La masturbation au cinéma, ça donne quoi ?

Cet article est le résumé d'un mémoire, ce travail de recherche universitaire est publié en partenariat avec le master Genre.

La crise sanitaire de 2020 a réorienté les individus vers des activités ludiques et culturelles, notamment d’ordre télévisuel. Les productions visuelles ont aujourd’hui une influence énorme sur les spectateurs et spectatrices et se veulent par conséquent plus inclusives dans le but de s’adresser à des publics plus diversifiés.

Pour répondre à la demande, les séries ont davantage de facilité à traiter certains sujets considérés comme "tabou", tels que des questions de sexualité. Des séries comme My Mad Fat Diairy (Tom Bidwell, 2013), Sex Education (Laurie Nunn, 2019) ou Bridgerton (Chris Van Dusen, 2020) ont le point commun de mettre en scène la masturbation clitoridienne et/ou vaginale.

Si les séries de manière générale offrent de plus en plus des représentations pertinentes sur le sujet, l’industrie cinématographique semble avoir plus de mal à s’approprier la thématique de la masturbation pour en donner un rendu éloigné des stéréotypes qu’on peut lui attribuer d’ordinaire. Pourtant, le cinéma demeure un médium démocratique qui touche un large public ; il est capable à la fois de répandre des idées-reçues, comme de déconstruire certains clichés encore en vigueur dans notre société.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Comment représenter le sexe ?

La masturbation est une pratique ludique qui est encore sous-estimée alors qu’elle fait partie du large spectre de la sexualité. Ses avantages résident dans le fait qu’elle procure une satisfaction en solitaire et s’éloigne de l’acte "sacré" de la procréation.

C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’elle a souvent été dénigrée et considérée comme une pratique honteuse – une idée reléguée par certaines traditions religieuses. La manière dont elle est mise en scène est encore empreinte des clichés qui lui sont associés. Quant aux représentations liées à la sexualité qualifiée de féminine, elles sont également soumises aux stéréotypes inhérents qui véhicule l’idée d’une sexualité plutôt passive et soumise à une autorité masculine.

Par conséquent, la représentation typique de la jeune fille se caressant tendrement tout en poussant des soupirs (furtifs) de plaisir est fortement inspirée de fantasme masculin et hétérosexuel ; on comprend que le cinéma a encore du mal à déconstruire certaines idées-reçues.

Il se trouve que les scènes de masturbations (de toute sorte) sont récurrentes dans l’histoire du cinéma depuis ses débuts. Il est évident que la révolution sexuelle des années 1970 constitue un tournant important malgré tout dans l’industrie cinématographique, ne fut-ce que pour la diffusion de plus en plus abondante de films pornographiques (même si le porno mainstream traite peu de l'orgasme féminin et n'est pas exempt de représentations stéréotypées). À la même période, les représentations en matière de sexualité à l’écran sont dès lors plus libérées mais aussi plus abondantes. Les différentes représentations de l’acte masturbatoire nous permettent de nous interroger sur ce que cette pratique révèle dans l’imaginaire collectif.


►►► A lire : Déconstruire les masculinités toxiques (4/4): "Le sexe et le mâle"


Et aujourd'hui, où en est-on ?

Selon le genre cinématographique dans lequel le film s’inscrit, la pratique masturbatoire peut avoir des significations différentes et des mises en scène variées. La signification de l’action au sein du récit ainsi que la manière dont elle a été mise en scène sont donc deux grilles d’analyse intéressantes pour réfléchir à la problématique.

Si le registre de la comédie utilise comme stratégie la représentation du plaisir solitaire pour encourager le ridicule de situation, il a le mérite de décomplexer cette pratique au sein du récit. En effet, la plupart du temps, la masturbation clitoridienne et/ou vaginale est un sujet sérieux, qui prend place au sein des genres dramatique, horrifique ou tragique.

Au cinéma, se masturber indique le niveau de folie ou de déviance d’un personnage – en particulier lorsqu’il s’agit de masturbation clitoridienne et/ou vaginale. C’est aussi une pratique privilégiée par les personnes queer ou qui permet de se découvrir une orientation sexuelle, en-dehors du cadre de la sacro-sainte hétérosexualité. Il est difficile d’envisager la masturbation comme un simple acte sexuel pratiqué par presque la totalité de la population sur terre. Si elle est mise en scène, elle est aussi la plupart du temps entreprise par des une catégorie de personnes qui méritent d’être regardées.

Il faut être belle/beau pour se masturber au cinéma, à savoir être mince, blanc·he, jeune, valide… c’est-à-dire répondre aux injonctions de beauté en vigueur dans notre société patriarcale et occidentale, en particulier quand on est une femme. En plus de ces injonctions récurrentes, la protagoniste est souvent hypersexualisée, stratégie souvent adoptée par de nombreux réalisateurs depuis les débuts du cinéma pour attirer un public masculin.

Laura Mulvey, grande théoricienne du cinéma, a par ailleurs identifié ce genre de mise en scène des corps dits "féminins" par l’appellation du male gaze. La masturbation clitoridienne et/ou vaginale n’échappe pas au processus et se révèle idéale, semble-t-il, pour attiser le regard masculin hétérosexuel.


►►► A lire : Au cinéma, le regard féminin est "révolutionnaire"


Au fil des décennies, le cinéma s’ouvre à de nouveaux enjeux et tente de nouvelles représentations. A la réalisation, les intervenant-es se diversifient également. Par conséquent, selon la production, les mises en scène varient. De cette manière, on constate des mises en scène plus ancrées dans une réalité tangible. A titre d’exemple, dans le film The shape of water (Guillermo del Toro, 2017), la pratique masturbatoire résulte d’une routine matinale quotidienne, lorsque la protagoniste principale se masturbe dans sa baignoire, en attendant la cuisson de son œuf à la coq.

3 images
Extrait du film The Shape of water. © Tous droits réservés

Trois films en particulier ont été analysés de façon plus approfondie pour comprendre la signification de cet acte spécifique au sein du récit cinématographique. Le film Haute-tension (Alexandre Aja, 2003) est un rare cas où l’acte masturbatoire se révèle être un élément déclencheur de l’histoire, ce qui lui confère une importance narrative. Il est cependant traité de manière stéréotypée ; la masturbation symbolise et sous-entend les vices de sa pratiquante.

Dans le film Få meg på, for faen ! (2011), la réalisatrice Jannicke Systad Jacobsen bouscule les identités de genre en représentant une adolescente obsédée par le sexe. Au sein du récit, la scène de masturbation contribue à déconstruire les stéréotypes de genre, tout en étant traitée de manière plutôt comique.

Dans le film Meisje (2003), Dorothée Van den Berghe traite de la masturbation comme une tentative pour la protagoniste de s’affranchir de l’autorité parentale et de prendre son indépendance. On comprend que ces deux derniers exemples proposent des manières d’envisager l’acte masturbatoire plus innovantes en lui conférant des significations et des mises en scène éloignées des représentations plus traditionnelles.

Les scènes de sexe au cinéma contribuent à la manière dont nous construisons nos imaginaires collectifs et nos représentations. La société elle-même est imprégnée de ces images. Par conséquent, une pluralité et diversité de ces représentations est essentielle dans la construction de nos identités et des rapports de genre.

Certains films traités ont démontré la difficulté d’échapper aux dictats d’un pouvoir patriarcal qui envisage la sexualité - en particulier la masturbation vaginale et/ou clitoridienne – comme un acte honteux ou de déviance.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Cependant, la diversité des réalisateurs et réalisatrices qui augmente indique la possibilité de se réapproprier le propos et de déconstruire les codes du genre afin de proposer des représentations correspondantes aux enjeux sociétés contemporains. Si nous sommes fervents de scènes de sexe, nous sommes plus attirés par celles auxquelles il est possible de nous identifier.

Il serait plus intéressant de diffuser des conseils pour se masturber plutôt que de nous convaincre qu’il n’y a qu’une manière de faire ou encore pire, que la masturbation pourrait nuire à notre santé.

Sur ce, enjoy your clito (ou autre) !

3 images
© Tous droits réservés

Clara Van Der Steen est militant·e queer et féministe depuis quelques années. L’ouverture au féminisme lui a permis de découvrir son intérêt pour les questions relatives à la sexualité et sur la manière dont notre société était régie par ces rapports de pouvoir. Aujourd’hui, iel est formateur-trice et collaborateur-rice au sein d’une association pour laquelle iel traite notamment des questions de genre.

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

 
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK