Danielle : une hébergeuse de migrants au cœur d'un documentaire inédit

La plateforme de soutien aux réfugies: une hébergeuse au coeur d'un documentaire inédit
La plateforme de soutien aux réfugies: une hébergeuse au coeur d'un documentaire inédit - © Tous droits réservés

Au sein de la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugiés, on estime que 3 hébergeurs sur 4 sont en réalité des hébergeuses. “On remarque même assez souvent que lorsqu’un homme nous contacte pour accueillir, c’est à l’initiative de madame”, ajoute Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme.

Le choix de Danielle
Dans Le choix de Danielle, qui sera diffusé le 9 décembre à 22h10 sur la Trois, c’est une de ces héroïnes du quotidien, soucieuses d’offrir un toit aux plus démunis, qui est mise à l’honneur. Ce film documentaire pose un regard direct sur l’impact et les déséquilibres que crée l’accueil des migrants dans les familles belges.

Danielle Lazard est une technicienne de surface à la modeste retraite. Dans sa maison mitoyenne d’un petit village du Brabant-Wallon, elle a hébergé des dizaines de migrants de toutes les nationalités, parfois simultanément.

J’ai toujours hébergé. Je veux permettre aux réfugiés de se reposer, manger et prendre une douche. Ces gens n’ont rien demandé. Ils ont dû tout laisser, tout quitter pour venir ici.

Sa demeure semble être devenue une véritable plaque tournante de la solidarité. Pour certains de ces migrants, Danielle est d’ailleurs devenue une véritable mère de substitution. C’est le cas de Mubarak, soudanais, la vingtaine à peine dépassée. Il se sent un peu comme chez lui, couché dans le canapé noir à l’angle du salon, sur son téléphone à la recherche des dernières informations concernant le conflit qui met à feu et à sang son pays d’origine. Bien qu’il ne parle pas mieux le français que Danielle l’anglais – ce qui rend la communication pour le moins compliquée et cocasse parfois —, lui et elle, ont noué des liens puissants. Soucieuse de son sort, elle l’accompagne dans ses démarches auprès de l’Office des étrangers, afin que Mubarak puisse introduire sa demande d’asile.

Un regard intimiste et inédit sur les familles hébergeuses

Cet investissement chronophage a malheureusement des répercussions sur la vie de famille de Danielle. Francesca, sa fille, regrette le temps où mère et fille discutaient quotidiennement au téléphone. “Il n’y a pas de limite dans l’hébergement de ma mère, tout tourne aujourd’hui autour des réfugiés”, regrette-t-elle en humant l’odeur de couscous qui a remplacé celle de la sauce bolognaise qui régnait jadis dans la maison. Pour Francesca, c’est clair : l’attention que Danielle porte aux réfugiés s’est faite au détriment de leur équilibre familial. Une situation qui est loin d’être unique et qui n’étonne donc pas les responsables de la Plateforme.

La situation de Danielle et Francesca n’est pas un cas à part.

A tel point que la Plateforme Citoyenne met à disposition une médiatrice pour aider les familles en conflit. “Je voulais raconter le coût psychologique de l’engagement qui repose sur des familles alors que c’est un coût qui devrait être pris en charge par la société. Ça crée des déséquilibres, des contrastes, ça réveille d’anciens conflits”, explique Safia Kessas, une des réalisatrices du film.


Un documentaire de la série “New Neighbours

Ce documentaire fait partie de la série New Neighbours. Une initiative de l’Union européenne de radio-télévision (UER), cofinancée par la Commission, à laquelle participent neuf médias publics européens, dont la RTBF.  "Nous traitons la question de l'intégration dans toute sa complexité ; nous ne nous contentons pas d’aborder le sujet qui est actuellement le plus brûlant en Europe, nous créons également une série documentaire émouvante et source d'inspiration." confie Daniela Drastata, productrice du projet. L’objectif de cette série est de mettre en image la complexité de la migration et de l’intégration à travers des histoires humaines et touchantes, afin de combattre les stéréotypes liés aux réfugiés.

Le 9 décembre, dans la foulée de Le choix de Danielle, sera diffusé Dans la ville fantôme de Antonello Savoca et Daniela Attilini, de nos confrères du média public italien, la RAI. Le film a été tourné à Sutera, une ville de 1000 habitants – pour la plupart des personnes âgées —, au pied des montagnes siciliennes. La ville est magnifique mais la vie y est difficile, il est compliqué de trouver un travail à Sutera. En 2013, suite à un énorme naufrage qui a fait plus de 400 victimes parmi les migrants, le maire fait un choix décisif dans le but de relancer l’élan de la bourgade : Sutera deviendra la ville des migrants qui auront survécu la traversée de la mer.

Le documentaire suit John et sa famille, originaires du Nigéria, et Franco. Leur relation fragile révèle à quel point se rencontrer est toujours le premier pas pour briser les préjugés. Un film poignant sur l’exil et les nouveaux liens que tissent ces migrants pour se créer une vie meilleure.

A VOIR :

Le choix de Danielle, un film de Safia Kessas et Mathieu Neuprez

Dans la ville fantôme, un film de Daniela Attilini et Antonello Savoca

Diffusion sur la TROIS, dès 22h10, le 9 décembre 2019.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK