Inégalités envers les femmes dans la recherche spatiale : ce n’est pas de la science-fiction

Cette chronique a été écrite pour le cinquième épisode des Grenades série d’été, saison 2, diffusée tous les dimanches de 17h à 18h sur La Première.

Bienvenue à bord de mon vaisseau spatial, installez-vous confortablement pour profiter du voyage. Derrière nous, la Terre qui devient de plus en plus petite. Tout autour de nous, l’obscurité implacable de l’espace. Où allons-nous, me demandez-vous ? bien, nous nous dirigeons vers Mars, là où il fait bon vivre.

Parce que oui, figurez-vous que les inégalités sont restées sur Terre, et ne nous ont pas suivi·es à travers les millions de kilomètres qui sépare nos deux planètes. Là-bas où tout semblait possible, un nouveau système s’est mis en place dans lequel les femmes et les hommes vivent en harmonie. Chercheurs et chercheuses travaillent main dans la main et à parité au sein des stations expérimentales pour développer les technologies de demain.

Quand les femmes sortent de chez ellesentendons-nous bien lorsque les tempêtes de sable régulièrement annoncées à la météo leur laissent un peu de répit – aucun homme ne les suit, ni ne les importune. On les laisse tranquilles !

Et les combinaisons spatiales, parlons-en ! Dès le départ, les femmes ont reçu des combinaisons adaptées à leur taille et à leur morphologie. Elles n’ont pas raté d’expérience professionnelle pour la seule raison que les combinaisons étaient trop grandes pour elles. Oh, et d’ailleurs les femmes exercent le métier de pilote de fusées interplanétaires tout autant que les hommes, sans jamais subir de moqueries de la part de leurs collègues masculins, qui reconnaissent depuis longtemps leurs grandes compétences en matière de pilotage.

Bref, vous l’aurez compris, ici, on est à des années-lumière des inégalités !

Vous vous dites qu’il s’agit d’un monde bien doux ? Laissez-moi vous remettre les pieds sur Terre, ceci est une fiction !


►►► A lire aussi : La science-fiction féministe : à la recherche de nouvelles utopies


De vraies questions pour le futur

D’abord parce que personne n’a encore atteint la planète Mars, mais surtout parce que les choses se passent très différemment sur la planète Terre. Les femmes scientifiques sont toujours minoritaires en Belgique et dans le monde. Et elles sont invisibilisées quand elles exercent ce métier. 10% seulement des astronautes sont des femmes. Cela pose de vraies questions pour le futur qui se dessine devant nous : qu’est-ce que la recherche oublie ?

Et on a raison de se méfier parce que l’histoire récente est assez affligeante à ce sujet. Partant du principe que les femmes voudraient forcément se maquiller, les ingénieurs de la Nasa se sont creusé les méninges pour construire un kit de maquillage adapté aux voyages dans l’espace. Personne ne leur avait rien demandé et surtout pas les femmes astronautes. Par contre, ce n’est que l’année dernière que la Nasa a conçu des toilettes adaptées à la morphologie féminine.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Il faut reconnaître que les choses évoluent petit à petit, la Nasa a expliqué en 2019 que la prochaine personne sur la lune sera probablement une femme et qu’une astronaute sera peut-être la toute première personne à aller sur Mars.

"C’est un petit pas pour l’homme, un grand bond pour l’humanité ", a déclaré Neil Armstrong lors de son premier pas sur la Lune, le 21 juillet 1969. Pour l’égalité entre les femmes et les hommes, on aurait encore bien besoin d’un saut de géant·e.

Ecoutez l'émission dans son entièreté


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK