En Espagne, le corps d'Olivia, 6 ans, enlevée par son père, a été retrouvé au fond de l'océan

Le corps d'une fillette espagnole de 6 ans enlevée avec sa petite sœur par leur père en avril 2021 a été découvert au large de l'île espagnole de Tenerife après des semaines de recherches, suscitant une vague d'émotion en Espagne.

Olivia, 6 ans, et sa sœur Anna, un an, étaient portées disparues sur l'île de l'archipel des Canaries après l'envoi d'un dernier message "d'adieu" de leur père, lui aussi disparu, à leur mère dont il était séparé, a indiqué un porte-parole de la Garde civile. Les autorités continuent de chercher Anna et son père au large de l'île située dans l'Océan atlantique près des côtes du nord-ouest de l'Afrique. L'annonce de la découverte du corps d'Olivia, à 1.000 mètres de profondeur dans un sac lesté par l'ancre de l'embarcation du père, selon le média espagnol El Mundo. Pour Beatriz, la mère des deux petites filles, “c’est inimaginable, c’est ce à quoi nous nous attendions le moins. Nous avions tous espoir de retrouver les filles et que Tomas [le père] s’en occupait”, a confié le porte-parole de la famille, Joaquin Amills, à la télévision publique espagnole.

“Frapper les mères là où ça fait mal”

Je ne peux imaginer la douleur de la mère des petites Anna et Olivia, disparues à Tenerife, face à la terrible nouvelle que nous venons d'apprendre”, a déploré le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez jeudi soir sur Twitter.

Il n'y a pas de mots pour accompagner Beatriz dans ce moment de douleur terrible. Cette violence exercée contre les mères pour frapper là où cela fait le plus mal est une question d’État”, a dit de son côté la ministre de l’Égalité espagnole, Irène Montero, membre du parti Podemos. En Espagne, 39 mineur·es ont été assassiné·es par leurs pères ou par les compagnons ou ex-compagnons de leur mère depuis 2013, selon les chiffres du gouvernement sur les violences de genre.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Plusieurs collectifs féministes ont organisé des manifestations vendredi soir dans plusieurs villes d'Espagne pour dénoncer ce crime ainsi qu'une recrudescence des féminicides depuis le début de l'année dans le pays, qui est en pointe dans la lutte contre les violences machistes en Europe.

Cette violence exercée contre les mères pour frapper là où cela fait le plus mal est une question d’État

Et en Belgique ?

En Belgique, la secrétaire d’État à l’Égalité des Genres, Sarah Schlitz (Ecolo), s’inquiétait en mars 2021 de la recrudescence des féminicides et infanticides en 2021. En janvier 2021 notamment, un homme se suicidait en se jetant du haut d’un viaduc en tuant sa fille de 6 ans avec lui. Là aussi, il s’agissait de violenter l’enfant en même temps que la maman, l’homme violent estimant qu’elle devait se remettre en couple avec lui.


►►► A lire aussi : Au moins 13 féminicides en Belgique en 2021 : "Il faut sortir du déni"


Selon le blog Stop Féminicide, qui recense ces faits, il y a eu 24 féminicides en 2020, et 13 déjà en cette moitié de l’année 2021. “Les femmes en meurent mais leur enfants ne sont pas épargné.es”, explique les associations féministes qui s’occupent du blog. En 2021, 15 enfants sont mort·es dans un contexte de violence conjugale. En 2021, c’est le cas de 6 enfants. Selon les associations, les enfants survivant·es à leur maman sont également victimes.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK