sur la lune, tout flou sur son écran échographique.

Mais l’histoire est encore plus belle. Début des années 1960, l’actrice Nichelle Nichols avait été l’amante de Gene Roddenberry l’auteur de Star Trek. C’est elle qui lui inspira le personnage d’Uhura. Et c’est Gene qui imposa son ancien amour comme actrice dans la série. Il y a des gens qui savent encore s’aimer… après.

Mieux encore : par influence, preuve d’amour et conviction, Gene Roddenberry va créer un univers de science-fiction où les couleurs de peau, les origines, les croyances, le genre et la sexualité ne peuvent jamais justifier la moindre discrimination.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


La série sera une œuvre progressiste, féministe, antiraciste.  Et Uhura-Nichols en sera un des symboles les plus forts. Nichols a elle-même nommé son personnage. Uhura vient du mot swahili "uhuru" qui signifie liberté. Ce nom lui a été inspiré par le livre "Uhuru" de Robert Ruark qui décrit le soulèvement de Mau Mau kenyans contre la domination britannique. La lieutenant Uhura a aussi un prénom : "Nyota" qui signifie "étoile" en swahili. C’est donc "l’étoile de la liberté" qui embrasse la capitaine Kirk le 22 novembre 1968 devant toute l’Amérique.

La série va très loin. Dans l’épisode "What Are Little Girls Made Of" ("De quoi sont faites les petites filles ?"), diffusé en 1966, quand l'infirmière de bord reçoit une excellente nouvelle, la lieutenant Uhura la félicite avec un câlin et un baiser furtif… sur la bouche. Power of love tous azimuts.

Gene Roddenberry va créer un univers de science-fiction où les couleurs de peau, les origines, les croyances, le genre et la sexualité ne peuvent jamais justifier la moindre discrimination

Baiser volé

Le tournage du baiser entre Uhura et Kirk eut lieu en septembre 1968 au studio Desilu sur Gower Street à Hollywood, sous la direction de David Alexander. A lecture du script, la NBC s'opposa à la scène : pas de "baiser interracial" pour utiliser leur langage. Mais les acteurs William Shatner et Nichelle Nichols s'arrangèrent pour rater toutes les prises alternatives et ne réussirent qu’une seule scène : celle du baiser, si bien qu’au montage, pas d’autre choix que de le reprendre, ce baiser obstiné. Les angles de caméra permirent de voir que c’était bien un baiser sur les lèvres.

Un baiser qui fit affluer des milliers de lettres à la NBC : des dizaines de milliers de jeunes filles et de jeunes gens américain.es demandaient aux acteurs "ce que ça faisait" d’embrasser quelqu’un d’une autre "race". L’actrice a aussi reçu des courriers racistes et sexistes. A la page 197 de son autobiographie, intitulée "Beyond Uhura", Nichols cite une lettre d'un sudiste blanc : "Je suis totalement opposé au mélange des races. Cependant, avec une belle dame comme vous dans ses bras, comment combattre ?" Les auteurs, les acteurs et les actrices de Star Trek lui auraient simplement répondu : pourquoi combattre ?

Quand on s’embrasse, on voit des étoiles. C’est bien connu. Alors, en hommage au lieutenant "étoile de la liberté" et à son interprète Nichelle Nichols, la Nasa donna à l'astéroïde 68410 le nom d’astéroïde Nichols. En souvenir d’un certain 22 novembre 1968.

Jean-Paul Mahoux est historien et écrivain.

 

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.