Culture du viol: "Une blague sexiste n'est pas juste une blague. Elle est sexiste avant d'être drôle"

Un jeu vidéo qui porte le nom explicite de Rape Day (Journée du viol, en français), les blagues sexistes mais aussi la multitude de comportements quotidiens inappropriés. Voici un échantillon de tous ces micro-éléments qui, ensemble, forment un contexte social favorable au concept de culture du viol.

En Belgique, près de 3000 plaintes pour viol sont déposées chaque année. Sans surprises, majorité de ces dernières sont introduites par des femmes. Les mouvements comme #MeToo ou, plus globalement, la prise de conscience et le ras-le-bol général de nombreuses femmes, ont permis de dénoncer ces éléments qui reproduisent le rapport de force archaïque hommes femmes, dominant-dominé.

Le viol est possible dans une société où on a toute sorte de petits éléments qui nous expliquent que les femmes sont disponibles sexuellement pour les hommes.

David Paternotte

David Paternotte, professeur de sociologie à l’Université libre de Bruxelles et codirigeant de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s), nous explique pourquoi il est dangereux de cautionner certaines attitudes sous couvert de la liberté d’expression.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK