CLIMAX, la série éducative et sexy dédiée au plaisir féminin

CLIMAX, la série éducative et sexy dédiée au plaisir féminin
CLIMAX, la série éducative et sexy dédiée au plaisir féminin - © Tous droits réservés

Sans tabou, CLIMAX accompagne les femmes sur le chemin du plaisir solo ou en couple. Des vidéos scientifiques sans être barbantes, du contenu explicite mais jamais pornographique. Testé et approuvé.

"Le sexe, c’est bien. Le sexe, c’est bon pour la santé", a rappelé il y a quelques jours l’agence de santé publique au Danemark. Seule ou à plusieurs, le plaisir et le sexe font partie de la vie, et ce, même en temps de pandémie. Pendant ce confinement, certain·e·s suivent des tutos pour faire leur pain, d’autres se mettent au yoga mais quid des plaisirs de la chair ?

Il n’y a pas de secret, l’épanouissement sexuel, ça s’apprend aussi. Lancé il y a quelques mois en France, CLIMAX regroupe une série de 32 épisodes dédiés au plaisir féminin. Au programme notamment, des techniques filmées sans filtre à tester sur soi ou sur sa.son partenaire. "CLIMAX s’inscrit dans un mouvement. Un mouvement de femmes et d’hommes qui cherchent à briser les tabous, bouger les lignes", introduit le site dans son manifeste. Et si, on profitait de cette période pour explorer sa sexualité ?

Le plaisir féminin est un enjeu féministe majeur

Let’s talk about sex

Comme le rappelle, La Fédération des Centres de Planning familial des Femmes Prévoyantes Socialistes, dans les relations hétérosexuelles en particulier, la sexualité est encore souvent organisée pour favoriser le plaisir de l’homme au détriment de celui de la femme. Sans oublier, les tabous autour de la masturbation féminine qui sont encore bien ancrés. Et enfin, la méconnaissance de l’anatomie féminine qui contribue aux inégalités d’épanouissement sexuel entre hommes et femmes.

Le plaisir féminin est un enjeu féministe majeur car comme le signale la Déclaration de Pékin de 1995 adoptée par 189 pays dont la Belgique : "Les droits fondamentaux des femmes comprennent le droit d’être maîtresses de leur sexualité". "S’intéresser au plaisir féminin est une manière d’inviter les femmes à se réapproprier leur corps et leur sexualité, indépendamment de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre et de leur âge ; tout en permettant à chaque personne d’adopter un esprit critique face aux normes en matière de sexualité et ainsi d’effectuer ses propres choix de manière éclairée", a publié La Fédération des Centres de Planning familial des FPS lors de sa campagne Les dessous du plaisir féminin.

Lancée au mois d’octobre, la série CLIMAX vient renforcer cet objectif de réappropriation du corps et de la sexualité. "On vit dans une société très sexualisée mais on ne sait pas comment faire, ça créé des frustrations. L’objectif à travers la série, c’est de créer un bien-être collectif. On veut détruire les mythes qui créent un mal-être comme le fameux point G et on veut apporter des astuces pour savoir comment se procurer du plaisir à soi-même ou aux autres", explique Laurène Dorléac, 28 ans, cofondatrice.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Binge-watcher et se réapproprier son corps

Comment ça marche ? Les vidéos thématiques s’enchaînent. Chaque capsule démarre par des explications en voix off, puis à place à la technique. Pas de chichis ou de métaphores, les images sont explicites. Différentes thématiques sont abordées : les techniques de masturbation, de relaxation, les zones érogènes, le tantrisme. Quand il s’agit de techniques de masturbation, à l’écran, on voit : une vulve, des doigts, des caresses, des accessoires aussi parfois. Le tout est filmé en gros plan mais ce n’est pas malaisant. Des images claires et précises, on est là pour apprendre (et on apprend !).


►►►A lire : "Vagin", "Clitoris" : faut-il renommer le nom des parties intimes féminines ?


Le focus est mis sur les parties intimes, les visages n’apparaissent pas "pour que les femmes puissent s’identifier plus facilement", explique Laurène. Les vidéos sont accessibles à toutes et tous, qu’on soit plutôt novices ou très épanoui·e·s sexuellement, tout le monde peut en retirer quelque chose.

Par ailleurs, certaines vidéos sont à destination des partenaires masculins. On peut critiquer cette vision hétérocentrée, néanmoins, selon une étude menée aux USA, les hommes hétéros seraient 95% à avoir déclaré vivre des orgasmes très fréquents, contre 65% des femmes hétéros et 86% des femmes lesbiennes. Donc, il est pertinent que les partenaires masculins hétéros s’intéressent de près à la question du plaisir féminin aussi.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


La science au service de la jouissance

La force de CLIMAX est de se baser sur un contenu scientifique solide et d’apporter des solutions pratiques de manière ludique et sensuelle. Laurène a mené une étude auprès de 107 femmes de tout âge afin de mieux comprendre leurs pratiques de masturbation, leurs questions et leurs attentes.

Résultat : des vidéos explicites mais pas pornographiques mais un peu érotique pour pas que ce soit trop ennuyant

Par ailleurs, la série a été réalisée à partir de 19 études et recherches quantitatives et qualitatives. "CLIMAX n’est pas le résultat de mon expérience mais l’agrégation d’études scientifiques sérieuses. Peu de personnes lisent les revues scientifiques, les gens aujourd’hui sont plus attirés par les contenus vidéos. Je me suis demandé "Comment restituer au mieux les études scientifiques de manière ludique ?" Résultat : des vidéos explicites mais pas pornographiques mais un peu érotique pour pas que ce soit trop ennuyant", ajoute la cofondatrice.

OMGyes, plateforme dédiée au plaisir féminin avait ouvert la voie, CLIMAX ancre le contexte culturel en France, qui se rapproche de notre réalité belge en matière de mœurs sexuelles. Les deux plateformes diffèrent aussi par leur approche, OMGyes proposant entre autres des témoignages de femmes, tandis que CLIMAX se positionne vraiment comme "une formation" au plaisir.

Phare sur le clitoris

Le seul organe humain uniquement destiné au plaisir a longtemps été ignoré. Pour rappel, il a fallu attendre 1998 pour que le clitoris réapparaisse dans la littérature scientifique grâce à l’urologue australienne Helen O’Connell qui a reproduit un schéma détaillé de l’organe du plaisir. C’est en 2016, que la chercheuse française, Odile Fillod a modélisé 3D pour la première fois un clitoris au complet avec sa partie interne (11 cm en moyenne !). Et c’est seulement en 2017, qu’il a été reproduit pour la première fois intégralement dans un manuel scolaire en France.


►►►A lire : Connais-toi toi-même ? Mais connais-tu ton clito ?


Dans cette formation en ligne, le clitoris est placé sous le feu des projecteurs. Les 17 premiers épisodes abordent 17 techniques de stimulation externe du clitoris les plus appréciées des femmes. Des méthodes à essayer ou à réinventer selon les envies. La masturbation est d’ailleurs abordée sans le moindre tabou.

Le seul organe humain uniquement destiné au plaisir a longtemps été ignoré

"Je crois que c’est important de savoir comment se faire plaisir à soi-même avant de partager avec quelqu’un. J’ai entendu beaucoup d’histoires de parents qui surprennent leurs enfants et qui les engueulent, ça peut créer des blocages psychologiques et physiques… J’ai reçu un témoignage d’une mère qui m’a expliqué avoir regardé la série avec sa fille de 16 ans et j’ai trouvé ça génial !", s’enthousiasme Laurène.

Savez-vous dessiner un clitoris ?

Avis aux curieuses et curieux, le premier épisode est gratuit. Une chose est certaine, entre les comptes Insta sexo, l’éducation sexuelle 2.0 et la parole qui se libère sur les réseaux : la révolution du plaisir est en marche !

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.