Jacqueline Galant veut un accord sur le service minimum à la SNCB d'ici fin 2015

Jacqueline Galant veut un accord sur le service minimum à la SNCB d'ici fin 2015
Jacqueline Galant veut un accord sur le service minimum à la SNCB d'ici fin 2015 - © Tous droits réservés

La ministre fédérale de la Mobilité, invitée des Décodeurs pour L’Interview, a répondu à la N-VA qui lui reproche de ne pas encore avoir mis en place un service minimum à la SNCB : "Dans l'accord du gouvernement, c'est très clair que nous voulons donner toute sa chance à la concertation sociale. Si fin de l'année 2015, nous n'avons pas de proposition sur la table, suite à cette concertation sociale entre les travailleurs et les groupes SNCB, nous reprendrons le dossier". "Ce qui serait dommage, car nous avons vraiment laissé un an à la concertation", ajoute Jacqueline Galant (MR). 

Et à la question de savoir si on peut traduire ses propos en disant que si les partenaires sociaux n'aboutissent pas à une sorte de service minimum, le gouvernement décidera d'un service minimum, elle répond : "Nous mettrons, en tout cas, des propositions sur la table pour organiser ce service garanti à l'ensemble des clients du groupe SNCB"

"Je veux un service de qualité"

Faut-il offrir une flexibilité des tarifs comme le réclame le patron de la SNCB, Jo Cornu ? Si Jacqueline Galant reconnait que les tarifs "ne sont plus adaptés à la société d'aujourd'hui", elle déclare qu'elle veut, avant tout, "un service de qualité où le client est vraiment au centre des préoccupations".

Après, dit-elle, on pourra discuter des tarifs, "je ne ferme pas la porte à une réflexion sur la politique tarifaire". Mais, "cela devra être adapté à la clientèle", "en concertation avec les entités fédérées". Et de rappeler qu'il faut "inciter" les jeunes à prendre les transports en commun.  

Survol de Bruxelles : à quand l'instance indépendante ? 

Sur le dossier du survol de Bruxelles et de ses nuisances sonores, il a été question de cette instance indépendante, chargée d'évaluer et d'objectiver ces nuisances en toute indépendance, qui n'a toujours pas vu le jour. 

"Ce sera bientôt sur la table du gouvernement", affirme la ministre libérale. "D'ici la fin de l'année, il y aura un texte avec une proposition concrète pour cette instance indépendante"

Jacqueline Galant espère ainsi mettre fin à "l'instrumentalisation". Cette instance "va contrôler que tout est correctement appliqué".

"Il faut vraiment trouver un équilibre entre le développement économique de l'aéroport et la problématique des nuisances", rappelle-t-elle. 

"La Région wallonne n'est pas dépolitisée"

Pour le reste, la ministre libérale, s'est dit "surprise" par les déclarations de Paul Furlan (PS). Le ministre wallon des Pouvoirs locaux menace d'annuler le budget communal de Jurbise (dont Jacqueline Galant est bourgmestre empêché), parce ce que les comptes ne sont pas tout à fait corrects, dit-il. 

"Ce que je ne savais pas, c'est que c'était le PS local jurbisien qui exerçait la tutelle au niveau de la Région wallonne", a réagi Jacqueline Galant montrant un courrier qu'elle dit avoir reçu vendredi du ministre Furlan et intitulé : "Courrier du groupe PS relatif à la situation financière de Jurbise". Le parti socialiste est dans l'opposition à Jurbise. 

"Jurbise est toujours pris en exemple parce que, depuis des années, nous avons toujours eu un budget en équilibre, nous offrons énormément de services et toute les communes qui nous entourent dans la région de Mons-Borinage, sont sous plan de gestion, quasi la totalité", a ajouté la ministre MR.

"Quand on dit que la Région wallonne est dépolitisée, on a la preuve par a plus b que ce n'est pas vrai", conclut-elle. 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK