Mais au fait, à quoi donc servent nos impôts?

Mais au fait, à quoi donc servent nos impôts?
Mais au fait, à quoi donc servent nos impôts? - © Tous droits réservés

C’est de saison. Taxonweb est à nouveau accessible. Ou alors, vous allez recevoir cette fameuse enveloppe brune. Il faudra remplir des codes, vérifier une fois, deux fois, trois fois, que les chiffres sont bien corrects. Puis, dans quelques mois, l’avertissement-extrait de rôle vous demandera de payer. Ou vous annoncera un remboursement.

Tous les ans, c’est la même histoire. Mais savez-vous à quoi servent les impôts que nous payons ? Voici la réponse, basée sur des données fournies par le Bureau du Plan à la rédaction des Décodeurs. 100€ d’impôts que vous payez représentent: 

Attention, ce tableau collationne toutes les dépenses et tous les impôts, quel que soit le niveau de pouvoir. Les catégories peuvent sembler, parfois, discutables, mais ce sont des catégories officielles, au niveau international, ce qui permet de faire des comparaisons.

En cliquant sur "pourcentage du PIB", vous aurez également une idée des dépenses belges par rapport au PIB. En cliquant sur "Moyenne européenne en % du PIB", vous pourrez découvrir la moyenne des 19 pays de la zone Euro.

Dans le détail :

 

Plus concrètement

Tous ces chiffres et ces classifications manquent quelque peu de substance, de tangibilité. Heureusement, le Bureau du Plan nous a fourni des chiffres plus parlants, ceux concernant les dépenses sociales et les dépenses en faveur des entreprises.

 

L'impôt est multiple

L'impôt ne se résume pas à la déclaration de revenus. L'impôt est présent, partout, "rappe tout" comme le chantaient ces humoristes du siècle dernier. L'impôt, cette fois-ci indirect, c'est la TVA ou encore les accises sur le tabac, l'alcool ou le carburant. L'impôt, c'est aussi les cotisations personnelles ou employeurs.

Voici donc d'où vient "l'argent" de l'Etat : 

Evolution

Certains lecteurs pourraient se souvenir que nous avions réalisé un exercice similaire il y a trois ans. Quelle a été l'évolution entre les chiffres de 2011 et ceux de 2014 ?

En terme de dépenses, on peut constater que les dépenses de sécurité en augmenté de 600 millions, celles concernant l'administration de 1,8 milliard, celles liées à la santé de 3,5 milliards. Autre chiffre frappant : les dépenses "Protection sociale" ont augmenté de 8,2 milliards. Le seul poste "pension" représente 5,1 milliards de hausse.

A la baisse, on constatera le repli de la charge de la dette (1,1 milliard). La protection de l'environnement "perd" 700 millions.

Les recettes de l'Etat ont augmenté de 14,5 milliards en trois ans. Le chiffre peut apparaître impressionnant. C'est une augmentation de 7,02% par rapport à 2011. Mais dans le même temps, le produit intérieur brut de la Belgique a progressé de 5,68%. L'Etat s'est donc montré un poil plus gourmand qu'il n'aurait dû. On notera, pour être tout à fait complet, qu'en 2015, les recettes de l'Etat continue d'augmenter, de 800 millions, toujours selon les chiffres fournis par le Bureau du Plan. Mais l'augmentation est moins forte que les années précédentes.

Conclusion

Nous payons des impôts. Sous de nombreuses formes. Chacun en pensera ce qu'il voudra. Mais l'Etat ne "s'enrichit" pas, l'Etat ne garde rien, il redistribue. Quoi qu'on en pense idéologiquement, nos Etats européens, depuis 1945, œuvrent avec plus ou moins de bonheur à "corriger" les inégalités économiques. Comment se situe la Belgique sur ce point ? Une statistique répond à cette question : le coefficient de Gini. Plus ce coefficient est proche de 0, plus la société est égalitaire d'un point de vue économique. Et au classement de la zone Euro, la Belgique est 3e, derrière la Slovénie et la Finlande. C'est à ça aussi que servent nos impôts.

@Himad

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK