10 séries drôles (mais intelligentes) à voir pendant le couvre-feu

Le couvre-feu est prolongé, les fêtes de fin d’année se feront en comité restreint. D’oh ! Une récente étude de l’Université d’Anvers constatait que le moral des Belges était au plus bas. Pas de panique, les Grenades ne vous oublient pas ! Sachant qu’un bon fou rire permet de libérer de l’endorphine qui n’est plus ni moins que l’hormone du bonheur, on vous a concocté une liste de 10 séries "feel good", 100% fun et qui ne vous prennent pas pour des quiches. 

Petite précision, la sélection ne pouvait comporter que des séries disponibles légalement en un clic, raison pour laquelle on n’a pu intégrer deux gros coups de cœur – Fresh off the boat et Chewing-gum – qu’on vous conseille de regarder dès qu’ils seront à nouveau disponibles.

Enfin, ne loupez pas l’incroyable dixième série de la liste qui vous est chaudement recommandée par notre chat Denys, preuve à l’appui ;-)

Et si vous cherchez de la force, retrouvez notre liste de 10 séries puissantes, c’est par ici.


►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


Fleabag

Fleabag est une jeune Anglaise à l’esprit libre et provocateur mais encombrée par la culpabilité. Elle est drôle, un peu paumée, touchante et tellement adorable que même l’Église craque.

Considérée comme l’une des meilleures séries de ces dernières années, tout ou presque a déjà été dit sur Fleabag et l’écriture puissante et subtile de Phoebe Waller-Bridge. Si vous aimez l’humour un peu malaisant couplé à un propos féministe affirmé et que vous craquez pour les cochons d’Inde, c’est la série qu’il vous faut. Vous apprécierez, entre deux éclats de rire, le sous-texte profond et parfois même mélancolique. Une pépite.

Fleabag, c’est deux saisons de 8 épisodes à voir sur Prime Video.

Ramy

Plutôt beau gosse et drôle, Ramy est un jeune Américain d’origine égyptienne qui travaille dans une jeune start-up avec son meilleur pote, le très cynique Steve. Tout devrait aller pour le mieux, pourtant, Ramy sent que quelque chose ne tourne pas rond. Et le voilà lancé dans une quête spirituelle, lui qui est un musulman plutôt lambda, il veut arrêter de regarder du porno, va tenter le soufisme, bref, il se cherche et a du mal à se trouver, entre sa foi et l’" american way of life ".

Toutes en nuances, cette série nous change de l’imaginaire hollywoodien stéréotypé pour qui le jeune musulman est soit un terroriste, soit, euh, un terroriste. La série soigne également très bien les personnages secondaires : l’immense tristesse de l’émigration pour le père, le besoin d’affirmation de la mère, la vie placée sous le sceau du patriarcat pour la sœur, le quotidien d’une personne en situation de handicap, parfaitement représentée par Steve, à l’écran comme dans la vie et en prime, un gros beauf antisémite en guise d’oncle qui a le droit à quelque chose d’assez prodigieux à la fin de la saison 2.

La série Ramy nous offre quelque chose de rarement vu : de la complexité. Ramy Youssef a reçu l’Emmy du meilleur acteur pour la première saison, l’immense Mahershala Ali débarque dans la deuxième et on attend avec impatience la troisième saison. La série est à voir StarzPlay.

Jane the Virgin

Légère et décalée, l’adaptation US de la télénovela vénézuélienne "Juana la virgen" raconte l’histoire improbable de Jane Gloriana Villanueva, une jeune femme latino-américaine, vierge de son état, inséminée accidentellement par l’unique échantillon de sperme de Rafael Solano, un riche play-boy indolent dont le mariage avec l’intrigante Petra bat de l’aile.

Si l’on se laisse joyeusement emporter par le rythme déjanté de cette télénovela, on ne peut manquer d’en apprécier le sous-texte féministe. Les personnages féminins, toutes générations confondues, sont des femmes fortes, sorores, qui revendiquent leur indépendance, leur propre rapport à leur corps, à leur sexualité ou encore à leurs croyances.

Mention spéciale au traitement subtil des enjeux liés à l’immigration et la visibilisation de leurs impacts psychologiques sur les migrant.e.s, le tout avec humour et légèreté. Un petit bijou dont on ne parle pas assez. Les 5 saisons sont disponibles sur Netflix.

The good place

Eleanor est égoïste, cynique et un poil méchante. Eleanor vient de mourir et se réveille… au paradis. Vu son passif sur Terre, elle comprend très vite qu’il y a erreur sur la personne. Évidemment, elle n’a aucune intention de dire la vérité et décide donc de "gagner" sa place en devenant une meilleure personne et sera aidée, dans cette quête, par un groupe de personnes tout aussi bancales qu’elle : Chidi, un professeur de philosophie barbant et incapable de poser un choix ; Tahani, une belle plante d’une superficialité sans nom et Jason qui… (on vous laisse découvrir qui il est !)

Cette série sort un peu du lot car elle réussit le pari étonnant de faire coexister un humour totalement absurde et des références philosophiques très pointues. On rit, on réfléchit et on craque pour cette bande de bras cassés qui ne (se) laissent jamais tomber. L’intégralité de la série est à voix sur Netflix.

Black-ish

Usant d’un ton humoristique, cette série traite de la vie de tous les jours d’une famille afro-américaine qui a réussi socialement. Si l’on rit beaucoup grâce à des personnages haut.e.s en couleur – on pensera, entre autres, à l’excellent Laurence Fishburne en grand-père pique-assiette, ou encore à Marsai Martin, plus jeune réalisatrice au monde, qui campe une jumelle flippante et un peu sociopathe – , Black-ish c’est aussi une série au propos politique engagé qui décortique de manière fine et intelligente les enjeux identitaires liés au changement de classe sociale ainsi que les luttes antiracistes, actuelles et passées, avec une pédagogie particulièrement remarquable. Seules 5 saisons sont disponibles (le 7e est en cours de diffusion outre-Atlantique) chez nous, sur Prime Video.

Sex education

Dans l’arrière-pays britannique, deux adolescent.e.s que tout oppose s’associent pour monter un business surprenant : coaché par Maeve la rebelle sans-le-sou, Otis, un ado un peu paumé, ouvre un cabinet de thérapie sexuelle dans les toilettes désaffectées de son école. Un peu ballot quand on a peur de la masturbation à cause de sa sexologue de mère.

Avec cette série, vous allez rire mais également vous éduquer. Si elle aborde toutes les thématiques de la sexualité avec beaucoup d’humour, sans tabou et parfois même avec un soupçon de poésie, elle ne fait aucunement l’impasse sur des sujets sensibles et/ou importants comme le consentement, la transphobie, la pornographie, les fantasmes ou encore l’homosexualité. De notre côté, on craque totalement pour Gillian Anderson (la cultissime Dana Scully d’X-Files) impayable en sexologue décomplexée. Les deux saisons sont dispos sur Netflix.

Ted Lasso

Pardon, une série sur le football ? Oui, oui et on assume. Ted Lasso, c’est en fait Amélie Poulain en training de footeuse coach d’une équipe de Premier League (le championnat anglais). Ted Lasso est Américain, ne connaît rien au soccer tel qu’il est pratiqué de ce côté-ci de l’Atlantique, mais accepte la proposition de la propriétaire du club, qui ne souhaite rien moins que de voir couler l’équipe.

Pas vraiment soutenu pas sa direction, moqué par certains de ces joueurs, les supporters et la presse, Ted Lasso s’en fiche. Il a cœur gros comme ça. Alors il va sourire, donner de la force à un subalterne maltraité, inspirer du bien. Et en cette période troublée, ça fait beaucoup de bien. Cette série, sous des airs un peu absurdes, délivre un message de tolérance, d’entraide, de solidarité, de sororité même entre les deux personnages principaux féminins. Le football n’est qu’un décor, vous verrez, vous allez adorer Ted Lasso. C’est à voir sur Apple TV +. Les saisons 2 et 3 sont déjà en chantier.

La Flamme

La flamme, ça ne vous dit rien ? C’est normal. La série sera diffusée à partir du 22 décembre sur BeTV. Les Grenades ont pu la voir en avant-première et, très franchement, c’est absolument hilarant. La flamme, c’est le nom d’un programme de téléréalité de type "Bachelor".

C’est donc le pire de la télévision pour ce qui concerne la représentation des femmes à l’écran. Le génie de la série, c’est justement d’avoir parfaitement repris les codes de ce type de téléréalité pour jouer avec, les dénoncer et surtout nous faire rire. Marc, le célibataire "qui cherche l’amour" est un crétin, un bouffon, et ce sont les femmes, les "prétendantes" qui lui volent la vedette, épisode après épisode.

Face à Jonathan Cohen, casting 5 étoiles : Leila Bekhti, Adèle Exarchopoulos, Florence Foresti, Ana Girardot, Géraldine Nakache, etc. En monsieur Loyal, Vincent Dedienne est lui aussi excellent. Tout n’est pas fin, tout n’est pas subtil, mais on rit de bon cœur. La Flamme est à voir à partir du 22 décembre sur BeTV.

Brooklyn nine-nine

Une comédie en milieu professionnel, ce n’est pas très original. D’autant plus qu’il existe une référence a priori indépassable (The Office, version américaine). Mais "9-9" (prononcez, de préférence en criant, "NINE NINE") arrive à maintenir, au fil des années, une qualité, tant dans les histoires que dans les blagues, assez remarquable.

On suit donc le quotidien d’un commissariat de police new-yorkais plutôt déjanté : on est touché par la bromance décalée entre le très cool et immature Jake et Charles, un quadra un peu gênant ; on meurt de rire avec Gina, l’accueillante/diva piquante qui n’en fout pas une, on a un peu peur de Rosa, l’inspectrice badass et on se délecte de l’humour décapant du chef Holt. Ce dernier est particulièrement jouissif : l’acteur Andre Braughter a joué l’inspecteur Pembleton pendant six ans dans la série Homicide (adapté du livre éponyme de l’immense David Simon), série qui lui a offert un Emmy award. Aujourd’hui, depuis 7 saisons, Braughter se joue de son ancien personnage en incarnant un chef de police noir et gay (imaginez déjà cela), pince-sans-rire, snob, et absolument hilarant.

Le personnage du lieutenant Jeffords, flic bodybuildé mais papa gâteau, est lui aussi très intéressant dans sa subtilité. Derrière le rire, Brooklyn nine-nine ose s’aventurer là où on ne l’attend pas vraiment. En saison 4, un épisode sera consacré au profiling racial de la police, profiling dont le lieutenant Jeffords sera victime… Après la mort de George Floyd, la série a annoncé avoir jeté 4 scripts déjà écrits pour la saison 8, pour proposer "quelque chose d’innovant".

Bref, Brooklyn nine-nine est rempli de qualité. On ne saurait que trop vous la recommander. 7 saisons ont été diffusées, les 5 premières sont disponibles sur Netflix.

Et en bonus spécial, la sélection de Denys le chat !

Tiny world

Demander à Paul Rudd, l’acteur qui joue Ant-Man (l’homme-fourmi) chez Marvel de raconter des histoires d’animaux minuscules à la télé ? Ca ressemble à une blague, mais c’est surtout une série documentaire en 6 épisodes intitulée "Tiny world". En explorant six écosystèmes (la savane, la jungle, une île, l’Outback australien, la forêt et le jardin), Tiny world nous emmène aux quatre coins du monde dans la quête de l’infiniment petit. Vous n’aviez pas prévu de voir ces acariens grimper dans le bec d’un colibri pour pouvoir butiner, tranquille, dans une autre heliconia ? Ben nous non plus et c’est absolument fascinant (et un peu dégueu, ok).

Ces acariens, comme cette toute mignonne musaraigne à trompe qu’on découvre dans le premier épisode, ces grenouilles de fraise qui s’affrontent pour un bout de territoire, ce diable cornu à l’incroyable technique d’hydratation face au cagnard australien, ces deux tamias en duel singulier ou encore cette drôle de croissance d’une vinule, chaque histoire semble plus étonnante l’une que l’autre. Et le tout devient totalement fascinant grâce à la réalisation tout simplement époustouflante. Certains de ces êtres vivants n’ont beau être pas plus grand qu’un pouce, nous les voyons plein écran, filmés comme jamais et on vibre littéralement avec eux.


►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici


Pour s’en mettre plein les mirettes, une télévision 4K est recommandée. Le voyage n’en sera que plus beau, même pour vos animaux de compagnie. Le nôtre, Denys le chat, a rajouté Tiny World à sa très limitée liste de programmes préférés, à savoir Tom & Jerry et le film Le peuple migrateur. La preuve en image…

2 images
© HM

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK