A l'intersection entre le sexisme et l'antisémitisme : "Une grande solitude", selon Viviane Teitelbaum (MR)

A l’intersection entre le sexisme et l’antisémitisme : “Une grande solitude”, selon Viviane Teitelbaum (MR)
A l’intersection entre le sexisme et l’antisémitisme : “Une grande solitude”, selon Viviane Teitelbaum (MR) - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le 8 mars dernier s’est tenue une conférence qui a donné la parole à des femmes subissant à la fois de l’antisémitisme et de l’antiféminisme. Il existe un mouvement féministe spécifique au sein de la religion juive, qui tend par exemple à féminiser les textes religieux quand ils parlent de Dieu.

Mais qu’en est-il de la prise en compte de l’aspect intersectionnel des discriminations qui touchent les femmes juives ? Nous avons interrogé à ce sujet la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR), également co-fondatrice et présidente de l’Observatoire féministe des violences faites aux femmes 

Comment se manifeste le lien entre antisémitisme et antiféminisme ? 

C’est exactement le même lien qu’entre le sexisme et le racisme pour une femme noire, qu’entre le sexisme et l’homophobie pour une lesbienne. Je me situe à l’intersection de plusieurs discriminations. Il y a des moments où je subis des insultes antisémites et d’autres où je subis des insultes sexistes, et beaucoup d’autres moments où je ne sais pas faire la différence entre les attaques que je reçois. En fait, quand je prends des positions contre le racisme et l’antisémitisme, je reçois des insultes sexistes et quand je prends des positions féministes, je suis insultée parce que je suis juive. Les différentes discriminations que je subis se mélangent et se renforcent les unes avec les autres.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Lors de ma première campagne électorale communale, en 2006, j’ai été agressée verbalement à plusieurs reprises dans la rue à cause de mon nom et cela m’avait énormément surprise car je ne me connais pas uniquement à travers ces prismes-là. J’ai trouvé cela choquant. La spécificité tout de même, c’est qu’en tant que femmes dans une société sexiste, il y a de la domination qui s’exerce sur nous, alors que les insultes antisémites nous reprochent au contraire d’avoir trop de pouvoir sur le monde entier en tant que juives. C’est contradictoire.

Cela a aussi été le cas lors de l’affaire Damso en 2018, lorsque vous avez pris position contre le choix du chanteur par l'Union belge de football pour l'hymne de la Coupe du Monde ?

Oui tout à fait, et là aussi j’ai reçu énormément d’insultes à caractère sexuel mais aussi des références au nazisme. Une avalanche d’horreurs. On ne peut pas dire qu’on s’habitue, je porte d’ailleurs plainte dès que je le peux. Mais lors de cette affaire, je me suis sentie exclue de la réaction solidaire face aux violences que j’ai subies.

Est-ce que vous rencontrez également des problèmes avec l'extrême droite ?

Bien entendu, je me bats contre l’extrême droite depuis que je suis très jeune. Ces attaques-là concernent plutôt le négationnisme, l’Histoire et la Deuxième Guerre Mondiale, c’est un discours vraiment épouvantable. Je continue à combattre l’extrême droite en tant que féministe.

En tant que femmes dans une société sexiste, il y a de la domination qui s’exerce sur nous, alors que les insultes antisémites nous reprochent au contraire d’avoir trop de pouvoir sur le monde entier en tant que juives. C’est contradictoire

Comment est-ce que le mouvement féministe s’empare de cette question ? 

Moi, je suis souvent assignée à résidence identitaire, c’est-à-dire que mes propos vont être disqualifiés directement quand je parle de droits des femmes par des féministes car je soutiens l’existence d’Israël. Comme je suis une femme juive considérée comme sioniste, forcément mon approche des droits des femmes est jugée comme n’étant pas respectable… et n’est pas respectée. C’est très pesant.


►►► A lire aussi : Un peu racistes, les féministes?


Par ailleurs, je tiens à souligner que s’il y a une intersectionnalité dans les discriminations, qui nous permet d’analyser les discriminations qui se croisent et se renforcent, je ne soutiens pas l'intersectionnalité des luttes. Parce que par exemple, en tant que femme juive, je ne suis pas soutenue quand les attaques antisémites viennent de personnes qui sont discriminées par la société. On va me répondre que, selon les principes de l’intersectionnalité des luttes, je ne peux pas dénoncer ces insultes ou attaques-là pour ne pas renforcer un autre racisme. C’est un problème et cela fait peser une grande solitude sur les minorités qui sont dans les minorités. C’est pour cela qu’il est important, selon moi, de mener un combat féministe universaliste : contre cette parcellisation de la société, je préfère aller chercher ce que nous avons en commun, un socle de valeurs communes qui nous permettent de lutter contre le sexisme, le racisme, l’homophobie, etc.  


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK