La conférence interministérielle contre le racisme réalisera-t-elle ses promesses?

Manifestation contre le racisme à Namur le 11 juillet 2020.
Manifestation contre le racisme à Namur le 11 juillet 2020. - © Belga

La société civile antiraciste attend de la persévérance et du courage politique lors de la Conférence interministérielle contre le racisme et lors des négociations pour la formation du gouvernement fédéral.

En 2001, la Belgique s'est engagée à Durban à élaborer un plan d'action national contre le racisme. Dix-neuf ans plus tard, le plan n’existe toujours pas. La Belgique est donc désespérément à la traîne par rapport à d'autres pays européens, dont certains en sont même à leur deuxième plan.

La Coalition NAPAR, qui regroupe 60 organisations militant pour plan d'action contre le racisme structurel, attend donc beaucoup de la Conférence interministérielle contre le racisme qui commence ce vendredi 25 septembre.

Des blocages ?

Cependant, ces dernières semaines, nous avons appris de différentes sources que certains acteurs politiques flamands tentent de bloquer cette conférence interministérielle dès le départ ou d'affaiblir le plan d'action contre le racisme. Nous rappelons au gouvernement flamand sa promesse de contribuer de manière constructive au plan d'action.

Les autres gouvernements se sont également engagés en ce sens. La lutte contre le racisme et la discrimination ne peut en aucun cas être utilisée comme monnaie d’échange pour la formation d'un gouvernement ou pour faire des gains électoraux.

Nous sommes également surpris que jusqu’ici, la lutte contre le racisme et la discrimination n'a été évoquée à aucun moment lors des négociations du gouvernement fédéral. Pourtant, lors de rencontres avec la Coalition NAPAR ces derniers mois, tous les partis autour de la table des négociations ont assuré que la lutte contre le racisme est une priorité. Plus que jamais, une approche vigoureuse contre le racisme est nécessaire à tous les niveaux.

En 2001, la Belgique s'est engagée à Durban à élaborer un plan d'action national contre le racisme. Dix-neuf ans plus tard, le plan n’existe toujours pas

Un momentum

Au cours de l'année écoulée, nous avons pu constater que le racisme et la discrimination sont à l'origine de troubles et de divisions croissantes dans tous les domaines de la société. Le racisme et la discrimination affectent la vie de tous les habitant.es, et en particulier la vie des personnes racisées : sur les médias sociaux, au sein de la police, dans le système judiciaire et dans l'enseignement, mais aussi dans les transports publics et sur le marché de l’emploi et du logement.

Il y a également un momentum sans précédent à saisir. Après la mort de George Floyd, plus de 10 000 personnes sont descendues dans la rue pour dénoncer le racisme chez nous. La manifestation de #HijabisFightBack, dénonçant l'exclusion de personnes sur base de signes convictionnels, a également attiré beaucoup de monde. Ces initiatives ont été soutenues par des politiciens de tous les partis confondus.

La Conférence interministérielle sur la lutte contre le racisme et la formation d'un gouvernement fédéral sont le moment de traduire ce soutien politique en actions politiques.

"La Belgique, un mauvais élève"

Bien que la Belgique soit un mauvais élève en ce qui concerne l'enregistrement des données ethniques, il est évident que les personnes racisées sont particulièrement vulnérables au coronavirus et aux mesures contre le COVID.

Le racisme structurel et institutionnel entraîne des taux de pauvreté plus élevés, des emplois précaires, des logements plus médiocres et un accès plus difficile aux services de première ligne. Cela crée des risques supplémentaires pour la santé en cas de pandémie.

Un énième report du plan d'action n'est donc pas une option. Nous attendons donc avec impatience les résultats de la conférence interministérielle: un plan fort contre le racisme structurel, avec des objectifs concrets, des critères de réussite mesurables, des chiffres et des ressources, impliquant tous les acteurs concernés.


La coalition NAPAR

La coalition NAPAR est composée d'environ 60 organisations belges. Elle milite pour un plan d'action interfédéral contre le racisme. Le 22 mai 2018, la Coalition NAPAR a organisé une séance d'information au Parlement avec des témoignages et des propositions concrètes. Au cours de la précédente législature, les propositions d'action ont également été envoyées à tous les membres du Parlement belge ainsi qu'aux ministres et secrétaires d'État de tous les gouvernements. La coalition a entamé un dialogue avec diverses administrations, des cabinets ministériels, des parlementaires et des partis politiques.



Dans nos archives


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK