Comment la pandémie impacte l'éducation des filles dans le monde

Comment la pandémie impacte l'éducation des filles dans le monde
Comment la pandémie impacte l'éducation des filles dans le monde - © Klaus Vedfelt - Getty Images

A l'occasion de la Journée internationale de la fille ce 11 octobre, les jeunes activistes de Plan International Belgique ont remis une pétition de 5919 signatures aux ministres fédéraux belges.

La pandémie COVID-19 empêche des millions de jeunes filles d’aller à l’école. Pour marquer le coup d’arrêt de ce confinement permanent des jeunes filles dans les pays en développement, Plan International Belgique a lancé le mois dernier sa campagne "Fini l’école ?".

En quelques semaines seulement, 5919 jeunes Belges se sont activement impliqué.es dans cette action. Le 8 octobre, cinq jeunes activistes de Plan International Belgique ont remis aux autorités fédérales le résultat de la pétition mise en ligne dans le cadre de la campagne.

Les signatures ont été reçues par Meryame Kitir, Ministre fédérale de la Coopération au développement et Sophie Wilmès, Vice-Première Ministre et Ministre fédérale des Affaires étrangères.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


"Exclure les filles de l'école est inacceptable"

"Les messages qui nous sont parvenus montrent clairement que les jeunes en Belgique, à l’instar de ceux de nombreux autres pays, estiment qu’exclure les filles de l’école est inacceptable, où que ce soit dans le monde", indique Heidy Rombouts, Directrice nationale de Plan International Belgique.

La crise du coronavirus menace de réduire à néant des années d’efforts en faveur de l’enseignement et de l’éducation des filles. L’enseignement et l’éducation sont un droit des filles, partout dans le monde. Pourtant, des millions de jeunes filles dans le monde entier ne vont pas à l’école. La crise COVID-19 ne fait qu’amplifier le problème, alors que l’école est un lieu sûr qui les protège de multiples dangers, comme le mariage précoce, les mutilations génitales ou une grossesse non désirée.

Nous risquons de perdre des années de développement positif pour les filles

"Pour toutes ces raisons, nous appelons le gouvernement belge à investir davantage dans la coopération au développement et surtout dans l’enseignement et l’éducation des jeunes filles", ajoute Heidy Rombouts, Directrice nationale de Plan International Belgique. "Sans quoi nous risquons de perdre des années de développement positif pour les filles."

Le Covid exacerbe les inégalités

Les conséquences de la crise du coronavirus sont également pointées par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) dans un rapport publié à l'occasion de la Journée internationale de la fille le 11 octobre. "Malgré une augmentation à tous les niveaux de l'éducation, les filles sont toujours plus susceptibles d'être exclues que les garçons, et cette exclusion s'est accrue en raison de la pandémie actuelle", écrit l'organisation.

La crise COVID-19 ne fait qu’amplifier le problème, alors que l’école est un lieu sûr qui les protège de multiples dangers, comme le mariage précoce, les mutilations génitales ou une grossesse non désirée

Dans son rapport mondial de suivi sur l'éducation intitulé "Une nouvelle génération: 25 ans d'efforts pour atteindre l'égalité des genres dans l'éducation", l'organisation préconise plusieurs mesures, avec en premier l'élimination des disparités entre les genre pour l'accès, la participation et l'achèvement des études.

"Dans 4% des pays, moins de neuf femmes pour 10 hommes sont inscrites dans l'enseignement primaire, 9% dans le secondaire inférieur, 15% dans le secondaire supérieur et 21% dans l'enseignement supérieur", précise l'Unesco.


►►► A lire aussi : Le #lundi14septembre s'est aussi invité dans nos écoles


"Bien que nous nous réjouissions des progrès réalisés en matière d'éducation des filles et des femmes grâce aux efforts continus de la communauté internationale, cette publication montre également que nous manquons encore à nos engagements envers les plus défavorisées : les trois quarts des enfants en âge d'aller à l'école primaire qui ne mettront peut-être jamais les pieds à l'école sont des filles", a déclaré Audrey Azoulay, Directrice générale de l'Unesco.

"En ce moment critique, alors que le Covid-19 exacerbe les inégalités entre les genres, nous devons renouveler notre engagement en faveur de l'éducation des filles et des femmes. Les progrès dans ce domaine se répercutent sur plusieurs générations – et il en est de même pour les reculs engendrés", a-t-elle ajouté.

Les filles sont toujours plus susceptibles d'être exclues que les garçons, et cette exclusion s'est accrue en raison de la pandémie actuelle

Par ailleurs, les enseignants et professionnels du secteur doivent être formés "à comprendre leurs propres attitudes et comportements en matière de genre". En effet, le taux de femmes étudiant l'ingénierie ou les TIC, par exemple, est inférieur à 25% dans plus de deux tiers des pays du monde. Les stéréotypes de genre ne doivent pas non plus figurer dans les programmes et manuels scolaires et l'ensemble des élèves devraient avoir droit à une éducation complète à la sexualité.

Enfin, l'Unesco préconise d'encourager les femmes à se tourner vers des postes de direction pour changer les normes sociales et de genre.

Plan International Belgique? 

Plan International Belgique est une ONG belge indépendante membre de Plan International qui défend l’égalité pour les filles et les droits des enfants dans le monde. Depuis 1983, les membres accompagnent les enfants et les jeunes vers l’autonomie. "Nous donnons les mêmes chances aux filles qu’aux garçons : apprendre à l’école et obtenir un emploi décent, diriger les changements de leur société, décider de leur vie et de leur corps et s’épanouir à l’abri de la violence, de la naissance à l’âge adulte", souligne l'association.

Les femmes et la tech, le nouvel eldorado - Podcast Les Grenades

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d'actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK