Joëlle Sambi : "Le slam m’a sauvé la vie"

Autrice et militante féministe LGBTQIA+, Joëlle Sambi interroge dans son travail l’identité, la norme et les situations d’impuissance. Elle sera cet été au festival d’Avignon dans le Théâtre des Doms pour son spectacle "Fusion". Rencontre.

Une après-midi de juin, nous retrouvons Joëlle Sambi pour un café en terrasse, à quelques pas de chez elle, à Schaerbeek. L’occasion de revenir sur son parcours, ses projets de spectacles, sa passion de toujours pour l’écriture, son engagement militant...

De chargée de com’ à artiste de la parole

"Je suis née en Belgique en 1979. Quand j’ai eu 5 ans, mes parents se sont séparés. Je suis retournée avec ma mère à Kinshasa où j’ai grandi. Puis, je suis revenue en Belgique pour faire mes études à l’ULB en 2001."

Après un cursus en journalisme, elle est engagée comme chargée de communication dans différentes structures non marchandes. Si elle apprend beaucoup dans ces positions, elle ne s’épanouit pas complètement dans le milieu institutionnel. 2015 est synonyme de tournant, après un burn-out, elle quitte son emploi et commence à animer des ateliers d’écriture. "J’ai donné un workshop d’une semaine à l’ERG [École de recherche graphique, ndlr]. Le vendredi, il y a eu une restitution au Bozar. Les étudiants sont montés sur scène, et moi aussi je suis montée sur scène, pour la première fois."


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Ce soir-là, elle lit au public un texte intitulé "Congo Eza" sans se douter que de cet écrit naitra un spectacle. "Rosa Gasquet de Lezarts Urbains était dans la salle. Elle m’a vu sur scène. C’est elle qui nous a présenté tous les trois, la poétesse Lisette Lombé, le rappeur Badi et moi. Nous étions tous en train de travailler sur des questions d’appartenance entre le Congo et la Belgique."

Les trois artistes rassemblent leurs textes et écrivent à six mains. Joëlle Sambi décrit cette expérience comme une période riche en apprentissages. "Le travail de création demande une exploration intense. J’ai appris sur moi, sur l’intelligence que ça demande." Le résultat est à la hauteur des efforts puisque la performance slam/théâtre/hip-hop "Congo Eza" connait un grand succès et tourne trois années durant.

Quand je suis sur scène, c’est magique

"Je dis toujours que le slam m’a sauvé la vie. J’adore la scène, j’adore écrire et créer des formes libres... Je suis un peu timide, mais quand je suis sur scène, c’est magique", confie-t-elle.

2 images
© Tous droits réservés

Autrice et militante féministe LGBTQIA+, Joëlle Sambi cumule les projets. Actuellement, elle planche sur son premier documentaire "Pinkshasa Diaspora", un poème politique qui dessine le paysage des homosexuels de la diaspora congolaise. Elle tourne avec son spectacle Fusion et est également en train de préparer son premier seule en scène "Angles Morts", accompagnée de la musique électronique de Sarah Machine. L’autrice porte aussi "Koko Slam Gang", un spectacle qui donne la parole à un groupe de grands-mères congolaises de 65 à 88 ans. En 2019, elle a d’ailleurs fait jouer les grands-mères dans le bar lesbien et trans Mothers and Daughters. "Ce qui m’intéresse ce sont ces croisements-là, comment on arrive avec l’art à casser les idées reçues..."

Enfin, après son roman Le monde est gueule de chèvre sorti en 2008 aux éditions Biliki, fin aout elle sortira son premier recueil de poésie aux éditions L’arbre de Diane.

Créer et militer

Joëlle Sambi est artiste résidente à Café Congo, dont nous vous avions parlé ici. Militante, elle co-préside la EuroCentralAsian Lesbian Community, la première organisation lesbienne d'Europe et d'Asie Centrale et est membre de Belgian Network For Black Lives, le collectif qui a organisé la première grande manifestation contre le racisme d’État et les violences policières en Belgique qui a rassemblé 20 000 personnes en juin 2020 à Bruxelles.


►►► A lire aussi : In Gia Abrassart We Trust, créatrice de synergies et de rencontres


Le confinement n’a pas freiné sa militance, que du contraire. "Il y avait des conférences à suivre, des articles à écrire... Je ne sépare pas du tout ma pratique artistique de mon propos militant. La pratique artistique me permet de dire des choses qui dans un communiqué de presse ne passeraient pas. Le slam permet de toucher autrement."

Je suis un peu timide, mais quand je suis sur scène, c’est magique

Quand on lui demande si aujourd’hui elle se sent plus en équilibre par rapport à sa vie d’avant, sa réponse est sans équivoque. "Oui je suis en phase parce que ce que je dis est très politique."

Aussi, elle a été récemment élue comme artiste associée au Théâtre National. "C’est une manière de dire que d’autres façons de faire du théâtre, d’autres couleurs, d’autres formes, d’autres genres vont être proposées et ça, ça me parle. J’aime bien l’idée d’amener quelque chose de plus disruptif."

Fusion à Avignon

Le jour de notre entretien, Joëlle Sambi s’apprête à partir jouer son spectacle "Fusion" à Avignon. Elle interprète cette création de slam et de krump avec la danseuse Hendrickx Ntela.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


C’est en 2018 que leur rencontre a lieu sur scène, lors d’un hommage rendu à Semira Adamu, 20 ans après sa mort causée par la police belge. "Différents collectifs avaient organisé des événements et demandé à des artistes de participer. Je suis arrivée avec un texte et j’ai vu Hendrickx sur scène, elle avait préparé une pièce en lien avec la thématique." Les deux femmes qui avaient entendu parler l’une de l’autre à travers Lezart Urbains se rencontrent enfin, le courant passe bien. Elles organisent une résidence de création ensemble. "On se disait ‘on verra ce que ça peut donner’." Pendant la phase de création, les deux artistes échangent sur leurs pratiques. "J’ai appris à être plus dans mon corps. Le krump c’est une véritable technique, Hendrickx est super puissante."

Je ne sépare pas du tout ma pratique artistique de mon propos militant

Une petite forme nait, elles la testent sur scène. La sauce prend. "L’idée n’était vraiment pas que la danse illustre les mots. On voulait que les punchlines soient à la fois dans les mots et dans les gestes.La manif du 7 juin 2020 devant le Palais de Justice a fortement nourri Fusion. Avec Hendrickx on a envie de parler des violences policières."

Après une résidence de création au Théâtre des Doms, à présent, c’est à l’affiche de ce même théâtre qui est le Pôle Sud de la création en Belgique francophone qu’elles sont programmées cet été au très attendu festival d’Avignon.


Où découvrir Fusion ?

Du 5 au 27/07/2021 au Théâtre des Doms - Festival Off d’Avignon. Relâches les 8, 15 et 22/07.

22/10/2021 - Représentation au Festival Voix de Femmes à Liège.


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK